INFOS ET ACTUALITES

Nouvel happening des NBNNNP, à Paris...

Les NiBonnesNiNonnesNiPigeonnes s’accrochent : démonstration place de la Bourse à Paris, hier à 15 heures, pour attirer l’attention sur la vague de suicides de soignants. Pas beaucoup de monde, mais une politique de l’image qui commence à payer : elles seront reçues en juillet par Marisol Touraine elle-même, conjointement avec la Coordination nationale Infirmière.

Nibonnes Ninonnes Nipigeonnes

Infirmières et aides-soignantes se pendent à la Bourse de Paris

26 juin 2013, place de la Bourse à Paris. Une vingtaine de militantes du mouvement Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes se sont rassemblées sur ce qui fut le haut lieu des transactions d’actions financières, avant l’apparition de la révolution internet. Elles ont compris la force des symboles, le poids des images et l’importance de répéter les messages. Devant l’ancien temple de l’argent, elles s’allongent dans des linceuls, comme à chacune de leurs manifestations. Mais aujourd’hui, en plus, elles se pendent, pour rappeler que les suicides de soignants deviennent de plus en plus fréquents.

  • nibonnes ninonnes nipigeonnes
  • nibonnes ninonnes nipigeonnes
  • nibonnes ninonnes nipigeonnes

Avec ténacité, comme elles l'ont déjà fait, notamment le 12 mai 2013 à l'occasion de la journée internationale des infirmières, elles martèlent que la logique gestionnaire ne peut pas remplacer celle des soins et que le bien-être des professsionnels, lui aussi, est important pour la qualité de leur travail.

Enfin entendu, le collectif rencontrera Marisol Touraine le 9 juillet prochain, épaulé par la CNI !

Alors oui, elles ne sont pas nombreuses. Il y a presque plus de photographes et de journalistes que d’infirmières et d’aides-soigantes. Mais justement ! l’important est que le message soit relayé. Avec l’espoir qu’il finisse par être entendu et repris par leurs collègues. En tout cas, il l’est par la ministre de la Santé : Marisol Touraine a répondu à la demande de réception envoyée par le mouvement conjointement avec la CNI (Coordination nationale infirmière). Elles seront reçues le 9 juillet 2013 à 14h30. Au programme, la revendication prioritaire d’un quota d’infirmières et d’aides-soignantes par nombre de malades, en fonction de la charge de travail effective. Quasiment rien n’a bougé depuis les dernières grandes manifestations infirmières, en 1988, constate Alexandra Saulneron, une des initiatrices du mouvement. Mais nous allons continuer jusque ce que ça bouge. Ça prendra le temps qu’il faudra, mais nous ne lâcherons pas. 

nibonnes ninonnes nipigeonnes

Creative Commons License

Journaliste serge.cannasse@mac.com

Publicité

Commentaires (3)

Xkris

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Bravo

Pour une fois que quelques choses est fait, au lieu de critiquer les méthodes. Moi je suis content qu'il y est des collègues qui agissent car dans notre profession il est toujours plus facile de changer de prairie plutôt que d'essayer de faire changer les choses. Notre métier devient de plus en plus sinistré, il faut agir !!!
Encore bravo

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#2

politique de l'image. ....

Avec ce genre de manifestation, c'est pas gagné, c'est aussi malin et démocratique que les femen !
Quelle légitimité ont elles pour se faire recevoir par le ministère ? Elles ne représentent qu'elles même. ...
Pfff

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#1

cni bis

Les voilà donc engloutie par la cni, un bel outil de com' rempli de bonnes volontés.
A reprendre le slogan et les revendications, on fini par se faire phagocyter.
Si les ni bonnes veulent réunir, pourquoi créer ce qui existe déjà?