INFOS ET ACTUALITES

Obésité, caries… Les enfants de ZEP en première ligne

Faire le point sur l’état de santé des enfants au plus tôt pour permettre leur orientation précoce vers des spécialistes lorsque c’est nécessaire. Tel était l’objectif de ce nouveau bulletin épidémiologique hebdomadaire qui s’intéresse à la santé des tout-petits. Les professionnels de santé , et notamment les infirmiers puériculteurs, jouent ici un rôle fondamental. On fait le point sur les résultats de cette étude.

Obésité, caries… Les enfants de ZEP en première ligne

Le pourcentage d’enfants présentant des caries était supérieur de 18% en Zone d’Education Prioritaire par rapport aux enfants scolarisés hors ZEP.

Le bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France s’est penché, le 9 avril dernier, sur la santé des enfants en école maternelle. Ce travail, réalisé par un cadre infirmier et deux secrétaires (cellule de coordination départementale) sous l’autorité du médecin responsable du service de PMI, a porté sur les enfants de moyenne section de maternelle de 373 écoles publiques et privées du Val-de-Marne (94), en 2015. Statut vaccinal, poids, taille, dépistage dentaire et visuel, audition, évaluation du langage et psychomotrice… l’identification précoce de difficultés de santé chez les enfants permet une prise en charge adaptée.

Chaque enfant était reçu par un binôme de professionnels intervenant dans les écoles concernées (un infirmier et un auxiliaire de puériculture), durant 45 minutes pour un bilan de santé complet. Parmi les 19 037 enfants de 4 ans observés, 18 502 étaient présents le jour du bilan (97%) et un quart de l’effectif (26%) était scolarisé en zone d’éducation prioritaire, précise Santé Publique France. À l’issue du bilan, 10 747 motifs d’orientation étaient identifiés, dont les principaux motifs concernaient : le niveau dentaire (24,5%), visuel (22,7%), vaccinal (21,0%), du langage (15,1%), staturo-pondéral (9,5%), auditif (5,2%) et psychomoteur (2,2%). La majorité des orientations (92%) ont donné lieu à une consultation effective.

Une couverture vaccinale élevéeLa couverture vaccinale dans le Val-de-Marne est élevée, souligne Santé Publique France. Des résultats positifs qui peuvent s’expliquer par le taux de fréquentation des centres de PMI lors de la première année de vie de l’enfant (84% des enfants), le nombre de vaccins réalisés en PMI (88 596 vaccinations par an) et le maillage territorial des 80 centres de PMI.Dans le détail, la couverture vaccinale contre la tuberculose par le BCG concerne plus de 90% des...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Commentaires (0)