INFOS ET ACTUALITES

Lancement de l'Observatoire national du suicide

par .

Chaque année près de 10 500 personnes mettent fin à leurs jours en France... La Journée Mondiale de Prévention contre le suicide  - créée par l'OMS et l'IAPS - rappelle, tous les 10 septembre, qu'il est indispensable de lutter contre ce fléau de santé publique. Le ministère de la Santé installe à cette occasion l’Observatoire national du suicide.

homme seul nuit

La France et les Français très exposés au suicide

La Journée mondiale de prévention contre le suicide rappelle à tous - communautés, individus, professionnels et bénévoles – qu'il est nécessaire de prendre part aux activités de sensibilisation à ce problème de santé publique qu'est le suicide et de lancer de nouvelles initiatives et méthodes de prévention. La France avec plus de 10 000 morts par an et plus de 200 000 tentatives, connaît un taux de suicides de 14,7 pour 100 000 habitants, bien au-dessus de la moyenne de l'Union européenne (10,2 pour 100 000), selon les dernières données (Insee et Beh).

Rappelons que le premier mode suicidaire chez les hommes comme chez les femmes est la pendaison (54 et 32 %). Les hommes ont plus souvent recours aux armes à feu (18 % contre 3 %), les femmes aux médicaments (31 % contre 10 %).

Chaque année, près de 11 000 Français mettent fin à leurs jours. C'est trois fois plus que les morts par accident de la route.

27 % des actifs ont pensé au suicide...

Dans le cadre d’une étude1 sur l’appréhension des conditions de travail des salariés et actifs français, le cabinet de prévention des risques professionnels Technologia a cherché à connaître dans quelle mesure et de quelle manière ceux-ci étaient confrontés au suicide. Selon l'enquête, 27% des actifs ont déjà pensé au suicide et 3% l'ont même fait "souvent". Ils sont également 12% à rapporter avoir été confronté au suicide au cours des 12 derniers mois, via un collègue (37%), un membre de leur famille (27%), un ami (32%), un voisin (8%) ou autre (6%).

Ecouter Françoise Facy, présidente de l'Union nationale de Prévention du suicide (Unps) nous parler du suicide en France

La prévention du suicide : priorité de santé publique

Dès 2011, la création d'un observatoire national du suicide avait été réclamée par 44 spécialistes, dont le généticien Axel Kahn, le psychiatre Boris Cyrulnik et le président de l'association France prévention suicide Michel Debout, qui avaient signé un appel sur le site du quotidien Libération. Un site web avait également été lancé en 2012 par France prévention suicide et le cabinet Technologia pour recueillir des soutiens à la création de cet observatoire, afin de mettre la question de la prévention du suicide à l'ordre du jour et d'en faire une priorité de santé publique

Le ministère de la santé, à l'écoute de ce grave problème de santé publique, installe par décret aujourd'hui, Journée mondiale de prévention du suicide, cet Observatoire qui réunit les représentants des sept ministères concernés2, des acteurs institutionnels (opérateurs de l’Etat et caisses d’assurance maladie), des parlementaires, ainsi que des chercheurs, des professionnels de santé de diverses disciplines, des personnalités qualifiées et des représentants d’associations. Principale mission : améliorer la connaissance des mécanismes conduisant aux suicides et mieux coordonner et exploiter les différentes données existantes. Il devra également évaluer les politiques publiques de lutte contre le suicide, et produire des recommandations, particulièrement dans le champ de la prévention. Le suicide des personnes âgées sera particulièrement étudié. Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie recevra à cet effet, le 8 octobre prochain, les conclusions du Comité National pour la Bientraitance et les Droits des personnes âgées et des personnes handicapées (CNBD), chargé de réfléchir aux moyens de mieux prévenir le suicide des âgés. Les suicides des plus de 65 ans représentent en effet près d’un tiers des suicides enregistrés en France, soit près de 3.000 décès par an. Ces propositions permettront l’élaboration d’un plan d’action spécifique de prévention du suicide des âgés.

Marisol Touraine l'a rappelé dans son discours lors du lancement de l'Observatoire : le suicide n'est pas une fatalité. Nous avons donc la responsabilité et le devoir de nous mobiliser pour agir[...] Il est essentiel de mieux comprendre le suicide et le lancement de cet Observatoire marque donc une étape importante... En matirèe de suicide nous ne sommes pas condamnés à l'inaction et ma détermination sera sans faille pour conduire ce combat. Et de conclure tout ne reposera donc pas sur l'Observatoire national du suicide : mais il sera un outil indispensable pour mieux connaître, mieux prévenir et conduire plus efficacement notre combat contre le suicide. Un rapport annuel s’attachera à établir chaque année « un focus thématique ». A suivre...

Notes

  1. Enquête réalisée en ligne du 30 juillet au 20 août 2013 auprès d'un échantillon de 1000 individus représentatifs de la population active occupée française
  2. Les sept ministères concernés sont : le ministère de l’Education nationale, le ministère de la Justice, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.
Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (2)

pmeury

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#2

Soutien aux patients, aux familles, aux soignants ....

C'est si dur de vivre l'après suicide quand on est famille ...culpabilité, interrogations, regrets, doutes, douleur, manque, chagrin .... si celui qui a choisi sa fin était âgé...c'est l'incompréhension !.... eh bien oui , on peut vieillir avec des rêves et des espoirs et un jour, choisir de mourir de dés-espoir!
C'est également très difficile de surmonter le décès par suicide d'un patient, je me souviens d'un jeune IDE, qui a découvert le corps de cet homme auquel tous les soignants étaient très attachés. Un homme dont nous respections tellement le parcours de vie, un homme dont nous comprenions tellement la souffrance physique et morale, il était encore jeune, comme nous et cloué à une vie de dépendance ...Je me souviens de la détresse de ce jeune soignant, détresse violente, détresse panique, détresse qui amène à vouloir abandonner la profession... Pour cet homme qui a choisi d'en finir, pour cet infirmier qui a eu si mal, s'il me lit, peut être se reconnaîtra t il? Je vous respecte lui et toi.

BebNet

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Lutter contre le suicide est difficile...

On note que : “Chaque année, près de 11 000 Français mettent fin à leurs jours. C'est trois fois plus que les morts par accident de la route."

...Mais il est tellement plus rentable, au nom de la sécurité routière, d'investir des millions dans des moyens de surveillance et de répression, automatisés de préférence...

Enfin, enfin, enfin, ces 10000 morts/an et ces malheureuses 200000 tentatives/an vont peut-être sortir de l'ombre et du silence.