INFOS ET ACTUALITES

Médicaments : l’overdose pour les personnes âgées !

Quatre ordonnances sur dix rédigées pour des personnes âgées de plus de 75 ans contiennent des prescriptions inappropriées, selon une enquête du mensuel Que choisir santé qui appelle notamment à inclure la "déprescription" dans les critères de rémunération à la performance des médecins.

préparation de médicaments

Devant les dangers de la surprescription dont pâtissent les patients âgés, l’association UFC-Que Choisir demande que la « déprescription » soit incluse dans les critères de rémunération à la performance des médecins, et que la Haute Autorité de Santé fasse de ce sujet une priorité de travail.

Dans un communiqué publié le 28 janvier dernier, l'association de consommateurs UFC-Que choisir presse les pouvoirs publics d'inscrire la 'déprescription' pour les personnes âgées dans les indicateurs de rémunération à la performance des médecins, devant les résultats inquiétants de son étude. Elle demande aussi à la Haute Autorité de Santé (HAS) de faire de ce sujet majeur une priorité de travail pour les années à venir.

Près de 350 ordonnances et 3 000 médicaments analysés et une inquiétante surprescription : jusqu’à 21 médicaments par ordonnance !

Pour cette enquête, l'association a sollicité ses bénévoles et ses lecteurs, analysant 347 ordonnances de personnes âgées polymédicamentées, c'est-à-dire ayant au moins cinq lignes de prescription, avec un total de près de 3 000 médicaments passés en revue selon les critères de Beers adaptés à la pratique française. Il apparaît qu'en moyenne, ces ordonnances contiennent chacune 8,6 médicaments (de trois à 21), prescrits à des personnes âgées de 83 ans. Dans 39,5% des cas, un médicament est a priori inadapté : c'est un médicament qu'il faudrait éviter de donner à une personne âgée de manière générale mais dont la prescription peut être justifiée dans certains cas, explique le Dr Marie-Laure Laroche du CHU de Limoges, interrogée par Que choisir santé. Tous les médicaments inappropriés que nous avons repérés dans les ordonnances ne sont donc pas forcément à biffer. [...] Mais ils devraient être l'exception. Or, on les retrouve [...] dans deux ordonnances sur cinq! Cela dénote indéniablement un problème, commente l'association UFC-Que choisir dans son article publié dans son magazine santé de février.

4 ordonnances sur 10 potentiellement dangereuses pour les patients âgés... La « déprescription », un enjeu sanitaire et financier

L'enquête montre également que deux, trois voire quatre lignes de prescriptions inadéquates ont été détectées sur près de 7% des ordonnances et que les patients dont l'ordonnance contient au moins une prescription inappropriée prennent en moyenne 9,7 médicaments par jour. Trois classes de médicaments potentiellement inappropriés étaient particulièrement fréquentes parmi les ordonnances analysées : les somnifères et tranquillisants (une ordonnance sur quatre avec une prescription inadéquate), les médicaments à effets anticholinergiques (une ordonnance sur 10)et les vasodilatateurs(une sur 20). Ces classes thérapeutiques peuvent entraîner un déclin des fonctions cérébrales, pointe Que choisir santé dans son article. Un article publié le 26 janvier dernier dans JAMA Internal Medicine confirme le lien entre médicaments anticholinegiques et risque de démence, note-t-on.

Au-delà des enjeux sanitaires, la surprescription a un coût pour notre système de sécurité sociale. [...] Notre pays demeure un gros consommateur, avec une consommation par habitant 22% supérieure à la moyenne des grands pays européens. Il est indispensable que les professionnels de santé prennent conscience du coût sanitaire et économique de cette situation, et commencent enfin à 'déprescrire', conclut l'association.

L’association Que Choisir demande à la Haute Autorité de Santé de faire de ce sujet majeur une priorité de travail pour les années à venir.

Publicité

Commentaires (0)