INFOS ET ACTUALITES

Les nouveaux métiers en santé présentés à Dommartemont (Meurthe et Moselle)

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

Un colloque organisé par Convergence infirmière a rassemblé un auditoire nombreux pour échanger avec les auteurs du rapport "Hénart" et les responsables de la filière de "pratiques avancées" de la Faculté de médecine de Lorraine.

Communiqué de presse de Convergence Infirmière

Un important auditoire de professionnels de santé a répondu présent à l’invitation du syndicat d’infirmiers libéraux Convergence Infirmière pour assister à un colloque sur les nouveaux métiers en santé et les pratiques avancées.

Après l’allocution d’ouverture prononcée par Thierry Pechey, vice-Président de Convergence Infirmière, la parole est donnée aux trois co-auteurs du rapport, le Professeur Yvon Berland, Président de l’Université Aix-Marseille, Laurent Hénart, Député de Meurthe et Moselle, et Danielle Cadet, coordonnatrice générale des soins à l’AP-HP.

Le Professeur Yvon Berland expose la genèse ainsi que les grandes lignes du rapport, qui dans un contexte de crise démographique médicale et de réforme des formations paramédicales, donne les principales orientations concernant l’évolution du métier d’infirmière vers de nouvelles compétences telles que le métier d’infirmière praticienne de niveau masters.

Pour le Professeur Berland, ces nouveaux métiers permettraient de couvrir les besoins en soins de la population qui ne seront plus satisfaits du fait de la pénurie médicale

Laurent Hénart, Député de Meurthe-et-Moselle, rapporteur du projet auprès des Ministres de la Santé et de l’Enseignement Supérieur, présente ensuite les points clefs de la mission : 6 mois d’auditions et de réunions avec les professionnels de santé, des rencontres de terrain, notamment au CHU de Nancy, et, au final, 9 propositions articulées autour de la mise en place de « praticiens de soins» formés au niveau master.

Pour le député, ces nouveaux métiers, qui seront reconnus au travers d’un protocole national discuté entre le Gouvernement, le Parlement et les professionnels, et validé par la Haute Autorité de Santé, vont permettre de répondre à l’évolution des besoins de santé (vieillissement, maladies chroniques, progrès des techniques), au moment où le nombre de médecins en exercice diminue.

Ils vont aussi permettre d’équilibrer un système de santé trop écartelé entre les grandes spécialisations et les paramédicaux.Enfin, il insiste sur le fait qu’ils seront particulièrement utiles dans les hôpitaux et cliniques, en équipe avec les médecins et spécialistes. Laurent Hénart conclut son intervention en précisant que le Gouvernement a annoncé une concertation nationale pour mettre en œuvre ces propositions.Danielle CADET souligne la nécessité de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (7)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

603 commentaires

#7

bravo l'information...

parce que c'était avec des professeurs de la fac de médecine de Nancy, des médecins du CHU, mais nul part l'info est passée dans l' hôpital !!c'était sans doute réservé à des intimes...

J'ai peut être lu trop vite, mais il ne me semble pas avoir lu que M. Thierry PECHEY? qui le PDT du syndicat convergence est élu au CDOI54 ! et me semble-t-il que sa moitié aussi...mais en ce moment ce n'est apparemment pas le genre de titre dont on se vante !

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

78 commentaires

#6

merci !

pour ce lien, qui m'incite à demander un entretien vidéo à Mme Touba ! :-)

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#5

SNIIL/IDEL

Merci d'avoir rectifié, pour les explications et le lien. En tout état de cause, une implication dans tous les domaines qui est médiocre. Cause ou conséquence ? Ci-dessous lien d'une intervention de Mme Touba qui apporte quelques petites infos.
http://www.dailymotion.com/video/xi25kg_check-up-sante-ep-3-annick-touba_webcam

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

78 commentaires

#4

attention !

les chiffres donnés par l'article ne portent pas sur des taux d'adhésion aux syndicats, mais sur les taux de participation aux élections des unions régionales des professionnels de santé libéraux. C'est d'ailleurs ça qui est à mon sens l'info principale : 24 %, c'est peu. donc 18 % de 24 %, ça n'est pas beaucoup ... comme pour les autres syndicats d'ailleurs. ceci dit, dans le collège médecins etc, ça n'est guère mieux. Pour certains observateurs, le problème est de savoir si les élections professionnelles, quelles qu'elles soient, sont "représentatives". vaste sujet ...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#3

Taux syndiqué(e)s IDEL

Merci.
En effet et cela fait peu. A peu près 5 % (dernier chiffre donné malgré que ce soit un peu tabou) de syndiqué(e)s chez les IDEL et CI 18 % de 5 %

Alors bon, les chiffres, c'est assez aléatoire.

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

78 commentaires

#2

représentativité

réponse ici à la dernière question : https://www.infirmiers.com/actualites/actualites/resultats-definitifs-des-elections-aux-urps.html

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

ça chauffe marcel !!! (le sketch)

Concernant la crise démographique médicale non anticipée pour le mieux, voire... organisée, par soucis d'économie à court terme, c'est quand même super super bien pensé (mais bon, n'est pas élite de la profession qui veut...hein ?) de prévoir la supplémentation des médecins par une profession elle-même sinistrée quant au nombre. Et non parlera pas de la répartition géographique des uns et des autres...

Phénomène qui bien sûr va s'aggraver avec la pénurie qui va s'accentuer.

En effet, quel camouflet le choix fait par les IDE quant à l'option cat.A / cat.B malgré la "manne financière" mise en balance... Sans oublier les IDE maman de 3 enfants et 15 ans de service qui ne se le sont pas fait dire 2 fois pour prendre la tangente...). Il était annoncé 100 000 départs d'ici 4 ans tout secteur confondu... A suivre donc.

Par ailleurs, je doute que les nouveaux métiers suffisent à renforcer l'attractivité des "anciens". Et comme c'est un passage obligé...

PS) Juste comme ça, Convergence Infirmière représente quel % des IDE(L) ?