INFOS ET ACTUALITES

La formation d'Ibode ouverte juste après le DE ?

Un projet d'arrêté prévoit la suppression des deux ans d'expérience requis pour suivre la formation d'infirmier de bloc opératoire diplômé d’État (Ibode).

La formation d'Ibode ouverte juste après le DE ?Ce texte vise à modifier l'arrêté du 22 octobre 2001 relatif à la formation conduisant au diplôme d’État d'infirmier de bloc opératoire. Il supprime la mention des "deux années minimum d'exercice, en équivalent temps plein, en temps qu'infirmier ou sage-femme, au 1er janvier de l'année du concours", actuellement requises pour entrer en école d'Ibode.

Le projet d'arrêté sera présenté au Haut conseil des professions paramédicales (HCPP) le 1er février 2012, a fait savoir jeudi le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI, CFE-CGC) dans une lettre d'information. Il souhaite consulter ses adhérents avant de donner son avis dans le cadre du HCPP.

"Pour le ministère [du travail, de l'emploi et de la santé], cette mesure se justifie au motif que les infirmiers nouvellement diplômés se retrouvent souvent à exercer dans des blocs opératoires", a expliqué le SNPI. Un infirmier diplômé d’État (IDE) peut en effet exercer au bloc sans être titulaire du diplôme d'Ibode, faisant ainsi "fonction d'Ibode", rappelle-t-on.

La suppression des deux années requises, permettra à ces jeunes diplômés, selon le ministère, "d'acquérir rapidement la qualification nécessaire à l'exercice en bloc opératoire", poursuit le syndicat.

Jointe par l'APM, la présidente de l'Union nationale des associations d'infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat (Unaibode), Charline Depooter, a expliqué qu'elle soutenait cette mesure.

Cela permettrait d'ouvrir la formation d'Ibode "à une autre population", sans empêcher les infirmiers qui le souhaitent d'entrer en école plus tard par la formation continue, a-t-elle affirmé.

"Beaucoup de jeunes IDE veulent se former tout de suite", a-t-elle constaté, observant que la prise en charge de la formation continue n'était "pas facile à obtenir". Elle a affirmé que cette mesure pourrait aider à réduire la pénurie d'Ibode.

L'Unaibode a demandé que cette mesure s'applique dès la rentrée, à l'automne. Charline Depooter a estimé que le ministère partageait cette intention.

Concernant la refonte de la formation d'Ibode, en discussion "depuis 2006", elle a expliqué que le ministère de la santé avait proposé l'attribution de 90 crédits européens ECTS, et souhaitait donc maintenir la durée de la formation à 18 mois.

Elle a regretté que l'attribution d'un grade de master ne soit "pas encore" proposée par le ministère, alors que l'Unaibode souhaite aboutir à un master 2, en deux ans. Si les discussions s'arrêtent à l'attribution de 90 ECTS, la refonte des enseignements, déjà intégrée par certaines écoles, pourrait être mise en œuvre dès l'automne 2012. En revanche, l'attribution d'un grade de master nécessiterait des travaux avec le ministère de l'enseignement supérieur, retardant la réforme "d'une année", a-t-elle estimé.

Elle a précisé, par ailleurs, que le ministère de la santé travaillait sur un nouveau métier d'assistant de chirurgie, inspiré des États-Unis, permettant à un Ibode de réaliser des actes effectués d'ordinaire par un chirurgien. Ces actes concerneraient des spécialités chirurgicales bien précises, par exemple l'orthopédie ou la gynécologie.

Ils ne concerneraient donc qu'une faible proportion d'infirmiers de bloc, et ce mode d'exercice serait davantage mis en place dans les "hôpitaux périphériques" que dans les CHU, compte tenu de la présence d'internes, a expliqué Charline Depooter.

La formation aurait lieu, après celle d'Ibode, en compagnonnage avec une équipe de chirurgie. Elle s'appuierait notamment sur une formation anatomique plus poussée.

Publicité

Commentaires (10)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

265 commentaires

#10

Où est le problème ?

Bonjour, je ne vois pas le problème,il s'agissait d'un flux d'informations cohérentes entre elles sur le même sujet. Il est spécifié qu'il s'agit d'un communiqué et les principaux propos sont repris entre guillemets... Bonne journée.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#9

à madame Fabregas

Il eût été plus judicieux de publier le communiqué de l'Ordre Infirmier, tant qu' en faire la promotion :

IBODE - Suppression des deux années d'exercice obligatoire avant la spécialisation, une avancée en faveur d'une meilleure reconnaissance de l'expertise IBODE
08/02/2012

Favoriser l’accès à la spécialisation au bloc opératoire aux étudiants infirmiers qui le souhaitent
L’Ordre national des infirmiers, après avoir consulté les associations professionnelles, et comme il a pu l’exprimer lors la séance du Haut conseil des professions paramédicales le 1er février 2012, apporte son soutien à la suppression de l’obligation de justifier de deux années minimum d'exercice de la profession d'infirmier pour être admis à suivre l'enseignement sanctionné par le diplôme d'Etat d'infirmier de bloc opératoire (IBODE).
Cette décision constituerait une avancée manifeste dans le sens d’une meilleure reconnaissance de l’expertise de l’infirmier de bloc opératoire en permettant aux étudiants infirmiers qui le souhaitent, de s’engager dès l’issue de leurs études d’infirmiers vers cette spécialisation. Elle devrait permettre de relancer l’intérêt des jeunes infirmiers pour cette formation. L’Ordre le souhaite ardemment dans le contexte de très grande pénurie d’infirmiers de bloc opératoire dont souffre actuellement notre système de santé.

Les IBODE sont formés à la gestion des risques au bloc opératoire
Pour l’Ordre, cette suppression des deux années d’exercice requis pour suivre la formation d’infirmiers de bloc opératoire constitue une des avancées indispensables pour revaloriser le métier d’IBODE, favorisant ainsi la sécurité et la qualité des soins dans les blocs opératoires. L’Ordre rappelle que l’enseignement en école porte de manière importante sur la gestion des risques que ce soit en matière d’hygiène, d’utilisation des équipements ou de réglementation du bloc.

L’Ordre demande la mise en place d’un master IBODE
Cette revalorisation passe aussi par la reconnaissance légale des compétences spécifiques et exclusives des IBODE et par la mise en place d’un master IBODE à l'issue de la démarche de réingénierie des études, comme cela a été annoncé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé et celui de l’Enseignement Supérieur pour les infirmiers anesthésistes diplômés d’État (IADE) à partir de la rentrée 2012. L’Ordre appelle à cet égard à un traitement égalitaire de toutes les spécialités infirmières.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#8

Ineptie !

Comment, peut on être assez bête et idiot, pour valider de telles propositions ?
Quid des actuelles étudiantes, futures professionnelles, dont nous constatons presque tous, ici et là, les insuffisances graves dûes en partie à la nouvelle formation ?
Professionnelles qui, tout juste licenciées, vont avoir la possibilité de continuer sur la lancée d'un improbable master sans avoir acquis l'expérience nécéssaire, à tous, sur le terrain du soin, au chevet des patients. Et pourquoi pas de faire l'école des cadres sans même avoir gôuté aux joies quotidiennes du soin, dans la foulée ?
Quid des actuelles professionnelles auxquelles sont refusées des formations continues depuis des années pour toutes sortes de raisons, à commencer pour des motifs économiques et financiers. Infirmières qui attendent pour certaines depuis plus de 5 ou 10 ans cette promotion via la formation continue ?
Enfin, la bénédiction donnée il y a peu par l'Ordre infirmier continu à l'éloigner encore un peu plus des opposants et de ceux qui veulent le quitter. Là aussi : bravo !!!

Bonjour l'égalité de traitement !
Si vous voulez continuer à dégôuter encore un peu plus, vos collègues (?) les infirmières, continuez sur cette voie mesdames et messieurs les syndicalistes des beaux bureaux.

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#7

Dommage ...

C'est pas comme cela qu'on valorise une profession.
Quand à la durée des études, c'est plus vers 9 ou 12 mois que vous vous dirigez ...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

265 commentaires

#6

L'Ordre des infirmiers dit "oui" aussi

Dans un communiqué du 8 fevrier 2012, l'Ordre national des infirmiers, après avoir consulté les associations professionnelles, et comme il a pu l'exprimer lors la séance du Haut conseil des professions paramédicales le 1er février 2012, apporte son soutien à la suppression de l'obligation de justifier de deux années minimum d'exercice de la profession d'infirmier pour être admis à suivre l'enseignement sanctionné par le diplôme d'Etat d'infirmier de bloc opératoire (IBODE).
"Cette décision constituerait une avancée manifeste dans le sens d'une meilleure reconnaissance de l'expertise de l'infirmier de bloc opératoire en permettant aux étudiants infirmiers qui le souhaitent, de s'engager dès l'issue de leurs études d'infirmiers vers cette spécialisation. Elle devrait permettre de relancer l'intérêt des jeunes infirmiers pour cette formation. L'Ordre le souhaite ardemment dans le contexte de très grande pénurie d'infirmiers de bloc opératoire dont souffre actuellement notre système de santé."
Pour l'Ordre, "cette suppression des deux années d'exercice requis pour suivre la formation d'infirmiers de bloc opératoire constitue une des avancées indispensables pour revaloriser le métier d'IBODE, favorisant ainsi la sécurité et la qualité des soins dans les blocs opératoires".
L'Ordre réclame également "la mise en place d'un master IBODE" comme annoncé récemment pour les infirmiers anesthésistes diplômés d'État (IADE) à partir de la rentrée 2012.

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

265 commentaires

#5

Le HCPP dit "oui"

Le Haut conseil des professions paramédicales (HCPP) a donné le 1er février 2012 un avis favorable à la suppression des deux ans d'exercice requis pour suivre la formation d'infirmier de bloc opératoire (Ibode). Le projet a été approuvé à la majorité par le HCPP, même s'il s'est montré "assez divisé" : sur 31 membres, 13 ont voté pour et 6 contre, et 12 se sont abstenus.
Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI, affilié à la CFE-CGC), a voté pour cette mesure, s'appuyant sur une enquête menée, du 22 au 31 janvier 2012, parmi ses adhérents via son site Internet, relayé sur Infirmiers.com
A la question "faut-il une expérience professionnelle pour être Ibode?", 57% des adhérents ont répondu "non" et 43% "oui", sur 2.551 réponses reçues. Le syndicat a averti le HCPP que cette mesure pourrait cependant présenter certains "dangers".
Le SNPI a précisé par ailleurs qu'il souhaitait voir la formation des infirmiers de bloc étendue à deux ans. En savoir plus sur http://syndicat-infirmier.com/Resultats-enquete-SNPI-Faut-il-une.html

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#4

Dommage ...

Tu parles d'une réponse !
Pas d’exclusivité, pas de revalorisation salariale, par contre des responsabilités en plus, des études en moins, une dévalorisation de vos compétences par la suppression de l'expérience requise, ... Bref, encore une fois, vous avancez dans le mauvais sens ... Changez rien surtout, faîtes surtout pas grève ...

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#3

Dommage ...

Des etudiants IDE qui partent direct à l'école ? Et qui vont payer les frais de scolarité sans financement ? Qui vont faire 4 ans et demi d'étude sans salaire ? Tout ça pour gagner 3 sous en plus ?
Le salaire IBODE baisse et se rapproche de plus en plus des IDE ... Vous croyez vraiment qu'ils vont trouver des quiches pour payer eux même leurs études sachant que les écoles de spé sont chères ??? Les hopitaux ne financent déjà pas leur propre IDE de bloc, vous croyez qu'ils vont financer des étudiants ?

Mais vous vivez dans quel monde ? Vous êtes aveugle ou quoi ?
On vous enfile de tous les côtés amis IBODE, continuez comme ça et vous allez disparaitre !!
Il est plus que temps de relever la tête et de vous battre !!!

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#2

Dommage ...

Il est triste de voir que les IBODE n'ont encore rien compris ! C'est l'exclusivité de compétence qui vous sauvera ! Supprimer l'expérience requise ne fera que rabaisser votre niveau de formation. La formation passera à 12 mois puis à 6 puis à rien ... Votre métier disparait, c'est dommage mais c'est de votre faute !
Au lieu de lorgner sur les IAde qui ont, eux, un vrai programme d'étude, vous devriez vous battre pour votre exclusivité d'exercice et la reconnaissance de ce que vous faîtes déjà !
En même temps, vos syndicats sont si mauvais que vous n'êtes vraiment pas aider ...

librio62

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#1

Y a du vrai

"Beaucoup de jeunes IDE veulent se former tout de suite", a-t-elle constaté, observant que la prise en charge de la formation continue n'était "pas facile à obtenir"
Uép y a du vrai la dedans, pas évident de se remettre le nez dans les études
Maintenant le coup des 90 ECTS qui (si mes comptes sont bons) donne un Matser 1,5 / C'est vraiment chiche......