INFOS ET ACTUALITES

Infirmières : courtisées et mal aimées

Le bilan de l’année 2010 esquisse un avenir incertain pour la profession infirmière : de plus en plus indispensable, est-elle pour autant mieux considérée ?

Peut-être parce qu’elle est composée d’une population surtout féminine, la profession infirmière fait songer à ces histoires du 19ème siècle où tout le monde convoite la dot de la demoiselle plus que celle-ci, tout en redoutant le prix à payer pour une mésalliance avec une famille d’un milieu insuffisamment distingué que l’on aimerait améliorer selon ses propres normes …

Un arrêté sur les coopérations attaqué, puis modifié

L’année 2010 commence avec un arrêté sur la coopération entre les professionnels de santé (daté du 31 décembre 2009), que la loi HPST rend en principe plus facile, ce que souhaite tout le monde. Il soulève pourtant la colère de sept ordres professionnels (donc celui des médecins et celui des infirmières) qui dénoncent ensemble l’absence de « garantie sur les qualifications et les compétences des professionnels impliqués, ainsi que sur la régularité et les modalités de leur exercice »
Coopération entre professionnels de santé : l'ensemble des ordres désapprouvent l'arrêté paru vendredi

Ils décident de déposer un recours grâcieux auprès de la ministre de la santé, leur demande d’annulation de l’arrêté n’ayant pas été acceptée
Les ordres des professionnels de santé vont déposer un recours gracieux contre l'arrêté sur la coopération

La FNI va plus loin, en déposant un recours en Conseil d’État pour excès de pouvoirCommuniqué FNI : Pour que la loi HPST ne devienne pas une loi déprofessionnalisanteLes choses se calmeront quand l’arrêté sera modifié, pardon ! précisé par un autre paru en août HPST : le ministère de la santé apporte des précisions sur les protocoles de coopération entre professionnels de santéLes différentes structures représentatives des professionnels de santé...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

BOUFFON

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#2

infirmiers peu mobilisés

il fallait se mobiliser contre le conseil de l'ordre quand celui ci etait en gestation.
Les infirmiers qui etaient contre ne se sont pas fait entendre, ou du moins si peu .Les elections n'ont pas été représentatives de la majorité. Mais en democratie voter blanc ou s'abstenir n'aboutit qu'à donner des points à l'adversaire
alors!!

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#1

L’Ordre contesté jusqu’au Parlement et au ministère

ET bien oui mais que peuvent faire les elus du peuple devant autant l'arrogance, la suffisance, l'imcopetence d'une institution qui a été rapté par le groupe saint anne et madame Leboeuf! le groupe saint anne et madame leboeuf ne represente pas les infirmiers. Son coup d'etat et la faillite de son systeme, sont liés principalement à un manque de democratie. Il faut pour sauver l'ordre...ECOUTER. Non les infirmiers ne veulent pas une cotisation à 75 euros, NON les infirmiers ne veulent pas comme representants des directeurs de soins ou des cadres sups....et oui 90 % des infirmiers travaillent dans l'illegalite et sont susceptibles d'être comdamner à 3 ans de prison pour exercice illégale de la profession infirmiere.Tant que le bureau de l'ONI n'arrivera pas a s'assouplir en instaurant une autre politique...c'est une voie sans issue. Madame Leboeuf doit demissionner, il est encore tant de sauver l'ordre. Il faut des conseillers modernes, reactifs qui doivent avoir le sens de la realpolitik sinon l'ordre sera enterrer en 2011. Conseillers reagissez. Il faut une session extraordinaire avec une baisse de la cotisation, la demission de celle qui a plongé l'ordre dans cette decadence,une politique d'ouverture vers les syndicats meme s'ils ne representent que 0,2 % des infirmiers hospitaliers,des elections anticipees, des objectifs atteignables et une tresorerie drastique...malheureusement l'aveuglement fanatique de quelques elus ne va pas aider l'ordre a survivre........