LIVRE

"Une infirmière cardiaque cela ne s’était jamais vu…"

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Ce 14 février, c’est la Saint-Valentin mais aussi la journée internationale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales. Un peu cynique, non ? Toutefois, ces pathologies couramment appelées "maladies bleues" sont les plus fréquentes des malformations congénitales et concernent près de 1 % des naissances.  Une jeune femme atteinte de cette pathologie témoigne dans un livre de son parcours pour mener tantôt une enfance puis une vie normale. Elle évoque sa relation avec les médecins, avec sa maladie et aussi son envie de relever les défis de l’existence, y compris celui de devenir infirmière.

« Lui mon cœur » est le récit autobiographique d’une jeune femme atteinte d’une cardiopathie congénitale qui décide de prendre sa vie en main sans renoncer ni à des études d’infirmières ni à une vie de famille.

Je suis née avec cette pathologie, j’ai vécu avec jusqu’à 20 ans où j’ai été opérée pour la première fois, raconte Nathalie Gilles. Cette ancienne infirmière atteinte d’une cardiopathie congénitale s’est reconvertie dans le domaine associatif et dans l’écriture. Son premier livre Lui, Mon cœur est un témoignage frais et positif où elle raconte son parcours avec sa maladie, ou plutôt avec son cœur pas tout à fait comme les autres. Elle évoque son enfance, ses opérations, ses études en institut de formation en soins infirmiers (IFSI) et sa carrière de soignante… en cardiologie. J’ai écrit mon histoire afin de donner de l’espoir aux gens. En fait, l’idée a germé quand je suis tombée enceinte, au vu de ma santé, c’était un gros risque alors je voulais être sûre, si cela se passait mal, que ma fille puisse connaître un peu sa mère. Au final, tout s’est bien terminé. Puis j’ai repris ce projet de livre a posteriori en imaginant que cela pouvait intéresser les étudiants en soins infirmiers ainsi que les adolescents souffrant de cette maladie et leurs parents pour que chacun puisse comprendre le point de vue de l’autre. Je voulais envoyer un message positif.

Mon cœur, j’ai toujours été obligée de concilier avec lui

Qu’est-ce qu’il a mon cœur ? Dans son récit, Nathalie Gilles se rappelle, qu’étant enfant elle était surtout frustrée de ne pas toujours pouvoir jouer, s’amuser, découvrir comme tous les autres. Difficile quand on est atteint d’une pathologie mais qu’on ne se sent pas malade ! Vivre avec un organe anormal, c’est être contraint de vivre anormalement ? Il fallait qu’elle concilie avec son cœur, qu’elle a fini par personnifier. Depuis petite, je voulais faire des activités...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)