INFOS ET ACTUALITES

Pour l’OCDE, travailler auprès des sujets âgés ne paye pas… assez !

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Salaires très bas, manque de temps, sous-effectifs, turn over important… le secteur des soins et de l’aide aux personnes âgées est en difficulté. Ce n’est pas nouveau et c’est le cas dans plusieurs pays d’Europe. Néanmoins, la France se démarque et pas en bien ! L’OCDE s’est penchée sur ce problème et vient de publier un rapport énumérant les nombreuses problématiques mais aussi préconisant plusieurs pistes à suivre pour améliorer la situation et rendre le secteur plus attractif.

Pour l’OCDE, travailler auprès des sujets âgés ne paye pas… assez !

Pour soulager les salariés de maisons de retraite, le rapport de l’OCDE préconise, entre autres, de s’appuyer sur des infirmiers libéraux.

On le sait, le secteur de prise en charge aux personnes âgées peine à recruter. Apparemment, la problématique n’est pas une spécificité française, même si dans l’Hexagone, c’est particulièrement criant ! Le secteur "souffre de sous-effectifs et il est probable que cela s'empire à l'avenir", s'alarme l'OCDE dans un rapport sur le sujet paru récemment. Ainsi dans les trois quarts des Etats membres, entre 2011 et 2016, la hausse du nombre de professionnels du secteur est nettement inférieure au vieillissement de la population.  Pour pallier cet écueil il faudra, d’après les statisticiens, augmenter la masse salariale de près de 60% en moyenne dans les pays d’ici à 2040 (ce qui représente environ 13,5 millions de personnes) et ce juste afin de sauvegarder les ratios actuels entre les seniors et le nombre de salariés qui s’en occupent.  Or, malgré ces prévisions, seulement la moitié des pays de l'OCDE et de l'UE ont mis en œuvre des politiques ou des réformes pour améliorer les recrutements dans le domaine depuis 2011. Il est donc primordial de chercher des solutions pour répondre à cet enjeu démographique majeur, et cela passera forcément par une revalorisation des métiers associés à la gériatrie.

En France, la situation est particulièrement préoccupante. Les données dévoilent une moyenne de 2,3 salariés pour 100 seniors de plus de 65 ans, contre une moyenne entre tous les Etats de 5 salariés pour 100 personnes âgées. Si l’on suit les estimations, les effectifs en France ne devraient pas augmenter de 60%, mais de 90% d'ici 20 ans. Les récents rapports Libault et El Khomri avaient d’ailleurs chiffrés à 150 000 équivalents temps pleins nécessaires d’ici 2030 pour l’un et 350 000 personnes à former d’ici 2024 pour garantir des conditions de travail optimales pour l’autre. Le défi s’annonce de taille puisque parallèlement 41% des EHPAD ont avoué avoir des problèmes de recrutement en 2015 et 63% des établissements ont déclaré avoir des postes vacants depuis plus de six mois.

Les possibilité d’évolution dans ces emplois restent limitées alors qu’à l’hôpital, les progressions de carrières sont plus avantageuses. Des métiers peu rémunérés et des contrats précaires Le manque d’attractivité peut provenir en premier lieu des rémunérations. En effet, les travailleurs du secteur restent parmi les moins bien payés par rapport à leurs collègues aux qualifications similaires exerçant dans d’autres domaines de la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)