INFOS ET ACTUALITES

Movember : "La moustache, c’est un peu notre ruban rose"

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Avec la moustache comme emblème, la Foundation Movember lutte pour la santé masculine à l'échelle mondiale (21 pays aujourd’hui). Née en Australie dans un pub de Melbourne il y a 17 ans, sa campagne "Movember" invite chacun à se faire pousser la moustache au mois de novembre pour sensibiliser son entourage et récolter des fonds. Cette année, l’un de ses ambassadeurs, Stéphane Beaumont, nous rappelle combien il est important que les hommes se préoccupent de leur santé.

Si vous ne parvenez pas à lire notre vidéo, rendez-vous sur notre chaîne Youtube

Movember, dans tous les esprits, c’est le port de la moustache. A la Chaplin, à la Dali, sérieuse, sage, touffue ou excentrique, elle se décline ce mois de novembre pour rappeler l’importance de se soucier de sa santé quand on est un homme. Movember, ce n’est pas qu’au mois de novembre. Ça doit être une attitude tout au long de l’année. Pour Stéphane Beaumont, ambassadeur du mouvement depuis 10 ans et lui-même touché par un cancer testiculaire à l’âge de 34 ans, les hommes ne sont pas suffisamment concernés par leur santé. J’étais la caricature de l’homme qui ne fait pas attention à lui, raconte cet ancien patient, aujourd’hui en rémission, qui met en garde ceux qui, comme lui, ont tendance à regarder ailleurs. Le cancer de la prostate est le premier cancer en France par son incidence*, nettement devant les cancers du poumon et du côlon-rectum et représente à lui seul près de 26 % de l’ensemble des cancers incidents masculins. Quant au cancer du testicule, il est le premier cancer de l'homme jeune. Dans 95% des cas, si la maladie est diagnostiquée à temps, la guérison est au rendez-vous. Le cancer n’est pas une maladie honteuse, alors osez en parler autour de vous, assure Stéphane Beaumont.

Movember, ce n’est pas qu’au mois de novembre. Ça doit être une attitude tout au long de l’année.

Une campagne virale et couillue contre le cancer du testicule

Il n’est pas toujours évident de sensibiliser le public masculin à sa santé. Deux associations de lutte contre le cancer masculin, Movember et Cerhom (crée par un oncologue de Gustave Roussy et parrainée par l'acteur Romain Duris), ont donc imaginé ce mois de novembre une campagne via un spot diffusé sur internet. Intitulé, un vrai film de boules la vidéo file la métaphore pétanquiste pour inciter les hommes à surveiller leur matériel. Le film, tourné avec des acteurs de séries ou de cinéma, se déroule dans le club de pétanque Lepic-Abbesses, à Paris, et évoque les cancers masculins de la prostate et des testicules sans jamais employer de terme médical. Mot de la fin : Faites gaffe à vos boules les gars, ce serait vraiment couillon.

Le cancer bien sûr, mais pas que !

Le mouvement Movember s’intéresse à la santé masculine en général. Cette année, au-delà du cancer, la campagne a notamment mis l’accent sur la santé mentale des hommes dans un contexte compliqué de crise sanitaire. Dans le monde, 3 suicides sur 4 sont masculins, souligne ainsi la fondation. Les problèmes de santé mentale touchent plus fréquemment les hommes que les femmes : les trois quarts des suicides sont commis par des hommes. L’Organisation Mondiale de la Santé évalue à 510 000 le nombre d’hommes qui se suicident chaque année dans le monde. Cela correspond à un suicide par minute, précise son communiqué. Movember espère donc changer les réflexes en profondeur. Le constat aujourd’hui est que la virilité et l’égo des hommes ne les poussent pas à demander de l’aide, ainsi ils sont encore trop nombreux à ne pas être conscients d’être atteints d’un problème de santé mentale. Triste constatation qui NE DOIS PAS être une fatalité. Mot d’ordre donc : il faut parler, parler, parler de ces questions. Un seul exemple : la maison Rose, dédiée aux femmes atteintes de cancer n’accueille pas d’hommes. Nous avons demandé pourquoi à sa fondatrice. Réponse : On a tenté l’expérience mais les hommes ne se déplacent pas… Il faut donc que les choses changent. A vos moustaches. 

#SurLeVif : une vidéo réactive dédiée aux réseaux sociaux

#SurLeVif, voici le nom de l’un de nos formats vidéo, né en 2019. Le principe ? Un format court, dynamique, réactif, pour vous donner de l'information à chaud, que vous puissiez regarder et partager partout et facilement depuis les réseaux sociaux. Portraits, interviews, réflexions, manifestations : à chaque fois nous couvrons l'actualité ou donnons la parole à un acteur de premier plan pour vous apporter l'essentiel, en moins de 3 minutes.

*source : Institut National du Cancer

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)