INFOS ET ACTUALITES

Ordre des Infirmières : bilan des candidatures

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

actualité santéCommuniqué du SNPI - Le CTOE de l’Ordre des infirmiers s’est réuni une seconde fois, le 21 mars 2008, pour faire le point sur les candidatures et l’organisation du scrutin pour les élections départementales d’avril 2008.

Le CTOE, Comité Technique d’Organisation des Elections de l’Ordre des infirmiers, est composé :
[list">[*">de représentants des confédérations syndicales et des associations infirmières,
[*"> de représentants du ministère,
[*"> de représentants des fédérations d’employeurs,
[*"> d’un huissier de justice[/list">
Le 12 février 2008, lors de la première réunion, étaient présents :
[list">[*">CGT, FO, CFTC, CFDT et SUD (qui sont partis avant la fin, pour manifester les opposition à l’Ordre)
[*"> SNCH et CFE-CGC (représentée par Thierry Amouroux, le Président du SNPI)
[*">les syndicats de libéraux FNI, SNIIL, ONSIIL et CI
[*"> les fédérations d’employeurs FHF, FEHAP et FHP
[*"> les associations AFDS, ANFIIDE, ANPDE, APOIIF, CEFIEC, GIT, UNAIBODE et UNASIIF[/list">
Pour les élections des Conseils Départementaux d’avril 2008, il a été enregistré par les DDASS :
3.348 candidatures pour 1.868 postes de titulaires (des postes de suppléants ne seront donc pas pourvus, mais dans la mesure où il y a des élections tous les deux ans, cela ne devrait pas poser de problème) ;
[list">[*">dont 1.826 candidatures dans le "collège du secteur public" pour 874 postes de titulaires
[*"> dont 529 candidatures dans le "collège du secteur privé" pour 574 postes de titulaires
[*"> dont 993 candidatures dans le "collège du secteur libéral" pour 420 postes de titulaires[/list">

On constate donc clairement un déficit de candidatures dans le secteur privé, avec des départements qui n’auront pas assez de titulaires. Cela n’empéchera pas le déroulement des élections d’avril 2008, mais il appartiendra au Conseil National de l’Ordre (élections en novembre 2008 ) d’envisager des élections complémentaires en 2009 afin de pourvoir ces postes.

En particulier, en Guadeloupe-Martinique-Guyane il n’a été enregistré qu’une candidature dans le "collège du secteur privé" pour 12 postes de titulaires ! En conséquence, le collège privé ne pourra pas désigner de représentants au Conseil Régional "Antilles, Guyane", les grands électeurs étant les élus départementaux.

Au niveau du SNPI, nous estimons que ce manque de candidatures est lié :
[list">[*">à une parution tardive de l’arrêté fixant la date des élections,
[*"> à l’absence de campagne d’information du ministère (même pas une affiche)
[*"> au manque d’implication de certaines directions d’établissement dans la distribution du courrier,
[*"> au peu de temps entre la réception du premier courrier (fin février-début mars) et la date limite pour le dépôt des candidatures (10 mars)
[*"> au choix original de la période des vacances scolaires (idem pour l’élection du Conseil Régional fin juillet)
[*"> à la fiabilité relative du fichier ADELI : des milliers de lettres sont revenues NPAI, car une IDE qui change d’établissement dans un même département ne pense pas à effectuer le changement d’adresse,
[*"> au manque d’information sur ce à quoi s’engage les candidates, s’agissant d’une structure nouvelle où tout est à faire
[*"> à la situation démographique de notre profession (il fallait trois années d’inscription ADELI, or une bonne partie des IDE ont moins de cinq années de diplôme, et l’autre moitié partira à la retraite d’ici 2015, ce qui n’est pas la meilleure période pour se lancer dans une nouvelle aventure !)
[*"> à la difficulté de s’engager : peu d’IDE sont membres d’une organisation professionnelle, et ceux qui le sont peuvent estimer qu’ils en font déjà assez, et ne souhaitaient pas forcément militer dans une autre structure.[/list">

Les départements les plus motivés, qui proposent le plus grand choix aux électeurs, car ils comptent dans les trois collèges plus de candidats que de postes à pourvoir (titulaires + suppléants), sont :
[list">[*">les Alpes Maritimes, avec dans le "collège public" 43 candidats pour 11 postes de titulaires, et dans le "collège libéral" 34 candidats pour 5 postes de titulaires !
[*"> les Bouches du Rhône, avec dans le "collège public" 50 candidats pour 14 postes de titulaires, et dans le "collège libéral" 30 candidats pour 7 postes de titulaires !
[*"> la Moselle, avec dans le "collège public" 54 candidats pour 11 postes de titulaires ![/list">

En Ile de France, la situation est très contrastée :
[list">[*"> beaucoup de candidats dans le "secteur public", avec 38 candidats pour 14 postes de titulaires à Paris, 27 candidats pour 11 postes de titulaires dans les Yvelines, 23 candidats pour 11 postes de titulaires dans le Val de Marne,
[*"> un déficit de candidatures dans le "collège du secteur privé" (sauf à Paris)[/list">

Mention spéciale pour la Seine Saint Denis et le Lot, les deux départements qui ont moins de candidats que de postes de titulaires à pourvoir dans les trois collèges ! Félicitations aux rares candidats, qui sont donc déjà virtuellement élus !

Comment faire pour voter ?

Fin mars, vous allez recevoir à votre adresse professionnelle un second courrier du ministère, avec votre mot de passe personnel pour voter. Du 9 au 24 avril 2008 (jusqu’à midi) vous pourrez vous connecter de n’importe quel ordinateur (personnel, professionnel, cyber café) sur le site de vote : https://election-ordre-infirmier.fr

Attention, pour des raisons de sécurité, vous ne pouvez pas accéder directement à ce site sécurisé par un moteur de recherche.

Que faire si vous n’avez pas reçu votre code de vote ?

Premièrement, contacter votre DDASS pour vérifier votre inscription sur la liste électorale, et faire rectifier votre adresse professionnelle si nécessaire.

Deuxièmement, du 9 au 24 avril 2008, entre 8h et 18h, vous pourrez contacter le centre d’appel dédié aux élections, au 01.70.95.51.35, pour tout problème technique. En particulier, si votre code ne vous est pas parvenu, après que l’on ait contrôlé votre identité, un nouveau code pourra être édité (ce qui entraînera l’annulation automatique du précédent) et envoyé à l’adresse de votre choix.

Source : SNPI

Retour au sommaire du dossier ONI

Commentaires (0)