INFOS ET ACTUALITES

IADE : vers un début d’accord ?

La grève des IADE (infirmiers anesthésistes) se poursuit, mais il est toujours aussi difficile de se faire une idée précise de son ampleur : le ministère annonce environ 20 % de grévistes, soit un peu mieux que lundi (15 %), les syndicats parlent de 80 % dans de nombreux établissements. L’AFP note que des difficultés à assurer le service minimum ont été constatées dans certains hôpitaux parisiens.

Une centaine d’IADE se sont rassemblés devant le ministère ce mercredi 6 octobre. Ils venaient soutenir la délégation des huit organisations syndicales représentatives du personnel de la fonction publique hospitalière (FO, UNSA, CFTC, CFE-CGC, SNCH, CGT, CFDT et SUD), conviées de longue date à la troisième réunion du comité de suivi du protocole du 2 février 2010. Le SNIA (Syndicat national des infirmiers anesthésistes) n’était pas invité puisque jusqu’à présent, il n’est pas considéré comme « représentatif ». A l’ordre du jour : la prime pour les IADE, soit un seul des sujets de litige.

La proposition de la ministre de la santé, présente à la réunion, a été refusée par l’ensemble des syndicats : prime de 131 euros bruts (138 points) à partir de juillet 2012 pour les seuls IADE en fin de carrière optant pour la catégorie A. La CFDT a quitté la salle.

Les autres organisations se sont entendues pour formuler une proposition commune : prime transitoire de 192 euros (41 points) dès le 1er décembre 2010 pour tous les IADE en activité. « Globalement, ce montant ne nous convient pas mais nous avons voulu procéder à une démarche ensemble », a déclaré Philippe Crépel (CGT) à l’APM. Ce qu’a confirmé Denis Basset (FO) : « Nous avons donné un signe fort en montrant que les organisations syndicales pouvaient faire front commun et trouver un compromis intelligent. »

Selon un communiqué diffusé ce jour (7 octobre) par le SNPI CFE-CGC, le ministère de la santé (qui avait diffusé un communiqué rendant compte de la réunion avant que celle-ci se tienne !) donnera sa réponse vendredi 8 octobre : il doit évaluer les coûts de la mesure et attendre les arbitrages interministériels. Quant aux autres revendications des IADE, qui n’étaient pas l’objet de cette réunion, le ministère réaffirme ses « engagements », notamment sur la reconnaissance du diplôme au niveau master et la garantie de leur « exclusivité d’exercice ».

« Ce ne sont que des promesses orales », a rétorqué Sylvie Breuil (CGT). Pas tout-à-fait, puisque si les discussions sont en cours sur l’application pratique de ces engagements, ceux-ci sont malgré tout « écrits », par exemple, dans la FAQ IADE placée sur le site du ministère (http://www.sante-sports.gouv.fr/foire-aux-questions-iade.html). Mais il est vrai que comme le déclarait un homme politique célèbre, « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent. »

Creative Commons License
Serge CANNASSE
Rédacteur en chef IZEOS
serge.cannasse@izeos.com

Publicité

Commentaires (1)

Biezh

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

Une honte !

Les Syndicats FO, UNSA, CFDT, CGC, SNCH n'ont jamais porté la voix des IADE et se félicient d'une NBI dont les IADE ne veulent pas.

Les IADE refusent que ces organisations syndicales qui n'ont JAMAIS soutenu la gréve qui dure depuis 7 mois osent se permettre de signer un tel torchon.

Et FO qui se félicite de parler d'une voie unie !!!!!! Mais les revendications des IADE n'ont pas été portées au ministére ce mercredi.

La preuve que ce n'est pas ce que les IADE veulent : ils sont toujours en gréve. Et encore une fois, aucun des syndicats cités ne soutient cette gréve.