EN BREF

Les IPDE ne pourront pas prescrire les tire-laits

L’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) dénonce un rejet de sa proposition d'amendement pour arguments inexacts. Alors que dans le cadre du projet de loi Ma santé 2022 relatif à l’organisation et la transformation du système de santé, l'ANPDE a formulé, notamment, une proposition d'amendement pour permettre la prescription de dispositifs de soutien à l’allaitement par les infirmiers puériculteurs (IPDE), la ministre de la Santé et des Solidarités vient de la rejeter pour de mauvaises raisons selon l'association. Le rapporteur a rendu un avis défavorable, précisant que les IPDE sont déjà autorisées à prescrire des dispositifs médicaux désignés par arrêté. Cependant, il omet de préciser que cette prescription n'est autorisée que sur prescription médicale, détaille l'ANPDE dans un communiqué.

L'enjeu de cette proposition d'amendement était d'autoriser les IPDE à prescrire seules afin d'éviter les trop nombreuses ruptures de prises en charge notamment pour les mères qu'elles suivent. Ainsi, le rapporteur rejette un amendement sans en mesurer le sens et l'intérêt, souligne L'ANPDE qui regrette que des sources erronées et loin de la réalité aient abouti au rejet de sa proposition d'amendement.

La Ministre a justifié ce retrait par le fait que les IPDE exercent quasi-exclusivement en secteur hospitalier et seules quelques-unes en PMI. Les chiffres officiels démontrent pourtant que les quelques-unes exprimées par la Ministre représentent près de 40% de la spécialité soit près de 8000 IPDE. En PMI, acteur majeur de la prévention en France, la spécialité représente 41,4 % des ETP en faisant, de loin, la première profession représentée. Madame la Ministre précise également que seule une petite centaine d'IPDE exerce en libéral et que l'amendement n'aboutirait pas à une facilitation d'accès aux soins. Cependant, selon les chiffres de son propre Ministère, plus de 1000 IPDE exercent en libéral, soit près de dix fois plus que les chiffres avancés par la Ministre ! Face à cette décision, l'ANPDE appelle tous les IPDE à se mobiliser lors de la grève du 28 mars

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'ANPDE

Commentaires (0)