INFOS ET ACTUALITES

Le visiteur médical et la panthère

Libération a diffusé une vidéo genre "sadomasorigolo" copiée sur la pub Orangina et incitant les médecins à prescrire un antipsychotique des laboratoires Lily. Ceux-ci sont bien embarrassés et le tout médiatique s'indigne.

Le laboratoire Lilly France a présenté ses excuses mercredi dans un communiqué après que le quotidien Libération a mis en ligne sur son site internet un document vidéo interne à destination de sa visite médicale relatif à l'antipsychotique retard Zypadhera* (olanzapine).

La partie vidéo du document est un détournement d'une publicité en faveur de la boisson gazeuse Orangina (finalement jamais utilisée) Zypadhera* doit être secoué avant injection qui montre une panthère noire de synthèse en bikini jaune lançant son fouet en direction d'un homme qui se déshabille, jusqu'à finir nu. La partie audio est l'échange entre la panthère menaçante la visiteuse médicale et l'homme -le médecin.

"Alors, tu ne prescris pas encore Zypadhera*? On va se faire un petit rappel de tout ça. A ton avis, pourquoi faut-il choisir Zypadhera*? Concentre-toi, bébé, concentre-toi", lance la panthère. "Maintien de l'efficacité...", répond le médecin puis, à la panthère qui le relance, "meilleure observance... Souplesse de dosage... Toutes les deux à quatre semaines...". "Prescrire, oui, je veux prescrire", répète-t-il enfin, terrorisé. Et la panthère revient en voix off: "Zypadhera*, prescrivez-le sinon ça pourrait mal se passer".

Interrogé par APM, le PDG de Lilly France, Dominique Amory, explique que cette vidéo, conçue par une jeune salariée du service marketing, était destinée dans un premier temps aux directeurs des ventes (une quinzaine de personnes) avant d'être présentée, le cas échéant, aux visiteurs médicaux en charge de la promotion du produit. "Normalement, tout ce qui est présenté à la force de vente doit d'abord passer par le directeur du marketing. Mais, au moment de la réunion, fin décembre [2010], des directeurs des ventes, la vidéo n'était pas prête. Elle a quand même été diffusée en fin de réunion, à un moment où le directeur du marketing n'était plus là, de même que plusieurs directeurs des ventes. Peu de directeurs des ventes l'ont utilisée avec leurs délégués médicaux parce qu'ils l'ont trouvée de mauvais goût".

"Je n'ai été alerté que le 11 janvier. C'est déplorable. Il y a eu beaucoup de négligence et un manque de discernement", ajoute le PDG, qui indique que les personnes concernées ont été sanctionnées il n'y a pas eu de licenciement et que les procédures internes de validation ont été renforcées.

Quant à la diffusion de la vidéo sur www.liberation.fr, "ce n'est vraiment pas une bonne chose en ce moment", commente Dominique Amory dans le contexte de l'affaire Mediator* (benfluorex, Servier). "C'est du pain béni pour ceux qui critiquent la visite médicale et l'industrie pharmaceutique", ajoute le président d'un laboratoire par ailleurs en pleine restructuration.

Dans un communiqué, Lilly "condamne avec la plus grande fermeté le contenu de la vidéo" qui est "à l'opposé des comportements et des valeurs éthiques que portent, au nom du laboratoire, ses délégués médicaux, ainsi que l'ensemble de ses collaborateurs". Lilly "présente ses excuses à toutes les personnes qui ont vu cette vidéo, en particulier aux médecins qui ont pu en prendre connaissance ce matin sur internet et être légitimement choqués par son contenu".

Publicité

Commentaires (1)

Lecreat

Avatar de l'utilisateur

11 commentaires

#1

la vérité choque?

La vidéo montre tt simlement la réalité :) les labos tiennent depuis lgt les médecins par les roubignolles. Beaucoup de médecins n'ont comme renouvellement de leur formations que les bonnes nouvelles des visiteurs médicaux, de plus tout les médecins privés ou publics se font financer par des labos (congrès, formations, matériels, études...), ce qui arrange bien les pouvoirs publiques qui ainsi économises leur euros.
C'est drôle en France ont fait tjs semblant d'ignorer la vérité et on s'offusque quand elle finie par transparaitre...