INFOS ET ACTUALITES

Journée mondiale du don de sang : un geste qui reste irremplaçable

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Il n’existe aujourd’hui aucun traitement ni médicament de synthèse capable de se substituer au sang humain et aux produits sanguins labiles (PSL), issus des dons de sang. Cet acte volontaire et bénévole reste donc toujours irremplaçable. Pour remercier les donneurs qui se mobilisent tout au long de l’année mais aussi et surtout, pour inciter de nouveaux donneurs potentiels à se déplacer, la Journée mondiale des donneurs de sang (JMDS) a lieu chaque année le 14 juin depuis 2004. Cette date symbolique a été choisie pour rendre hommage à Karl Landsteiner, médecin et biologiste autrichien, qui a découvert les groupes sanguins et les a classés en système ABO.

don du sang

Seulement 4% des Français en âge de donner leur sang (18 à 70 ans), l'ont fait dans les douze derniers mois, précise l’Etablissement français du sang.

112,5 millions de dons de sang sont collectés chaque année dans le monde, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, des dons qui sauvent des vies. Mais la possibilité de recevoir une transfusion de sang varie énormément d'un pays à l'autre. Tout système de santé efficace doit absolument disposer d’un service qui permette aux patients d’accéder à du sang et à des produits sanguins sécurisés en quantité suffisante, rappelle ainsi l'OMS, qui constate pourtant que dans de nombreux pays, les services de transfusion sanguine sont confrontés à la nécessité de trouver suffisamment de sang, tout en en assurant la qualité et la sécurité. Quelques chiffres attestent de cette réalité : Près de 47% de ces dons de sang sont collectés dans les pays à revenu élevé qui représentent moins de 19% de la population mondiale.

Que pouvez-vous faire? Donner du sang. Donner maintenant. Donner souvent, martèle l’organisation, à l’origine de la Journée Mondiale des donneurs de sang, qui tombe ce mercredi cette année. L’OMS espère, par cet événement, éveiller les consciences de nouveaux donneurs. Le sang est une ressource précieuse, pour les traitements programmés comme pour les interventions urgentes. Il peut aider à prolonger la vie de patients souffrant de maladies mortelles et à améliorer leur qualité de vie. Le sang est aussi utilisé lors d’actes médicaux et chirurgicaux complexes. Celui-ci est également essentiel pour traiter les blessés dans les situations d’urgence de toutes sortes (catastrophes naturelles, accidents, conflits armés...) et joue un rôle vital dans les soins maternels et périnatals.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner 1 million de patients, en France.

Don de sang : où en est la France ? 

A, B, O, certaines lettres ont plus de pouvoir que d’autres, peut-on lire sur l’une des affiches de la nouvelle campagne lancée à l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang 2017. Tout le monde est incité à donner, quel que soit son groupe sanguin.  Il faut dire que 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour en France pour soigner 1 million de patients. Le défi chaque année ? Trouver sans cesse de nouveaux donneurs. Seulement 4% des Français en âge de donner leur sang (18 à 70 ans), l'ont fait dans les douze derniers mois, précise l’Etablissement français du sang. La France compte environ 1,6 million de donneurs qui fréquentent les centres de collecte en moyenne 1,8 à 1,9 fois par an. Cela représente trois millions de dons. Le problème,  c’est que tous les ans, 170.000 donneurs sortent de nos fichiers parce qu'atteints par la limite d'âge de 70 ans. L'enjeu est donc de recruter des gens jeunes et de les fidéliser, explique François Toujas président de l'EFS. Une tâche pas si facile : 66% des 300 000 nouveaux donneurs accueillis chaque année sont jeunes (moins de 30 ans) mais  parmi les nouveaux donneurs, seulement 25% s'inscrivent dans la durée. Le renouvellement des dons est pourtant nécessaire en raison de la durée de vie limitée des produits sanguins : cinq jours pour les plaquettes (pour la coagulation), 42 jours pour les globules rouges et un an pour le plasma. L'EFS surveille ainsi en permanence l’état des réserves et tire régulièrement la sonnette d’alarme pour sensibiliser le plus grand nombre sur la nécessité de donner son sang.

Les Français sont-ils au point côté groupe sanguin ? Pas vraiment, si l’on en croit une enquête Opinionway réalisée en mars 2017 auprès d'un échantillon représentatif de 1 042 personnes de 18 ans et plus : Si près de 9 Français sur 10 déclarent connaître leur groupe sanguin, 1 sur 5 cite un groupe sanguin erroné (AO, BO...), rapporte-elle. Heureusement, comme le rappelle l’EFS, il n’est pas nécessaire de connaître son groupe sanguin pour donner son sang. Toute transfusion est précédée d’analyses permettant d’assurer la comptabilité et la sécurité du receveur. L’EFS a besoin de donneurs de tous les groupes pour répondre à la diversité rencontrée chez les malades en assurant la sécurité et la comptabilité. C’est tout l’enjeu de cette nouvelle campagne. L’EFS avait déjà profité de la récente élection présidentielle pour éveiller les consciences.

Qui, où, comment ? Tout savoir sur le don de sang*

Qui peut donner son sang ?

Pour donner son sang il faut avoir entre 18 et 70 ans (les plus de 60 ans étant soumis à l'approbation d'un médecin de collecte de l'EFS), peser au minimum 50 kg et être en bonne santé. Toutefois, afin d'assurer la sécurité des donneurs et des receveurs, il existe des cas pour lesquels il n'est pas possible de donner son sang. A noter : Les hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes peuvent donner leur sang s'ils n'ont pas eu de relations homosexuelles pendant un an.

Comment se déroule le don du sang ?

Entre 420 à 480 ml de sang sont prélevés, en fonction du poids du donneur. L’acte lui-même dure de 8 à 10 minutes. Si l'on ajoute le temps de l'entretien pré-don, puis le temps de repos et de collation qui suit le prélèvement, le don de sang prend environ 45 minutes. L’important est de respecter un délai d'au moins 8 semaines entre 2 dons de sang. Enfin, sachez qu’une femme peut donner son sang maximum 4 fois par an, contre 6 fois par an pour un homme.

Quelles sont les choses à savoir ?

En France, 4 valeurs fondent le don de sang : l'anonymat : seul l'EFS connaît l'identité du donneur et du receveur, ainsi que les données le concernant ; le volontariat : le don du sang est un acte libre, accompli sans aucune contrainte ; le non-profit : le sang et les produits sanguins ne peuvent être source de profit ; le bénévolat : le don de sang est bénévole et ne peut être rémunéré sous quelque forme que ce soit.

Où et quand donner son sang ?

Le don du sang peut être réalisé à tout moment dans un lieu fixe de collecte. Pour cela, l'EFS propose un module de recherche en ligne des centres les plus proches (centres fixes ou centres mobiles de don du sang, de plasma ou de plaquette). Les lieux de collecte sont consultables sur le site de l'EFS.

Visualisez le parcours de la poche de sang

* Source : l'Établissement français du sang (EFS).

La généralisation de l’entretien prédon infirmier

L’entretien prédon infirmier (EPDI) est un dispositif qui permet aux infirmiers diplômés d’état (IDE), sous certaines conditions, de réaliser l’entretien préalable au don de sang, entretien jusqu’à présent assuré exclusivement par les médecins. Suite à une phase d’expérimentation lancée en mars 2015 et dont le bilan a été très positif, le dispositif a été pérennisé par un décret publié le 11 mars 2017. La généralisation de l’EPDI permet de gagner en fluidité et d’accueillir les donneurs de sang dans le cadre d’une expérience donneur contemporaine et renouvelée.

L’EPDI en quelques chiffres :

  • 346 531 EPDI réalisés au 31/12/2016.
  • 130 IDE habilités fin décembre 2016.

Opération #MissingType, pour interpeler 

Une seule lettre v-us m-nque et t-ut est dépeuplé, lit-on sur le compte Twitter de l’EFS, qui donne l’exemple. Car cette année, pour donner plus de résonnance à cette Journée, l’établissement invite les marques, les institutions et les particuliers à faire disparaître les lettres A, B et O (correspondant aux différents groupes sanguins) de leur logo, leur site, leur compte Facebook, Twitter etc. C’est l’opération #MissingType, un  geste symbolique auquel se sont déjà livrées plus d’une cinquantaine de marques comme Uber, AccorHotels, AFP, Havas, Hop !, Stratégies, Orpi, Ferrero, Kaporal, la RATP et bien d’autres.

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@gmail.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)