INFOS ET ACTUALITES

Infirmières : courtisées et mal aimées

Le bilan de l’année 2010 esquisse un avenir incertain pour la profession infirmière : de plus en plus indispensable, est-elle pour autant mieux considérée ?

Peut-être parce qu’elle est composée d’une population surtout féminine, la profession infirmière fait songer à ces histoires du 19ème siècle où tout le monde convoite la dot de la demoiselle plus que celle-ci, tout en redoutant le prix à payer pour une mésalliance avec une famille d’un milieu insuffisamment distingué que l’on aimerait améliorer selon ses propres normes …

Un arrêté sur les coopérations attaqué, puis modifié

L’année 2010 commence avec un arrêté sur la coopération entre les professionnels de santé (daté du 31 décembre 2009), que la loi HPST rend en principe plus facile, ce que souhaite tout le monde. Il soulève pourtant la colère de sept ordres professionnels (donc celui des médecins et celui des infirmières) qui dénoncent ensemble l’absence de « garantie sur les qualifications et les compétences des professionnels impliqués, ainsi que sur la régularité et les modalités de leur exercice »
Coopération entre professionnels de santé : l'ensemble des ordres désapprouvent l'arrêté paru vendredi

Ils décident de déposer un recours grâcieux auprès de la ministre de la santé, leur demande d’annulation de l’arrêté n’ayant pas été acceptée
Les ordres des professionnels de santé vont déposer un recours gracieux contre l'arrêté sur la coopération

La FNI va plus loin, en déposant un recours en Conseil d’État pour excès de pouvoir
Communiqué FNI : Pour que la loi HPST ne devienne pas une loi déprofessionnalisante

Les choses se calmeront quand l’arrêté sera modifié, pardon ! précisé par un autre paru en août
HPST : le ministère de la santé apporte des précisions sur les protocoles de coopération entre professionnels de santé

Les différentes structures représentatives des professionnels de santé peuvent transmettre au Directeur de l’ARS concerné les « éléments dont elles disposent portant sur les difficultés d'application d'un protocole »
HPST : le ministère de la santé apporte des précisions sur les protocoles de coopération entre professionnels de santé

L’Ordre contesté jusqu’au Parlement et au ministère

Pour les infirmières, l’année 2010 sera à l’image de ce début, en demi-teintes. Ainsi, sujet polémique entre tous, l’Ordre est à peine acté dans la loi et ses conseils national et départementaux élus qu’il fait l’objet d’attaques virulentes, dont le point de départ est le montant de la cotisation, que beaucoup jugent excessive. Une initiative parlementaire approuvée par la ministre de la santé et de nombreux syndicats de salariés, propose de réserver l’obligation d’inscription aux seules infirmières libérales.

Pour l’instant, un peu plus de 70 000 infirmières sont inscrites à l’Ordre (sur un total d’environ 500 000), qui inscrit un déficit de 400 000 euros à son bilan comptable
L'Ordre national des infirmiers clôture son premier exercice avec un déficit de près de 400.000 euros

La filière LMD se met en place

Pour beaucoup, l’instauration de la filière LMD (Licence Master Doctorat) contribue à la reconnaissance de la profession infirmière. Le grade de licence est désormais donné à toutes les infirmières
Les infirmières ont le grade de licence !

Un premier master de pratiques avancées se met en place
Ouverture d’un master de pratiques avancées en soins infirmiers !

Une chaire de recherche en soins infirmiers est créée à l’EHESP (École des hautes études en santé publique) et un premier Programme hospitalier de recherche infirmière (PHRI) distingue 15 projets
Programme de Recherche infirmière : 15 projets financés

Globalement, les liens entre IFSI et universités semblent se mettre en place de façon satisfaisante
Les Ifsi bien engagés dans un processus de rapprochement avec les universités

La réforme LMD en Provence : des résultats très encourageants, mais fin septembre, seules 3 régions avaient signé des conventions multipartites – régions-ifsi-universités – prévues par la loi
Réforme des études infirmières : seules trois régions ont signé des conventions avec les universités

Quelques voix s’inquiètent de la tutelle des facs de médecine sur l’enseignement infirmier
Les infirmières à l’Université ! oui, mais dans quelles facultés ? de médecine ?

Un passage en catégorie A mouvementé

La reconnaissance du niveau licence est sanctionnée par le passage en catégorie A. Avec un gros hic ! le recul de l’âge du départ à la retraite, lié au passage en catégorie « active » et à la réforme générale des retraites
La réforme de retraite des infirmières adoptée en commission des Lois

La discussion se concentre sur la notion de pénibilité, tout se passant en effet comme si elle disparaissait par enchantement du fait de la revalorisation catégorielle …
Les infirmières ont cependant le choix, jusqu’à fin mars 2011, d’opter pour le changement de catégorie ou le maintien en catégorie B « revalorisée »
Les conditions de passage des infirmières en catégorie A fixées par deux décrets

Choix difficile pour les personnels âgés de 50 ans et plus, comme le montrent les discussions nombreuses et soutenues sur les forums d’Infirmiers.com.

Les infirmières de la FPH dans la contestation syndicale

Chacun sait que la réforme des retraites a donné lieu à une contestation syndicale importante, marquée par des grèves et des manifestations jusqu’à son adoption définitive. Pour les infirmières des hôpitaux publics, elle allait de pair avec des demandes portant sur les salaires, sur les effectifs dans les services de soins, la pénurie pesant souvent lourdement sur les conditions de travail et, pour les infirmières scolaires, les puéricultrices, les IBODE et les IADE sur la reconnaissance effective de leur spécialisation.

Les IADE sont particulièrement mobilisés pendant toute l’année,
Les infirmiers anesthésistes manifestent à Paris dans un climat tendu

Ils ont organisé des manifestations remarquées, dont l’une se solde par la mise en inculpation de trois d’entre eux ; un sera finalement relaxé, un autre dispensé de peine
Les IADE inculpés n'ont pas été sanctionnés ; jugement en attente pour le troisième.

Cependant, le mouvement est très diversement suivi selon les établissements
En moyenne, entre 10 et 25 % de grévistes : 10% des agents hospitaliers mobilisés contre les retraites

A noter que les infirmières des urgences de l’hôpital Tenon inaugurent une forme originale de contestation - le droit de retrait – et paraissent obtenir gain de cause
Tenon va recruter !

Que le mouvement très suivi des agents de la FEHAP (Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne à but non lucratif) suite à la modification de leur convention collective a été relativement peu relayé par les médias
Réforme à la FEHAP : la contestation part de Marseille

Sans oublier le blocage des dépôts d’essence par des manifestants anti réforme des retraites qui entraîne une pénurie de carburant handicapant fortement de nombreuses infirmières libérales
Pas d’essence, pas d’infirmières !

Un intérêt croissant des autorités de santé pour la profession

C’est peut-être la situation de celles-ci qui fait apercevoir le mieux comment se dessine le futur de la profession dans son ensemble. Il semble acquis en effet qu’il faut non seulement remédier à la pénurie d’infirmières en établissements, et que c’est difficile Infirmiers et aides-soignants : métiers les plus en tension en 2010, selon une enquête du Pôle emploi, mais que le besoin en infirmières libérales ou « de proximité » ira croissant, l’ensemble obéissant à plusieurs raisons, dont la liste donnée ici n’est pas exhaustive :

Dans son rapport sur l’application des lois de financement de la Sécurité sociale, la Cour des comptes a ainsi noté la forte progression des dépenses en soins infirmiers ambulatoires
La Cour des comptes souligne la forte progression des dépenses en soins infirmiers ambulatoires

Un travail de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) témoigne de l’intérêt croissant que suscite la profession de la part des autorités de santé
Démographie infirmière : un état des lieux

L’Ordre infirmier promeut la consultation infirmière. Et chacun y va de son couplet sur les coopérations interprofessionnelles
Coopérations interprofessionnelles

Valse hésitation avec la profession

Certaines mesures semblent aller vers une mise en valeur
Les infirmières et le dépistage rapide du VIH ou même un élargissement des compétences infirmières, mais peuvent faire l’objet de critiques fortes. Par exemple, le renouvellement de la prescription de contraceptifs oraux, décision contestée aussi bien par la FNI que par l’Ordre des médecins ou les mesures portant sur l’éducation thérapeutique
Éducation thérapeutique : une mise en cause du rôle propre infirmier ?

Les pouvoirs publics donnent en définitive le sentiment d’être engagés avec la profession infirmière dans une valse hésitation dansée sur l’air du « je t’aime moi non plus ». La mission Legman sur la médecine de proximité ne l’a même pas mentionnée
Les infirmières libérales mises en marge de la Mission Legmann

Le rapport Hubert parle surtout des médecins. Et l’année se termine par une remise en cause des prélèvements sanguins effectués dans les cabinets infirmiers
Vers la suppression des prélèvements sanguins dans les cabinets infirmiers ?

Mais aussi avec un faible taux de participation aux nouvelles URPS
Résultats définitifs des élections aux URPS

Et de la neige, beaucoup de neige !

Creative Commons License
Rédacteur en chef IZEOS
serge.cannasse@izeos.com

Publicité

Commentaires (2)

BOUFFON

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#2

infirmiers peu mobilisés

il fallait se mobiliser contre le conseil de l'ordre quand celui ci etait en gestation.
Les infirmiers qui etaient contre ne se sont pas fait entendre, ou du moins si peu .Les elections n'ont pas été représentatives de la majorité. Mais en democratie voter blanc ou s'abstenir n'aboutit qu'à donner des points à l'adversaire
alors!!

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#1

L’Ordre contesté jusqu’au Parlement et au ministère

ET bien oui mais que peuvent faire les elus du peuple devant autant l'arrogance, la suffisance, l'imcopetence d'une institution qui a été rapté par le groupe saint anne et madame Leboeuf! le groupe saint anne et madame leboeuf ne represente pas les infirmiers. Son coup d'etat et la faillite de son systeme, sont liés principalement à un manque de democratie. Il faut pour sauver l'ordre...ECOUTER. Non les infirmiers ne veulent pas une cotisation à 75 euros, NON les infirmiers ne veulent pas comme representants des directeurs de soins ou des cadres sups....et oui 90 % des infirmiers travaillent dans l'illegalite et sont susceptibles d'être comdamner à 3 ans de prison pour exercice illégale de la profession infirmiere.Tant que le bureau de l'ONI n'arrivera pas a s'assouplir en instaurant une autre politique...c'est une voie sans issue. Madame Leboeuf doit demissionner, il est encore tant de sauver l'ordre. Il faut des conseillers modernes, reactifs qui doivent avoir le sens de la realpolitik sinon l'ordre sera enterrer en 2011. Conseillers reagissez. Il faut une session extraordinaire avec une baisse de la cotisation, la demission de celle qui a plongé l'ordre dans cette decadence,une politique d'ouverture vers les syndicats meme s'ils ne representent que 0,2 % des infirmiers hospitaliers,des elections anticipees, des objectifs atteignables et une tresorerie drastique...malheureusement l'aveuglement fanatique de quelques elus ne va pas aider l'ordre a survivre........