INFOS ET ACTUALITES

Mobilisation dans 26 villes de France du collectif NBNNNP

Les soignants se rebiffent et ils s’expriment... Les « Ni Bonnes, Ni Nonnes, Ni Pigeonnes » se sont de nouveau mobilisées samedi 23 mars 2013 dans 26 villes françaises. L’objectif était cette fois de sensibiliser le public sur la détérioration du système de santé et sur les difficultés rencontrées par les soignants dans leur exercice quotidien. Actions spectaculaires pour un mouvement qui monte en puissance...

manifestation Paris ni bonnes ni nonnes ni pigeonnesLe 7 janvier 2013, le collectif des « Ni Bonnes, Ni Nonnes, Ni Pigeonnes » (NBNNNP) avait lancé sa première action de mobilisation afin de dénoncer la dégradation des conditions de travail des soignants, à l’hôpital comme en ville. Si peu d’entre eux avaient répondu à l’appel, les retombées médiatiques avaient toutefois permis de donner au mouvement la visibilité qui lui manquait jusqu’alors. C’est aussi à cette occasion que le mouvement, initié sur Facebook à l’automne dernier, s’était structuré en association avec à sa tête Alexandra Saulneron.

Pour surfer sur la dynamique initiée il y a un peu plus de deux mois, le collectif NBNNNP est donc de nouveau passé à l’action ce samedi 23 mars dans quelque 26 villes françaises. De Paris à Marseille, en passant par Lyon, Bordeaux, Nice, Alès, Dax, Montpellier, Grenoble, Brest, Rennes, Lille, Gap, Marseille... en petits comités, des représentants du collectif en tenue de « combat » (masques, tee-shirt, pancartes...), ailes déployées, interpellaient les passants sur la déliquescence du système de santé et les conditions de travail des soignants de plus en plus dégradées ; un appel à la constitution d’un mouvement « citoygnants »... contre « un système de soins qui devient maltraitant pour ses usagers » comme pour ceux qui les soignent et qui ne veulent plus en « être les complices » selon les termes mêmes de leur communiqué du 18 mars 2013. La signature d’une pétition qui a déjà recueilli sur le net plus de 11 000 signatures était proposée à cet effet aux usagers de santé..., version papier, cette fois, avec un message fort en substance : « La santé est le bien de tous, la santé n’est pas négociable, une société démocratique doit veiller à sa sécurité sanitaire ».

« Les membres du collectif NBNNNP en tenue de « combat », en rouge, blanc et noir, ailes déployées, interpellent les passants... »

Housses mortuaires Place du Trocadéro...

15 heures, Place du Trocadéro, à Paris, une cinquantaine (40 selon la police) de soignants des NBNNNP étaient sur le parvis des Droits de l’homme : un lieu hautement symbolique pour la mise en scène de leur happening. Ils sont installés dans des housses mortuaires, à même le sol, avec des slogans percutants : « le burn out tue », « pour que le soin reste humain », « patients en danger »… le résultat est saisissant et les passants, nombreux, s’arrêtent, interpellés. Les discussions s’engagent : « mais qu’est ce qu’ils font ?», « c’est choquant ! », « elles ont raison ! », « nous sommes avec vous », cette action impressionnante de sensibilisation ne laisse pas indifférent le public : objectif atteint !

« Pour que le soin reste humain »

Nouvel happening au Capitole, à Toulouse

A Toulouse, place du Capitole, ni danse du Hakka comme la fois précédente, ni très forte mobilisation, puisque seuls une petite dizaine de membres du collectif étaient présents. Mais ces derniers n’hésitent pas non plus à aller à la rencontre des passants pour les sensibiliser à leur cause et à leurs revendications qui les concerne en tant qu’usagers de santé.

Aurélie, Alexandra et Jean-Luc, tous trois infirmiers en psychiatrie dans le secteur privé à Toulouse, ont ainsi distribué des tracts qui expliquent les raisons de leur mouvement, tract qui avait été remis quelques jours plus tôt à François Hollande lors de son déplacement à Dijon. Alexandrine, infirmière en médecine interne, Maxime et Claire, infirmiers libéraux, ou encore Nadjat, infirmière en milieu scolaire ont fait de même, happant les badauds pendant que Stéphany, la déléguée régionale Midi-Pyrénées faisait signer la pétition qui circule sur le Net.

« Le 12 mai 2013, une grande mobilisation des NBNNNP annoncée à Paris »

Vers un troisième round annoncé...

Le mouvement des NBNNNP peine donc encore à mobiliser les troupes même si le nombre de ses adhérents est passé de 28 000 début janvier à plus de 35 000 aujourd’hui. Pour Maxime, le délégué régional, « le plus grand des combats, c’est contre nous-mêmes ». Et sa collègue Stéphany de renchérir : « le plus compliqué, c’est les collègues. Ils partent défaitistes et sont résignés ».

Cette mobilisation qu’ils espèrent en devenir n’empêche pas le collectif d’avancer. Leur site internet en phase de finalisation sera très prochainement accessible (www.nb3np.org) aux soignants comme aux soignés. Et une troisième action de sensibilisation est d’ores et déjà prévue le 12 mai prochain pour un grand rassemblement dans la capitale à l’occasion de la journée mondiale des infirmières.

Visionnez ici en vidéo les photos les plus représentatives de l’action hexagonale des NBNNNP

manifestation ni bonnes ni nonnes ni pigeonnes Toulouse

Creative Commons License


Journaliste
valerie.hedef@orange.fr

Audrey DEMEILLEZ
Rédactrice Infirmiers.com
audrey.demeillez@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (1)

Steph idel

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

BRAVO

Continuons à sensibiliser et à faire bouger les esprits