INFOS ET ACTUALITES

A la télé : "Nous les soignants, on n'est plus que deux bras et deux jambes"

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Son post avait fait le buzz sur les réseaux sociaux, Mathilde Basset, infirmière dans un centre hospitalier en Ardèche, a rendu sa blouse et a décidé d'expliquer pourquoi via facebook. Elle a été l'invitée de l'émission Dimanche en politique sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes afin de témoigner du mal-être général des professionnels de santé. Mais comment en est-on arrivé là ? Jean-Louis Touraine, député (LREM), professeur de médecine et Gilles Herreros, spécialiste des organisations, étaient également présents pour apporter quelques éléments de réponse.

Dans sa lettre ouverte adressée directement à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, une jeune infirmière décrivait son quotidien devenu trop lourd à porter au point qu'elle ait décidé de quitter ce radeau de la méduse, après seulement un an et demi d'exercice. Publié sur facebook, le texte a été liké plus de 20 000 fois et très largement partagé. La professionnelle de santé y évoque son travail au service d'urgence où elle a d'abord été affectée avant de descendre d'un étage, « direction l'EHPAD de l'hôpital ».

Je bacle et j'agis comme un robot en omettant volontairement les transmissions de mes collègues que je considère comme les moins prioritaires pour aller à l'essentiel auprès des 99 vies dont j'ai la responsabilité.

Invitée sur le plateau de l'émission Dimanche en politique le 18 janvier, elle revient sur son expérience en tant que soignante, ses désillusions et son découragement. Un EHPAD, c'est un lieu de vie pour personnes âgées où les blouses blanches, infirmiers ou aides-soignants, sont censées être en mesure de communiquer avec les résidents. La jeune femme affirme avoir été particulièrement choquée par la disparition de l'aspect relationnel du métier d'IDE. Nous les soignants, on n'est plus que deux bras, deux jambes qui venons apporter des médicaments ou remettre au propre un pansement.

Il y a une attractivité insuffisante pour que tous les postes soient occupés. La situation est particulièrement difficile dans certains établissementsAprès sa lettre adressée à la ministre des Solidarités et de la Santé, Mathilde Basset est intervenue sur le plateau de Dimanche en politique pour dénoncer le manque de personnel et de la déshumanisation des soins. Le système est en crise, mais le problème a-t-il pris la même ampleur partout ? Apparemment, non. J'ai exercé dans deux...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)