INFOS ET ACTUALITES

L'OMS appelle à protéger les professionnels de santé

Cet article fait partie du dossier:

Humanitaire

    Précédent Suivant

A l'occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire qui a lieu ce 19 août, l’OMS attire l’attention sur les attaques persistantes visant les personnels et les établissements de santé. Pour la seule année 2014, l’OMS a enregistré 372 attaques menées dans 32 pays contre des personnels de santé, lesquelles se sont soldées par 603 décès et 958 traumatismes. Des incidents similaires ont également été recensés cette année.

En Afrique de l'Ouest, sur les 875 soignants infectés par le virus Ebola, 509 sont décédés.

L’OMS est attachée à sauver des vies et à atténuer les souffrances en temps de crise. Les attaques perpétrées contre des agents de santé et des établissements de soins constituent des violations flagrantes du droit humanitaire international. Les personnels de santé ont l’obligation de soigner les malades et les blessés sans discrimination. Toutes les parties au conflit doivent respecter cette obligation, a affirmé le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. Dans le cadre d’une nouvelle initiative destinée à rendre hommage aux professionnels de santé, l’OMS lance une plate-forme en ligne permettant de reconnaître les efforts déployés par les médecins, personnels infirmiers et autres, et de rappeler aussi aux États Membres et ceux en conflit que leur engagement de protéger les soignants et le système de santé au sens large doit être respecté.

#ThanksHealthHero : une campagne en témoignage de reconnaissance

Une campagne en ligne intitulée #ThanksHealthHero vise à recueillir des témoignages rendant hommage à l’action des professionnels de santé. Entre la tenue de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, qui ce tient aujourd'hui, et celle du sommet mondial sur l’action humanitaire, prévue en mai 2016, tous sont invités à envoyer des messages de remerciements via les réseaux sociaux. La présente campagne sert à attirer l’attention sur les menaces auxquelles sont exposés les personnels de santé et sur la nécessité d’intensifier l’action pour les protéger. En 2015, des centaines de soignants sont morts dans des zones de conflit ou en combattant des flambées épidémiques comme la maladie à virus Ebola. Au Yémen, par exemple, cinq agents de santé ont été tués et 14 ont été blessés au mois de juin. En Afrique de l’Ouest, sur les 875 soignants infectés par le virus Ebola, 509 sont décédés.

Les attaques persistantes, répétées et ciblées contre les établissements de soins se sont elles aussi multipliées. Rien qu’au Yémen, 190 centres ne sont plus opérationnels et 183 autres le sont partiellement en raison du conflit en cours, dont 26 ont été attaqués depuis mai 2015. De même, en Irak, plus de 180 services de santé de première ligne implantés dans 10 gouvernorats ont été suspendus, privant ainsi d’accès aux soins des millions de réfugiés, personnes déplacées à l’intérieur du territoire et communautés d’accueil.

L’OMS est attachée à sauver des vies et à atténuer les souffrances en temps de crise.

L'OMS espère obtenir les moyens requis pour préserver la santé des populations

Ces difficultés sont aggravées par le manque de moyens pour obtenir des fournitures médicales, du matériel et des soignants supplémentaires. À l’heure actuelle, l’OMS et ses partenaires ont besoin de plus de 1,7 milliard de dollars afin de soutenir les actions menées dans 32 situations d’urgence, au bénéfice de plus de 60 millions de personnes. À elle seule, l’OMS a besoin de plus de 530 millions de dollars – dont elle a reçu moins de 30%.En tant qu’organisme chef de file de la coordination des mesures sanitaires prises face aux situations d’urgence internationales, l’OMS s’emploie à renforcer ses capacités mondiales et à nouer des liens plus étroits avec ses partenaires de l’action humanitaire. Son objectif, qui consiste à ce que tout être humain possède le meilleur état de santé, nécessite que l’on protège les soignants car on ne saurait préserver la santé sans eux.

Chargés de communication, OMSgarwoodp@who.intjasarevict@who.int

Retour au sommaire du dossier Humanitaire

Publicité

Commentaires (0)