INFOS ET ACTUALITES

Inondations à Biot : trois morts dans un Ehpad

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Les inondations dans les Alpes-Maritimes samedi soir 3 octobre 2015 ont fait, selon un dernier bilan, 21 morts dont trois dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du groupe Orpea à Biot.

rue pluie inondations

Une brutalité climatique soudaine qui a surpris la population, faisant morts et dégâts très importants.

Les Alpes­-Maritimes ont connu samedi en fin de journée et en début de nuit des chutes de pluie "d'une ampleur exceptionnelle dans certains secteurs à l'Ouest du département", qui ont atteint jusqu'à 180 millimètres en trois heures, a rapporté la préfecture du département dans des points diffusés dimanche. Parmi les villes touchées, elle a cité Biot, Antibes­-Juan­-les­-Pins, Cannes ou encore Mandelieu-­La Napoule. 

Selon le dernier bilan de la préfecture ces intempéries ont fait 21 victimes. Trois résidents sur les 48 que compte l'Ehpad Le Clos Saint­Grégoire, à Biot, sont décédés, a confirmé lundi à l'APM le groupe Orpea, auquel l'établissement appartient. Dans un communiqué, Le Clos Saint-­Grégoire explique que suite aux intempéries exceptionnelles survenues ce samedi, le rez­-de­-chaussée de notre établissement a été totalement inondé dans la soirée. D'après les informations disponibles, une vague de près de 1,20 mètre de haut a déferlé sur la résidence et a violemment pénétré par diverses ouvertures. Malgré le dévouement de notre équipe et l'intervention des services de secours qui, ensemble, ont immédiatement fait tout leur possible pour mettre en sécurité tous les résidents, nous déplorons hélas le décès de trois d'entre eux, témoigne-­t-­il.

Le groupe Orpea a indiqué lundi à l'APM que "les trois résidents malheureusement décédés étaient hébergés au rez­-de-­chaussée" et que "17 autres résidents ont pu être mis en sécurité au 1er étage". Indiquant que les "premières pensées ont été pour leur famille", l'Ehpad souligne que l'"équipe est également choquée par ce drame" et qu'"une cellule de soutien psychologique va bien évidemment être très rapidement mise en place, pour apporter soutien et réconfort à tous ceux qui en éprouveront le besoin". Tous les espaces de vie et de soins situés au rez-­de­chaussée de notre établissement (cuisine et restaurant, infirmerie, etc.) étant inexploitables à ce jour", l'ensemble des résidents ont été transférés dans la matinée de dimanche vers des Ehpad situés sur des communes voisines, à Grasse, Le Cannet et Vence. Tous les résidents sont désormais installés dans un établissement qui offre des conditions d'accueil et de prise en charge adaptées au bien­être de personnes âgées en perte d'autonomie. Tous ont été pris en charge par les équipes médicales et paramédicales de l'établissement d'accueil, qui avaient été préalablement parfaitement informées des besoins de chacun; les dossiers médicaux et de soins ont bien évidemment été transmis pour assurer la continuité des soins. Des psychologues sont déjà présents pour accompagner leur installation, assure l'Ehpad Le Clos Saint-Grégoire.

Laurence Rossignol dans les Alpes-Maritimes lundi 5 octobre

Le cabinet de Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la famille, à l'enfance, aux personnes âgées et à l'autonomie, a annoncé à l'APM lundi en fin de matinée que la secrétaire d'Etat se rendait lundi dans les Alpes­-Maritimes. Le président de la République, François Hollande, s'était rendu dimanche, vers midi, à la maison de retraite. Je veux d'abord dire tout mon soutien aux familles qui sont concernées et qui sont aujourd'hui en deuil. Je veux également saluer le travail de l'ensemble des agents, a­-t-­il déclaré. Dès mercredi au conseil des ministres, il y aura la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle et les indemnisations qui seront ensuite versées le seront dans un délai de trois mois", a­t­il annoncé, évoquant aussi un "fonds de soutien aux collectivités locales les plus directement frappées.

Au CH Antibes-Juan-les-Pins, encore une activité soutenue lundi

Interrogé lundi par l'APM, le directeur du centre hospitalier (CH) d'Antibes­-Juan-­les-Pins,
Jérémie Sécher, a expliqué que son établissement avait "encore une activité soutenue" lundi matin. Nous avons hospitalisé beaucoup de patients depuis samedi, a-t-­il souligné, sans pouvoir donner de chiffres consolidés. Il a raconté qu'il y avait eu ce week­end deux moments où des patients avaient afflué à l'hôpital : dans la nuit de samedi, des personnes venues notamment des campings voisins, souvent en hypothermie, et dimanche soir, notamment pour des malaises, des personnes ayant passé la journée à nettoyer leur maison et se rendant parfois compte qu'elle était devenue inhabitable. Le CH a également "travaillé en articulation avec les services de l'Etat et de la ville d'Antibes­-Juan-­les-­Pins" afin de soutenir les personnes hébergées à la maison des associations de la commune, "pour des prises en charge ponctuelles et des livraisons de médicaments". Jérémie Sécher s'est réjoui que les équipes de l'hôpital aient été "au rendez-­vous, même si c'était difficile". Il a expliqué qu'il n'avait pas été nécessaire de déclencher le plan blanc, des personnels étant revenus dans l'établissement "spontanément". Par ailleurs, certains agents sont également restés à l'hôpital, n'ayant pas pu rentrer chez
eux. Le directeur du CH a également expliqué que certains locaux de l'établissement "avaient pris l'eau" (le self, l'ancien service de pédiatrie, etc.) mais "que tout [avait] été sécurisé" dimanche.

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)