INFOS ET ACTUALITES

Les soignants sous l’œil bienveillant de Sylvie Legoupi...


Sylvie Legoupi, photographe, revendique au travers de son travail une éthique humaniste qui vise à valoriser et à sacraliser des moments de vie professionnelle. Bien au-delà, ses reportages dans des services de soins « sensibles » ont une portée militante. Explications.

Infirmiers.com - Vous êtes photographe et vous avez effectué plusieurs reportages dans des services de soins. Quelle est votre formation et pourquoi ces choix tournés vers des populations vulnérables ?

Sylvie Legoupi - Titulaire d’une licence de Lettres modernes, je suis photographe autodidacte. Au début, je réalisais des photos dans la rue ou bien aux sorties des messes (!), j’habitais alors Rennes et j’étais encore étudiante. Je me suis immergée dans le monde hospitalier un peu par hasard. Je souhaitais « tester mes capacités d’adaptation », voir ce que je valais face à des thématiques douloureuses touchant la vulnérabilité de l’humain. Je me posais une question : étais-je capable émotionnellement et intellectuellement de porter un regard photographique sur ce qu’il y a de plus intime chez l’autre ? Tel a été mon point de départ. Le CHU de Rennes a été le premier à m’accepter dans un service de néonatalogie et cette expérience m’a profondément marquée. L’hôpital est en effet un fantastique laboratoire humain qui m’a permis de grandir professionnellement en me confrontant aux exigences photographiques du reportage en immersion. Grâce à ces expériences photographiques en néonatologie, hématologie ou soins palliatifs qui ont formé mon regard, j’ai pu aborder d’autres sujets (je pense à mes reportages en entreprise) avec une sorte de sensibilité supplémentaire. Je pense honnêtement que je ne photographierai pas de la même façon si je n’avais pas travaillé initialement mon regard à l’hôpital. En effet, ces photos « m’habitent » et je pense souvent aux soignants et aux patients que j’ai photographié. Ils font partie de moi.

Le CHU de Rennes a été le premier à m’accepter dans un service de néonatalogie

I. C - Comment avez-vous choisi - et pourquoi - ces unités hospitalières que vous appelez « sensibles » : néonatologie, soins palliatifs, hématologie ?Sylvie Legoupi - Je n’ai pas choisi la néonatalogie, c’est plutôt la néonatologie qui m’a choisie car c’était le seul service qui a accepté ma présence au CHU de Rennes. J’ai trouvé que c’était bien de commencer par la naissance, le début de toute existence humaine. A travers ce travail, j’ai...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

590 commentaires

#1

un beau travail,

de magnifiques photos !