INFOS ET ACTUALITES

Les infirmiers anesthésistes bloquent 40 000 voyageurs à la gare Montparnasse

Des infirmiers anesthésistes qui manifestaient mardi pour réclamer une meilleure reconnaissance de leur spécialité ont envahi les voies de la gare Montparnasse à Paris, empêchant tout départ de train.

Des représentants du ministère de la santé auraient engagé, en bout de quai, des négociations avec des manifestants, dont on ignore le nombre, a-t-on appris auprès d'un représentant de la SNCF. Les manifestants ont envahi les voies vers midi en réclamant d'être reçus par la ministre de la santé, Roselyne Bachelot.

Le ministère de la santé a indiqué à l'APM en milieu d'après-midi qu'il recevait actuellement une délégation d'infirmiers anesthésistes.

"Elle [Roselyne Bachelot, ndlr] ne nous a jamais reçus depuis que nous sommes en grève. Ils veulent nous envoyer une secrétaire de je-ne-sais-quoi, nous on veut au moins le directeur du cabinet", a affirmé Stéphane Houmeau.

Le Syndicat national des infirmiers anesthésistes (Snia) avait appelé à une manifestation entre la place Denfert Rochereau, à partir de 11 heures, jusqu'au ministère de la santé, en passant par la gare Montparnasse. Les infirmiers anesthésistes réclament une revalorisation salariale et souhaitent que leur formation soit reconnue au niveau master, soit à un niveau bac+5, dans le cadre de la réforme licence-master-doctorat (LMD).

La gare Montparnasse a été fermée au public en début d'après-midi, tandis que des centaines de voyageurs attendent sur les quais la reprise du trafic, a constaté l'APM sur place.

La station de métro Montparnasse-Bienvenüe a également été fermée au public et deux des trois lignes y transitant ne marquent pas l'arrêt.

La SNCF a invité les voyageurs dans l'enceinte de la gare à quitter les lieux et à reporter leur voyage, indiquant qu'elle était dans l'impossibilité d'indiquer une heure de reprise du trafic.

Les manifestants devaient en principe se rendre en cortège jusqu'au ministère de la santé avenue Duquesne, pour réclamer une revalorisation salariale.

Les forces de l'ordre ont évacué par la force mardi environ 2.500 infirmiers anesthésistes qui bloquaient les voies de la gare Montparnasse à Paris afin d'être reçus par la ministre de la santé.

Les manifestants sont restés sur les voies jusqu'à ce que des CRS procèdent à l'évacuation vers 16h45. Celle-ci a duré plus d'une heure, certains infirmiers refusant de quitter les voies.

"Je n'ai pas vu de blessé, ça se passe relativement dans le calme", a dit à Reuters Stéphane Houmeau, responsable du collectif des infirmiers anesthésistes en Alsace. D'après des images de Reuters Télévision, l'évacuation des infirmiers les plus récalcitrants a été toutefois parfois violente.

La grève a été suivie par 95% des infirmiers anesthésistes en France et très peu d'opérations ont eu lieu mardi, selon les syndicats. Les infirmiers anesthésistes réclament une revalorisation salariale et souhaitent que leur formation soit reconnue au niveau master.

Une délégation du Syndicat national des infirmiers anesthésistes (SNIA), de la CGT et de SUD a été reçue pendant près d'une heure trente, entre 15 heures et 16h30 environ, par la direction générale de l'offre de soins (DGOS) qui a proposé un nouveau calendrier de travail aux infirmiers anesthésistes pour définir la future maquette de formation.

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#4

Pourquoi ?

Parce que tous les gouvernants, de droite comme de gauche, ne comprennent qu'une chose : Le coup de pied au cul !

Bien sûr que cela a embêté plein de monde, mais seulement pendant quelques heures. Quand c'est la sncf qui se met en grève 10 fois par an au moment des vacances scolaires, les routiers qui bloquent (de quel droit ?!) les raffineries et paralysent le pays en empêchant les gens d'aller bosser, quand ce sont les agriculteurs qui bloquent les péages d'autoroutes en laissant griller les familles en plein cagnard, c'est normal peut-être ???

Alors M... à la fin !

herissondv

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

il y a des limites

je suis d'accord avec les iade mais je pense qu'il y a des limites et elles ont été dépassé. pourquoi foutre dans la merde des milliers d'usager !!!

lilie-141

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

soutient

à 100% avec les IADE!!!

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#1

Bizarre...

Bizarre vous avez dit bizarre ?

Dans cette "interview" on n'a que le point de vue de la sncf et dans les infos nationales, les infirmiers anesthésistes n'ont presque pas pu s'expliquer (consignes du "Très Haut" ???).

En plus la sncf veut porter plainte !?

Mais quand ce sont les cheminots qui prennent en otage les voyageurs pendant plusieurs jours d'affilée (et non quelques heures) en pleines vacances scolaires, là c'est normal ???

Mais il est vrai que dans ce cas, ils sont soutenus à 120% par leurs syndicats, pas comme nous !

Pauvre France !