trouvez votre poste en quelques clics

INFOS ET ACTUALITES

Les "contrordistes" condamnés...

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Le tribunal de grande instance (TGI) de Marseille a condamné le 5 septembre 2013 le syndicat Résilience et son secrétaire général, Hugues Dechilly, pour diffamation publique à l'encontre de l'ordre national des infirmiers (ONI), a-t-on appris le 6 septembre de sources concordantes.

tribunal de grande instance Marseille

Une condamnation pour Résilience et son secrétaire général

L'ordre infirmier (ONI) avait déposé plainte en septembre 2012. Il reprochait à Hugues Dechilly des propos qu'il avait tenus dans une interview au site Actusoins.com parue le 22 juin 2012, et reproduite sur le site de Résilience le lendemain. L'article s'intitulait "le syndicat Résilience fête ses deux ans: 'Notre but est de dézinguer l'ordre infirmier'". L'instance reprochait à Hugues Dechilly des propos dont elle résumait ainsi la teneur: L'ordre national des infirmiers n'a aucune utilité, a un fonctionnement opaque et farfelu ; il constitue une mafia où règnent des conflits d'intérêts, ne respecte pas les réglementations en vigueur, couvre des pratiques répréhensibles. Dans l'interview, le syndicaliste accusait notamment l'ordre d'avoir "couvert" des pratiques d'une infirmière libérale marseillaise qu'il décrivait comme illégales, en matière notamment de facturation. Hugues Dechilly et Résilience sont chacun condamnés à une amende de 200 euros, solidairement à 1.000 euros de dommages-intérêts et à 2.000 euros au titre des frais de justice. Le tribunal a également condamné Résilience à publier un communiqué sur son site internet, a indiqué l'ONI dans une réponse écrite à l'APM.

Egalement joint le 6 septembre 2013, Hugues Dechilly a expliqué qu'il avait dû quitter le tribunal avant que le jugement ne soit prononcé, car celui-ci n'a pas été rendu à l'heure attendue. Le syndicaliste a confirmé sa condamnation et celle de Résilience à 200 euros d'amende, mais a dit attendre confirmation du tribunal pour les autres peines.Il n'a pas encore pris de décision sur un éventuel appel. Hugues Dechilly a par ailleurs été condamné le 14 mai 2013, à Paris, à 50 euros d'amende avec sursis et un euro symbolique de dommages et intérêts pour avoir injurié l'ordre à plusieurs reprises sur internet.

Par deux fois, à Paris et maintenant à Marseille, la justice a été rendue et des condamnations ont été prononcées. L'ordre national des infirmiers espère que ces sanctions permettront de faire cesser des agissements qui ne font que desservir la cause des infirmières dans notre pays, a commenté l'ONI dans sa réponse à l'APM le 6 septembre 2013.

Retour au sommaire du dossier ONI

envie de changer de poste

Publicité

Commentaires (6)

elvis

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#6

c 'est comme ça !!!!

proposer vous dites !!? .....et bien je propose de dissoudre cet ordre inutiile et dogmatique,rigide et anti democratique puisque ne demandant pas l' avis de chacun pour s'y inscrire !, ce qui represente à mon avis l' execrable, et l'intolerable; l'ordre se frotte les mains desormais !, il pourra en bon censeur punir mechamment tout(e) infirmiere non discipliné(e)....bienvenue au moyen age !

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#5

Bravo !!!

Bravo à l ordre pour cette magnifique victoire...

Sans rentrer dans des considérations sur l inutilité totale qui est celle de votre organisation depuis ses débuts , ni sur la gabegie honteuse qui la caractérise ; la perspective d imaginer un jour vos chambres disciplinaires fonctionner à plein régime sur la base de votre code de déontologie est juste...effrayante .

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

470 commentaires

#4

Survivre

L'organisation ordinale n'a rien à proposer et enfonce des portes ouvertes pour tenter d'exister et surtout de survivre: depuis bientôt 7 ans que la loi a été votée (triste anniversaire), la profession est divisée, 20 % des infirmiers, seulement, ont été alpagués, les soignants souffrent comme jamais, et il est fait la promotion d'élections dont le processus commence par la fin.

Soyons sérieux, cet ordre qui aurait dû être déclaré mort-né après les élections de 2008, est en vie végétative depuis, et ce, pour des raisons qui semblent bien loin de la défense et la promotion de la profession.

Il semble enfin qu'il soit particulièrement difficile pour cette structure d'accepter la critique et la contestation, et c'est aussi une raison pour laquelle la grande majorité des professionnels n'en veut pas.

Allez, encore un petit effort, et l'inscription sera facultative, il faudra alors convaincre, et ce sera sans nul doute moins aisé que contraindre...

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#3

Critiques, critiques et encore des critiques ...

... les meme depuis des années mais toujours rien à proposer pour construire et avancer !

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

470 commentaires

#2

La lutte continue !!

La lutte contre l'ordre infirmier : on continue !

www.syndico.exprimetoi.net le site @ de RESILIENCE

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#1

opposition non grata

L oni ne supporte aucune contradiction. Que l on denonce l appel d offre truqué pour son logo dont le frère de l ancienne présidente a décroché le marché, le déni de démocratie on l'on vote pour les conseillers nationaux avant les departementaux et cela contrairement aux textes mêmes de l ordre, des electionsen retard, du copinage à tout les étages....
Un code de déontologie tellement nul que les politiques ne n l ont toujours promulgué par decret
Une production "pauvre" d'après l'entourage du ministre de la santé
Une démographie infirmière toujours inconnue après 5 ans d'existence
Une acceptation les yeux fermés du zonage des infirmiers ( contrairement à l ordre des médecins qui lui defend les medecins)
Le passage en classe a , les accords réciproques avec le canada ou les infirmiers français y travaillant se font rouler
.......Oui heureusement qu'il y a un temps soit peu d'opposition quand bien même l'ordre utilise le peu de cotisation qu'il encaisse sous la menace pour la museler via des procédures judiciaires à tout va
HUgues je ne te connais pas, mais te remercie de me representer !
Un infirmier des 86, 3% des infirmiers qui n ont pas voté, des environs 400000/500000 qui ne cotise pas et ne cotisera jamais