INFOS ET ACTUALITES

Loi santé : "le but c’est que chaque Français trouve une offre de soins à proximité"

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

Le 12 février dernier, la ministre des Solidarités et de la Santé était l’invité de la matinale de France Inter. Alors que la fameuse loi santé était à l’ordre du jour du Conseil des ministres le 13 février, Agnès Buzyn a défendu les orientations du gouvernement et les différentes réformes en cours. Interpellée par les auditeurs sur la crise des urgences et de la psychiatrie elle a pointé ce qui, selon elle, pose problèmes dans ces secteurs.

Loi santé : "le but c’est que chaque Français trouve une offre de soins à proximité"

La ministre a soutenu au micro de France Inter : il faut mettre fin à la médecine à deux vitesses.

La stratégie de transformation du système de santé c’est plusieurs briques, la loi n’en représente qu’une seule. Une autre partie du projet passe par des négociations avec les professionnels de santé et l’Assurance maladie et encore une autre partie est votée dans le PLFSS, explique Agnès Buzyn interrogée au micro de France Inter le 12 février, la veille de présentation de la loi santé au Conseil des ministres. En effet, de nombreuses mesures sur la réforme en cours seront précisées via des décrets et des ordonnances (près d’une demi-douzaine), ce qui inquiète des professionnels de santé comme des élus locaux craignant que les concertations ne soient réduites à peau de chagrin. Pour la ministre, c’est l’inverse. L’ordonnance c’est laisser trois mois supplémentaires après le texte de loi pour se concerter et aboutir à un projet commun. Et je suis absolument certaine que nous sommes d’accord avec les grands élus, je les vois assez souvent pour cela, affirme fièrement Agnès Buzyn. D’ailleurs ce qui émerge du grand débat pointe exactement les orientations que nous prenons assure-t-elle.

Objectif : augmenter de 20% le nombre de médecins formés

Hôpitaux de proximité et maternitéDe quoi exactement sera-t-il question dans cette loi ? Elle va traiter de la fin du numerus clausus pour augmenter le nombre de médecins formés et diversifier les profils des médecins. Elle va aussi porter sur les hôpitaux de proximité qui sont une urgence pour notre pays, annonce-t-elle. En outre, Il est prévu que sur les quelque 3000 hôpitaux existants, entre 500 et 600 reçoivent le label pour un maillage complet. Aujourd’hui nous avons une médecine à deux...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)