INFOS ET ACTUALITES

La mobilisation continue contre l'Ordre infirmier

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Les organisations syndicales, qui organisent une semaine de mobilisation de lundi à vendredi contre l'Ordre, ont réitéré mardi lors d'une conférence de presse leur demande de table ronde avec la ministre de la santé pour exposer leurs arguments en faveur d'une abrogation de l'instance ordinale.

A l'appel d'une intersyndicale composée de syndicats CFDT, CFTC, FO, Snics-FSY, SUD, Ufmict-CGT, plusieurs actions sont organisées cette semaine en France pour marquer l'opposition à l'Ordre infirmier, mais aussi aux autres Ordres des professions de santé, tels que les pédicures-podologues, les masseurs-kinésithérapeutes et les sages-femmes.

Sont notamment prévus des rassemblements devant les directions départementales et régionales des affaires sanitaires et sociales (Ddass et Drass) et préfectures, a expliqué Michaël Deroche, secrétaire fédéral de la CFDT santé-sociaux, au nom de l'intersyndicale. Les infirmiers vont également afficher leur opposition sur leur blouse, a-t-il ajouté.

"Nous sommes contre l'Ordre infirmier et contre le fait de payer pour pouvoir travailler", a-t-il rappelé. "[Il est demandé] aux infirmiers de payer une structure ordinale pour [ce] qui existe déjà dans les établissements hospitaliers que ce soit en termes de déontologie ou de discipline", a expliqué Michaël Deroche, estimant qu'on allait vers "une double peine" pour les infirmières qui devraient passer devant un conseil de discipline, mais aussi devant les instances disciplinaires de l'Ordre.

Les syndicats ont également déploré que l'Ordre et les directions d'établissement fassent pression pour que les infirmiers s'inscrivent.

Michaël Deroche a rappelé qu'un article de la loi portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) permettait l'inscription automatique au tableau de l'Ordre. "Le décret [d'application] n'est toujours pas paru", a-t-il pointé.

"Nous demandons l'organisation d'une table ronde avec la ministre de la santé pour pouvoir exposer [notre] demande d'abrogation de cette structure ordinale", a expliqué Sylvie Breuil, secrétaire générale de l'Ufmict-CGT. Depuis le début de la mobilisation, les représentants syndicaux n'ont pu rencontrer la ministre, ni eu de réponse à leurs diverses interpellations, a-t-elle signalé.

Interrogé sur le nombre d'infirmiers qui auraient décidé de ne pas s'inscrire, les syndicats n'ont pas donné de chiffres précis. Dans certains établissements, "nous avons récolté entre 50% et 80% de dossiers", mais la plupart des infirmiers ont aussi jeté eux-mêmes leur dossier ou les ont déchirés, a souligné le secrétaire fédéral de la CFDT santé-sociaux.

Les syndicats ont également affirmé que certains élus des instances départementales ordinales avaient démissionné de leur mandat. Ils ont notamment cité le collège salarié de l'Aude dont les membres auraient tous démissionné.

Les organisations syndicales se sont également inquiétées du déroulement de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) au cours de laquelle les étudiants infirmiers vaccinent "sans encadrement".

L'Ordre national des infirmiers a écrit à la ministre de la santé pour alerter sur les conditions de réquisitions de certains infirmiers et notamment sur l'absence d'encadrement infirmier dans certains centres, où des étudiants infirmiers en dernière année de formation ont été réquisitionnés et procèdent seuls aux vaccinations, rappelle-t-on.

Le Snics-FSU a aussi déploré les "réquisitions à quasiment 100%" des infirmières de l'éducation nationale, ce qui ne leur permettait plus d'exercer les missions qu'elles assuraient habituellement auprès des jeunes.

Les organisations syndicales ont également fait part de leur mécontentement sur la question des revalorisations des grilles salariales. Les syndicats ont quitté la séance de négociation lundi afin de protester contre le refus du ministère de maintenir une possibilité de départ à 55 ans pour les professionnels qui opteront pour la catégorie A, précise-t-on.

 

Paris, 17 décembre 2009 (APM)

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (1)

saxogreg

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#1

Mélange

Ou comment mélanger toutes les revendications dans une manifestation orientée sur un sujet unique.
L'Ordre, la grippe, les salaires, les conditions de travail, etc :
Ca ressemblerait plus à un raz-le-bol général qu'à une dent contre l'Ordre. Ce qui est somme toute légitime.