INFOS ET ACTUALITES

Messieurs, il est urgent de prendre soin des soignants !

Une fois encore, la présidente de la Coordination nationale infirmière Nathalie Depoire, tire la sonnette d'alarme sur l'état de santé précaire de notre système de santé et de ses acteurs, et notamment des infirmier(e)s. Après avoir alerté à plusieurs reprises Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui reste sourde à ses arguments, elle s'adresse aujourd'hui à François Hollande, Président de la République, et à Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, rappelant, s'il fallait encore le faire, qu'en l'état, "pour bien soigner, il est urgent de prendre soin des soignants ".

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Infirmière surmenée couloir hopital

Notre système de santé en soins palliatifs selon la CNI

La Coordination nationale infirmière (CNI), syndicat de la filière infirmière, tient à vous signifier l’état d’urgence dans lequel se trouve l’ensemble des professionnels de santé en France.

Vous et votre gouvernement, vous êtes engagés dans une démarche d’ouverture à travers le Pacte de Confiance puis à travers la commande d’une Stratégie Nationale de Santé. Les différentes concertations se terminent mais le résultat est sans appel, la situation ne cesse de se dégrader dans les hôpitaux, étranglés par les restrictions budgétaires qui se succèdent de mois en mois.

Lors de votre conférence de presse du 14 janvier 2014, vous avez adressé quelques pistes pour réduire la dépense publique afin de financer le Pacte de responsabilité. De nouvelles réductions de la dépense publique de l'ordre de 50 milliards sont envisagées entre 2015 et 2017. Les collectivités mais aussi la Sécurité Sociale seront mises à contribution et le parcours de soins pourrait favoriser un moindre recours à l'hôpital.

Avec des moyens en continuelle diminution, les Directions n’ont pas d’autres choix que de répercuter les décisions que vous prenez. Ainsi, les hôpitaux s’engagent à un rythme effréné dans des restructurations ou autres mutualisations. Ces changements s’opèrent le plus souvent dans l’urgence sans concertation ni avec les professionnels du terrain, ni avec leurs représentants. Les équipes médicales ou d’encadrement sont bousculées, leur avis et expertise non-reconnus. La démobilisation de l’ensemble des acteurs du soin est très palpable, la qualité des prestations est plus que jamais menacée.

Infirmière, l’une des professions plébiscitées par les Français est en grande souffrance. Les conditions d’exercice se dégradent au fil des mois dans la majorité des secteurs d’activité et lui font perdre toute attractivité. Il en va de vos responsabilités, le budget alloué que vous imposez à la santé en France n’est plus adapté et encore moins compressible.

Il en va aussi de la santé des patients, des professionnels et du service public au sens général. Mener des campagnes de bientraitance n’a de sens que si les moyens sont donnés pour garantir l’efficience du système et donc qualité et sécurité des soins. La première des préventions à conduire est celle de la lutte contre le développement du risque psycho-social. La majoration de l’épuisement professionnel et le développement des addictions chez les soignants est inacceptable. Pour bien soigner, il est urgent de prendre soin des soignants !

La confiance ne se restaure pas par l’affichage… Et à trop parler de confiance, les professionnels de la filière infirmière sont en train de la perdre…

En cette fin janvier, peut-être est-il encore temps de formuler un voeu. LE VOEU, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, que votre gouvernement ait à coeur de préserver et développer notre système de santé en lui en donnant les moyens. S’il est un système qui nous touche tous, que l’on soit professionnels ou usagers, c’est bien celui de la santé.

Comptant sur votre engagement pour notre santé à tous,

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI)

Publicité

Commentaires (7)

awamali

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#7

Ils vont nous tuer aussi

Pétition : Laisser une dame mourir à 61 ans aux urgences est une honte pour le personnel médical !
mesopinions.com
Santé - Signez la pétition : Laisser une dame mourir à 61 ans aux urgences est une honte pour le personnel médical !
Je suis de tout coeur avec vous et on continue à on continue ensemble ,de plus beaucoup d'EID souffrent déjà à cause de nos décisionnaires ...

emmanuelle974

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#6

ouf!

Au départ j'avais mal lu: j'ai cru que c'était l'ONI l'auteur...
Me voilà rassurée, c'est la CNI!
Ouf! j'ai cru un moment que l'ONI s'occupait enfin d'autres choses que de lui même!!

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#5

Bonjour,

Il serait donc de bon ton que les syndicats trouvent un moyen efficace pour faire avancer les sujets importants : ( depuis 20 ans rien ne bouge)
Risque psychosociaux, manque de moyen, retour sur repos, glissement de tâche, arrêt des recrutements par temps de manque de personnel ...
Plutôt que de m'avoir un seul sujet à la plume depuis des années.
Cordialement

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

501 commentaires

#4

Syndicats.

En parlant de pseudo-représentation, je ne parlais pas des syndicats qui ont toute ma sympathie et un peu de mon temps ; j'évoquais ce machin obligatoire qui ne sert à rien...

dan65

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#3

ben oui

cher(e) eusèbe, tu sais peut-être mon peu d'affection pour l'ONI, ceci dit tout ce que dit Mme Depoire a du sens pour moi (et je ne suis pas à la CNI). Rien que la semaine dernière j'ai été contacté par 3 aide-soignantes en longue maladie, la maladie de l'hôpital ce sont bien les risques psychosociaux, le manque de moyens, les retours sur repos, les glissements de tâche et...l'ONI. Le choix de Résilience, très respectable, est de combattre l'ONI, celui des organisations syndicales est de se battre pour des conditions de travail décentes et, à travers l'intersyndicale, d'oeuvrer à la disparition de l'ONI.
Donc, même si je ne suis pas fan des syndicats pros, je partage ce que dit notre collègue.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

501 commentaires

#2

Ah bon ?

Et bien en premier lieu, pour prendre soin des soignants, il faut leur supprimer cette pseudo représentation inutile qui n'a fait qu'aggraver les choses.

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#1

Bonjour,

enfin un syndicat qui communique sur un sujet diffèrent que d'ordinaire.
Cordialement