Journée mondiale de la santé : l'OMS appelle à investir dans le personnel infirmier

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Comme chaque année depuis 1950, la journée mondiale de la santé est célébrée le 7 avril, l’occasion de mobiliser autour des thèmes de santé publique qui concernent le monde entier. Dans le contexte de crise sanitaire liée à la propagation du Coronavirus, la commémoration de cette journée, dédiée cette année “aux sages-femmes et au personnel infirmier”, revêt un caractère encore plus solennel. Cette journée mondiale est surtout marquée par la présentation d'un tout premier rapport sur la situation des infirmiers dans le monde alors que la pandémie actuelle souligne la nécessité impérieuse de renforcer les personnels de santé à l'échelle mondiale.

"Le personnel infirmier forme le plus vaste groupe professionnel du secteur de la santé, représentant environ 59% des professions de santé". 

Cette année, la Journée mondiale de la santé est marquée par la présentation du tout premier rapport sur la situation du personnel infirmier dans le monde. L’OMS a évalué les besoins en sages-femmes et en personnel infirmier dans le monde, eux qui ont un rôle prépondérant dans la prestation des services de santé et qui sont, dans certaines régions du globe, le seul recours des populations qui ont besoin d’accéder à des soins de santé. Ces personnes consacrent leur vie à prendre soin des mères et des enfants, à sauver des vies par la vaccination et les conseils en matière de santé, à s’occuper des personnes âgées, et plus globalement à répondre chaque jour aux besoins de santé essentiels. Elles sont souvent le premier, voire le seul recours pour se faire soigner dans leur communauté, souligne l’OMS qui avance un chiffre : il faudra 9 millions de sages-femmes et d’infirmiers supplémentaires dans le monde, dont 6 millions de nouveaux emplois d'infirmiers pour espérer réaliser la couverture sanitaire universelle à l’horizon 2030. Un besoin immense à venir donc, qui explique pourquoi l’Assemblée mondiale de la Santé a désigné 2020 comme année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier.

L’OMS avance le chiffre de 9 millions de sages-femmes et d’infirmiers supplémentaires dans le monde pour espérer réaliser la couverture sanitaire universelle à l’horizon 2030, dont au moins six millions de nouveaux emplois d’infirmier(e)s.

Employer et investir... 

Cette Journée mondiale de la santé a pour slogan : « Soutenez les sages-femmes et le personnel infirmier », un hashtag principal #SupportNursesAndMidwives, et entend faire passer quelques messages essentiels :

A l’avenir, il faudra :

  • Investir dans plus de services dirigés par le personnel infirmier et les sages-femmes afin de permettre à ces derniers de s’épanouir pleinement. 
  • Employer plus de personnel infirmier spécialisé. 
  • Placer les sages-femmes et le personnel infirmier au cœur des soins de santé primaires, pour la prestation de services et l’encadrement des agents de santé communautaires. 
  • Aider le personnel infirmier et les sages-femmes à promouvoir la santé et à prévenir les maladies. 
  • Investir en faveur du leadership du personnel infirmier et des sages-femmes. 

Une commémoration sur fond de Covid-19

Dans le contexte inédit de l’épidémie mondiale de coronavirus, cette journée mondiale de la santé a une résonance particulière. Les infirmières et autres agents de santé sont à l'avant-garde de la réponse COVID-19 - fournissant des traitements et des soins de haute qualité et respectueux, menant un dialogue communautaire pour répondre aux craintes et aux questions et, dans certains cas, collecter des données pour les études cliniques. Tout simplement, sans infirmières, il n'y aurait pas de réponse, assure l’OMS, qui a décliné une série de recommandations pour renforcer les effectifs infirmiers et obstétricaux, une démarche vitale pour atteindre les objectifs nationaux et mondiaux liés à la couverture sanitaire universelle, à la santé maternelle et infantile, aux maladies infectieuses et non transmissibles, y compris la santé mentale, la préparation et la réponse aux situations d'urgence, la sécurité des patients et la prestation de services intégrés, centrés sur la personne soins, entre autres.

Pour la journée mondiale de la santé, le collectif inter-urgences appelle à la mobilisation de tous :

Les infirmières et autres agents de santé sont à l'avant-garde de la réponse COVID-19 - fournissant des traitements et des soins de haute qualité et respectueux, menant un dialogue communautaire pour répondre aux craintes (...) Tout simplement, sans infirmières, il n'y aurait pas de réponse

Que dit le rapport sur la situation des infirmiers dans le monde ?

Élaboré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en collaboration avec le Conseil international des infirmières et la campagne Nursing Now, et avec l’appui des gouvernements et d’autres partenaires, ce premier rapport 2020 sur la situation du personnel infirmier dans le monde a reçu les données de 191 pays et s'ouvre sur deux constats : les possibilités de formation avancée et le renforcement des rôles professionnels (des infirmiers), y compris au niveau politique, peuvent contribuer à améliorer la santé des populations.

En revanche, de grandes inégalités demeurent quant à la répartition du personnel infirmier dans le monde, auxquelles nous devons remédier. Pour cela, le rapport identifie plusieurs leviers qui impliquent un investissement politique et financier : Parmi ces points clés, l'OMS préconise : d'investir pour intensifier considérablement la formation du personnel infirmier – en agissant aux niveaux des facultés, de l’infrastructure et des étudiants – et afin de répondre aux besoins mondiaux ; de créer au moins six millions de nouveaux emplois d’infirmières et d’infirmiers d’ici à 2030, surtout dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, pour compenser les pénuries attendues et remédier à la répartition inégale du personnel infirmier dans le monde et de renforcer le leadership – actuel et futur – des infirmières et des infirmiers afin qu’ils jouent un rôle influent dans la formulation des politiques sanitaires et la prise de décisions et contribuent à l’efficacité des systèmes de soins de santé et de prise en charge sociale. 10 points clés au total qui concernent la formation, l'emploi et le leadership du personnel infirmier. Citons-en quelques-uns : la nécessité d'améliorer les conditions de travail, notamment en assurant des effectifs de personnels suffisants, une rémunération juste, la nécessité de renforcer le rôle du personnel infirmier au sein des équipes de soins en faisant collaborer différents secteurs (santé, éducation, immigration, finance et travail)..., ou encore celle de moderniser la réglementation de la profession en harmonisant les normes relatives à la formation.

Le rapport, qui chiffre donc à 6 millions supplémentaires le besoin mondial en infirmiers d'ici à 2030, explique que 89 % de la pénurie planétaire de personnel infirmier est concentrée dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, où la croissance du nombre d’infirmiers(ères) suit à peine celle de la population, et où les niveaux de densité de personnel par rapport à la population ont donc peu progresséAu niveau mondial, le personnel infirmier est relativement jeune, mais il y a des disparités entre les Régions, les tranches d’âge supérieures étant largement plus représentées dans la Région des Amériques et dans la Région européenne. Dans ces pays, note le rapport, il faudra augmenter le nombre de diplômés et renforcer les systèmes de maintien en poste afin de préserver l’accès aux services de santé. Partout dans le monde, les progrès à faire sont nombreux : la profession reste très genrée, note également le rapport, avec environ 90% du personnel infirmier de sexe féminin, alors que peu de poste de direction sont paradoxalement occupés par des femmes. De même, un membre du personnel infirmier sur huit travaille dans un pays différent de celui où il est né ou a été formé. Le vieillissement menace également les effectifs mondiaux de la profession, souligne-t-il : en effet, un membre du personnel infirmier sur six devrait partir à la retraite au cours des dix prochaines années.

L'Organisation mondiale de la santé invite les pays à investir de façon à accélérer massivement la formation, la création d'emplois et les capacités de direction de la profession infirmière. Les dirigeants politiques comprennent le coût de la formation d'un personnel infirmier professionnel et du maintien de ses effectifs, mais ce n'est qu'aujourd'hui que nombre d'entre eux en reconnaissent la vraie valeur, a ainsi confié Annette Kennedy, présidente du Conseil international des infirmières. Chaque centime investi dans le personnel infirmier permet d'augmenter le bien-être des individus et des familles de façon tangible.

Le rapport se termine par un appel aux États membres et aux autres parties prenantes à s'engager dans ce programme. Les investissements demandés entraîneront des progrès vers la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable, y compris la santé, mais aussi l'éducation, le genre, le travail décent et la croissance économique.

OMS journée santé 2020

Notes en bas de page :

Retrouvez l'ensemble des données du rapport sur le site de l'OMS.

Tout sur la Journée Mondiale de la santé.

Tout sur l'année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier.

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Commentaires (0)