INFOS ET ACTUALITES

"Nous avons largement dépassé le stade de l’inquiétude et de la préoccupation !"

par .

Attendus depuis le mois de décembre dernier, les nouvelles modalités de sélection pour les candidats aux formations d'aide-soignant et d'auxiliaire de puériculture ainsi que les nouveaux référentiels par bloc de compétences actant une réingénierie des formations, ne sont toujours pas connus. Devant cette absence de réponse des tutelles, l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (ANdEP), le Comité d’entente des écoles préparant aux métiers de l’enfance (CEEPAME) et le Groupement d’étude, de recherche et d’action pour la formation d’aides-soignants (GERACFAS) tirent la sonnette d'alarme et demandent expressément au ministère de la Santé des réponses précises et "la reprise du groupe de travail sur les référentiels".

interrogations

Nous sommes aujourd'hui en effet toujours dans l’incapacité de communiquer des informations fiables aux candidats, à nos partenaires dont l’Éducation Nationale et aux établissements de santé et médico-sociaux, déplorent à l’unisson les trois organisations professionnelles ANdEP, CEEPAME et GERACFAS.

L'ANdEP, le CEEPAME et le GERACFAS ne supportent plus le silence de leurs tutelles et le font savoir par voie de communiqué. A l’heure où les budgets de fonctionnement des instituts de formation sont de plus en plus contraints. A l’heure où les ratios d’encadrement sont "millimétrés". A l’heure où les besoins de recrutement sont criants, en particulier dans les établissements de santé et médico-sociaux…, la vie des instituts de formation - IFAS et IFAP - et la pérennité de leur maillage territorial doivent être considérées comme une priorité stratégique par les pouvoirs publics. De plus, il est tout aussi urgent de former un nombre suffisant de professionnels, ne serait-ce que pour répondre aux attentes de la population. Et pourtant...

Sans les textes attendus, nous craignons une fuite des candidats potentiels vers d’autres cursus de formation !

Les trois organisations le rappellent donc : les nouvelles modalités de sélection des candidats et les nouveaux référentiels par bloc de compétences devaient renforcer l’attractivité de la formation et du métier d’auxiliaire de puériculture et d’aide-soignant. Les préconisations du Rapport sur les métiers du Grand Age, rendu par Myriam El Khromri, ne disaient pas autre chose, stipulant que "moderniser les formations et changer l'image de ces métiers passerait notamment par la suppression du concours d'aide-soignant." Cependant, sans les textes attendus, nous craignons l’effet inverse avec une fuite des candidats potentiels vers d’autres cursus de formation !

Le message d'alarme est lancé, d'autant plus à cette époque de l’année où, habituellement, le processus d’inscription des candidats est déjà bien avancé. Nous sommes aujourd'hui en effet toujours dans l’incapacité de communiquer des informations fiables aux candidats, à nos partenaires dont l’Éducation Nationale et aux établissements de santé et médico-sociaux, déplorent à l’unisson les trois organisations professionnelles. Et de poursuivre, nous avons pourtant participé avec assiduité aux nombreuses réunions du groupe de travail sur la réingénierie de ces diplômes, dès le mois d’avril 2019 et nous avons communiqué sur la suppression de ces concours en novembre dernier, à la demande de la DGOS.  

Je crains vraiment que l'on nous impose de mettre en application les textes actuels ce qui serait catastrophique pour les candidats, souligne Florence Girard, présidente de l'ANdEP

Autre crainte exprimée, jugée inacceptable, l’obligation d’appliquer dans la précipitation, les textes actuels portant sur la sélection alors que la plupart des organismes de formation ont procédé aux modifications nécessaires pour satisfaire aux «nouvelles» exigences réglementaires. Les tutelles savent pourtant que l’organisation d’une sélection ne s’improvise pas, quelles que soient les modalités retenues. De la délivrance d’informations jusqu’à la proclamation des résultats, chaque étape nécessite des moyens humains et logistiques importants. Improviser ne peut donc être une option. Et de réclamer expressément au Ministère de la Santé des réponses précises à nos questions, et la reprise du groupe de travail sur les référentiels.

Les candidats aux formations AS et AP s'interrogent... et nous interrogent

Du côté des futurs candidats, l'heure est en effet également à l'expectative comme en témoignent ces messages reçus à la rédaction :

  • Comment se passe la formation aide-soignante cette année ? Avez-vous les dates du concours et pour les inscriptions c'est quand ?
  • Je suis actuellement en immersion professionnelle dans un EHPAD. Je souhaite rentrer en formation d'aide-soignant en septembre 2020. Aucune modalités pour s'inscrire dans les écoles n'est lisible à ce jour. Je suis en attente... Pouvez-vous me renseigner si vous avez des informations sur le sujet ?
  • Je vois que l'examen d'admissibilité semble ne plus être retenu pour accéder à la formation d'aide-soignante. Je souhaiterais savoir comment je peux être informée et dans quels délais seront fixées les nouvelles modalités (épreuves et contenus) ?
  • Bonjour, dans combien de temps aallons-nous avoir les dates de concours pour 2020 ?
  • Je suis en terminale ST2S et j’aimerais savoir si vous en saviez plus sur le concours d’auxiliaire de puériculture, car actuellement je n’ai aucune nouvelle. Je ne sais donc pas s’il faut que je m’inscrive dans une école ou que j’attende pour passer un concours.
  • J'aimerais savoir quand va se dérouler le concours d'aide-soignante pour la rentrée de septembre 2020 pour les personnes possédant le bac ST2S.
  • Je voudrais m'inscrire pour une formation d'aide-soignante. Je sais que les épreuves et leur mise en œuvre sont actuellement entièrement revisitées mais je ne vois aucune information précise sur le sujet.
  • J'ai besoin d'en savoir plus. J'ai réussi les épreuves pour entrer en formation AS en janvier 2020, mais je n'est pas pu intégrer la formation car je n'ai pas été assez longtemps au chômage (moins de 6 mois). En sachant que j'ai mon BEP sanitaire et social et que cela fait plus de 10 ans que je travaille en tant qu'auxilliaire de vie... Pourriez vous me donner les démarches à suivre ?

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (0)