INFOS ET ACTUALITES

Légionellose: reprise de la hausse du nombre de cas déclarés en France

Le nombre de cas de légionellose déclarés en France a recommencé à augmenter en 2010 après avoir diminué depuis 2005, selon une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH)de juillet 2011 1

epidemie maison de retraite climat variationAvec 1.540 cas déclarés en 2010, il y a eu une hausse de 28% du nombre de cas par rapport à 2009, après une baisse de 21% entre 2005 et 2009, précisent Christine Campèse, de l'Institut de veille sanitaire (InVS) et ses collègues.

Le taux d'incidence de 2,4 pour 100.000 habitants en France métropolitaine est donc devenu proche de celui de 2005, ajoutent les chercheurs.
Ils soulignent que le taux d'incidence en Europe est de 1,3 pour 100.000 en 2010, selon des données provisoires de l'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) et que seuls les Pays-Bas ont documenté une augmentation du nombre de cas déclarés en 2010.

"L'augmentation du nombre de cas reste difficile à interpréter à ce jour, les caractéristiques des personnes atteintes et les facteurs d'exposition notés sur les fiches de déclaration obligatoire étant stables au cours du temps", commentent les chercheurs.
Des études complémentaires sont en cours pour documenter cette augmentation, et notamment le fait que la hausse des cas déclarés ait été plus importante dans l'Est de la France.

Les taux d'incidence les plus élevés ont été rapportés en Franche-Comté (6,2 pour 100.000) et en Alsace (5,4 pour 100.000). Entre 2009 et 2010, le nombre de cas a augmenté deux fois plus dans les sept régions de l'Est de la France (+37%) que dans les 15 régions de l'Ouest (+19%).
Des différences régionales en termes de variations climatiques et météorologiques pourraient expliquer ces résultats, tout comme peut-être des différences de déclaration.

Contrairement à la distribution saisonnière habituelle, de nombreux cas sont survenus durant la saison hivernale. Ainsi 18% des cas sont survenus en janvier 2010 et décembre 2010, contre 14% sur ces deux mois en 2009. L'augmentation était particulièrement marquée en janvier 2010 (+117%) et en août et septembre 2010 (+73%) par rapport aux mêmes mois de 2009.
En 2010, et comme les deux années précédentes, aucune épidémie (10 cas et plus suggérant une source commune de contamination) n'a été identifiée. En revanche, de nombreuses investigations de cas groupés (moins de 10 cas) ont été réalisées par les agences régionales de santé (ARS), sans, pour la plupart, identifier une source commune de contamination.
Sur les 1.540 cas déclarés en 2010, une exposition à risque lors de la période d'incubation a été rapportée pour 528 d'entre eux, soit 34%.

Le mode d'exposition principal était toujours un voyage avec séjour dans un hôtel ou un camping (10%). Parmi les 528 cas, 110 cas, soit 7% (contre 8% en 2009) avaient séjourné dans un établissement hospitalier, dont 33% étaient des cas nosocomiaux certains. Les autres expositions à risque étaient notamment les maisons de retraite (3% en 2010, contre 5% en 2009) et les stations thermales (moins de 1% en 2009 et 2010).

Note

  1. BEH, 19 juillet, n°29-30, p325-327 : http://www.invs.sante.fr/

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)