AU COEUR DU METIER

Edito - Ordre infirmier : 7 ans de désordre

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant


2006 – 2013 : sept années d’existence, l’âge de raison dit-on… Pourtant l’Ordre national des infirmiers continue d’alimenter les gazettes, de délier les langues, de perpétuer les petites histoires plutôt que d’écrire la Grande… Les derniers épisodes en attestent, hélas, encore une fois…

mikado désordreDepuis sa création, en 2006, l’Ordre national des infirmiers (ONI) vit des périodes contrastées… D’une année sur l’autre, d’un mois sur l’autre, d’une semaine à l’autre et parfois même d’un jour à l’autre, tout et son contraire agite la communauté infirmière. Euphorie et déconfiture, renouveau et démissions, communication et autisme, affirmation d’ego et guerre de clochers, lettres de démission et assignations au tribunal, attaques et contre-attaques…. on assiste en effet à une véritable saga ordinale. Certains s’en glorifient, d’autres s’en défendent… Certains s’enflamment, d’autres s’agacent… La majorité de la profession, quant à elle, reste le plus souvent indifférente à une situation qu’elle ignore - ou fait semblant d’ignorer - et pour cause, faut suivre !

Derniers faits en date…

L’agitation de ces derniers jours en atteste une fois encore, le sujet ordinal provoque des réactions épidermiques et chacun y va de son communiqué, de sa tribune. Ça gausse en coulisses, ça s’angoisse dans les prétoires, ça réagit au quart de tour par lettre recommandée… Nous apprenions donc il y a quelques jours, le 18 avril 2013, la démission d’Emmanuel Adain, infirmier libéral réunionnais, conseiller national de l’Ordre des infirmiers (ONI), qui publiait sur les...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (20)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#20

Referendum.

A l'initiative de l'oni, un référendum, subventionné, par l’État,
à hauteur de 1 500 000 euros a déjà été organisé en 2008 :

13,84 % de votants ... et pas possible de voter non !

aujourd'hui, l'oni revendique 20% de la profession infirmière comme adhérente,
quand on connaît les méthodes dans certains ifsi, quand on connaît les pressions
sur les idel dans les cpam, quand on connaît les filtres ordinaux/chantage à l'inscription
dans certaines écoles de spécialisation, etc ...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#19

CONTRE

inscrit ne veut pas dire cotisant
INSCRIT NE VEUT PAS DIRE CONSENTANT

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#18

Nombre d'inscrits.

Je n'ai pas l'impression que le nombre d'inscrits ait augmenté de manière significative depuis quelques mois...

Quelques chiffres (source ordre de infirmiers) :
Au 7 décembre 2012 : 125634 inscrits
http://www.cdoi06.fr/
Ce jour : 133184 inscrits
http://www.ordre-infirmiers.fr/les-infirmiers/annuaire.html

L'ordre infirmier a donc enrôlé 7550 professionnels en 6 mois, soient 1260 par mois ou 15120 par an.

A ce rythme effrayant, et, sachant qu'il reste encore 400000 infirmiers à inscrire, dans 26 ans , toute la profession sera inscrite... Et cela sans compter les inscriptions-bonus liées aux sorties d'IFSI (les étudiants subissant la propagande dès la première semaine de formation, parfois).

La banque aura-t-elle la patience d'attendre si longtemps pour espérer un bénéfice ? Car, n'oublions pas, inscrit ne veut pas dire cotisant...

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#17

referendum

Un referendum comme ça coute cher. Le refus de s'inscrire ou de voter ne te semble pas significatif?

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#16

Un référendum des IDE

Y a qu'a voter... un référendum... Abolition ou pas de l'ordre...
On compte... on tranche...

mimicra

Avatar de l'utilisateur

98 commentaires

#15

Ah que c'est dur d'avoir mal au cerveau

Mr Emmanuel ADAIN Le 18 avril 2013 a écrit:Le groupe de travail ordinal pour contribuer à la réflexion de la mission SICARD sur l’accompagnement de la fin de vie a été mis en place… le lendemain de la remise du rapport au Président de la République !!
_____________________________________________________________________________________

Je confirme donc ce qu'à écrit ce très cher$$ cnoi :

Et aussi des actions de terrains qui ne sont pas nécessairement compatibles avec une communication sur toute ces actions, l'ordre des infirmiers n'est pas un syndicat non plus.

______________________________

Tellement ça doit rester secret, qu'il ne faut en parler qu'àprès au groupe de travail ....

MDR

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#14

un échec

un échec que cet ordre, que certains l'aient jugé prévisible (les "anti") ou que d'autres se résignent maintenant (ceux que l'on appelle ordinés), l'unanimité se fait sur le résultat.

Ou est l'indépendance lorsque, tenu à la gorge par sa banque, l'on fait appel à un ministère qui a déjà donné plus d'un million pour les premières élections?
Ou sont les productions de cet ordre, absence de contenu dénoncée par les élus eux même?

Et, n'en déplaise au CNOI (qui parle vraiment au nom des élus de cet ordre ou qui se permet une interprétation personnelle qui fait office de pensée unique?), c'est bien l'absence d'argent qui a fait cesser les rétributions et indemnités des élus.

Une usine à gaz qui désormais ne marche plus que par son juridique, s'en servant pour justifier son existence. Une structure qui ne peut marcher que par le répressif sur les infirmiers, qui en a besoin pour justifier sa survie ne peut qu'agir comme le fait l'ordre actuellement. un changement d'élus n'y ferait rien, c'est surtout la banque qui dirige.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#13

Le vide complet

4, 7… Tu ne vas pas nous faire un cours sur les chiffres ☺ Ce serait un peu comme l’hôpital qui se fout de la charité.

Que et uniquement la parole du cnoi sur les supposés 133 000 inscrits. De même que la comptabilité, les émoluments des bénévoles = assertions et chiffres ni vérifiés ni vérifiables. Combien d’inscrits à jour de leurs cotisations ?

Et pour le rappel à la loi, tu te poses là ! Des conseillers non élus mais nommés et prorogés par décret ministériel pour les uns et, en exercice illégal de la fonction pour les autres… faute de renouvellement légal de leurs mandats électifs.

Bref, de la communication low-cost comme vos supposées actions concernant les dérives sectaires d’IDE(L) non inscrit(e)s. Par contre, il y a des IDEL inscrit(e)s qui lavent les boyaux ou les neurones, mais on n’en parle pas de ceux ou celles là…

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#12

ben voyons

2 000 infirmiers élus et bénévoles ?

Ils ne sont plus élus mais prorogés, quant au statut de bénévole au vu des "défraiements" touchés par certains, ça leur fait un bénévolat bien lucratif.

Ce qui explique en partie les 80 millions de passif de l'ordre. Pour 0 action et 0 mission menée à bien. Là où l'IDRESS comptabilise plus 560 000 infirmiers, l'ordre trouve entre "400 000 et 500 000" ! De qui vous moquez vous ?

Bien sûr cette imprécision n'est pas anodine, elle vous permet de gonfler artificiellement votre pourcentage d'inscrits.

Mais vous avez raison aujourd'hui l'ordre fonctionne en effet, il fonctionne normalement c'est simplement qu'il ne sert à rien et n'est d'aucune utilité pour les infirmiers.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#11

Pleurnicheries.

On retrouve là le discours ordinal plein de pleurnicheries contre l'état, les politiques, etc...
Sur les 133000 inscrits, le pourcentage des professionnels réellement consentants ?
Et les comptes à l'équilibre, sans aucun chiffre à l'appui, il est difficile d'y croire.
En être obligé de communiquer via des commentaires sur un article plutôt critique, et un dimanche de surcroit, ce n'est pas le signe d'une marche en avant.
Le constat est que votre truc ne sert à rien (et surtout pas à fédérer), que les infirmiers n'en n'ont rien à battre, que vos élections à venir sont une gabegie, et surtout que sa fin se profile.

CNOI

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#10

verre à moitié vide ou à moitié plein?

7 ans de désordre?

loi de 2006 certes mais élections en 2008 et mise en place réelle en septembre 2009... donc plutôt 4 que 7 mais peu importe.

aujourd'hui , malgré une absence de soutien de l'état à tout les moments, et des ministres qui ont bien plus souvent souffler le chaud et le froid par le passé, avec quelle volonté politique réelle ?

133 000 inscrits... avec moins de 50 salariés et plus de 2000 infirmiers élus et "bénévoles" et vraiment bénévoles (pas de petits fours, pas de repas, contrairement à ce que certains aiment à répandre).

des actions de terrains? elles existent, conciliations, médiations, aide juridique aux infirmiers, mise en place de contrats, régulation de la profession avec rappel à la loi quand cela est nécessaire, lutte contre l'exercice de la profession illégale, informations auprès des infirmiers, etc..

Et aussi des actions de terrains qui ne sont pas nécessairement compatibles avec une communication sur toute ces actions, l'ordre des infirmiers n'est pas un syndicat non plus.

aujourd'hui, l'ordre fonctionne, malgré des erreurs commises, il parvient à être à l'équilibre financièrement, pour une seule et unique raison: faire en sorte que les infirmières puissent réussir par se fédérer, c'est en marche .
Pourquoi se fédérer serait utile ?

Qu'a fait l'Etat pour la profession ? depuis 5 ans? 10 ans? 15 ans?

bien confraternellement.

Maripasoula

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#9

Un cas pour l'ONI

L'ONI devrait se distinguer en ce moment, en réglant le problème des IDE restés en catégorie B (parce que, à l'époque, personne n'avait évoqué cette situation !), qui, depuis le décret concernant le passage en A des IDE hors FPH, ne peuvent plus être détachés vers l'EN et autres collectivités territoriales.

Que diable font-ils sur ce sujet, qui pourtant relève entièrement de leur rôle ?
Bons à rien, vraiment...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#8

faut encore supporter

marre de ce truc qui pue et pollue les rapports entre collegues
vivement que hollande et touraine se fassent pousser des c...... et en finisse

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#7

E.ection...

iaahhh, tu as loupé un épisode « mon ami ». Ce ne sont pas les IDE qui choisissent leurs « représentants » mais borniche qui choisit ses électeurs.

D’abord en interne, en poussant à la démission des conseillers ordinaux et en les remplaçant par sa garde rapprochée au national comme dans les croi/cdoi.

Et en externe, en organisant les « élections » nationales avant les départementales et, avant les régionales (électorat du national).

Enfin, le nombre de conseillers étant au prorata du nombre d'IDE inscrits (selon dernier tableau), ils risquent de ne pas être nombreux. Ce qui ne peut être qu'une bonne nouvelle pour borniche et sa bande de mafieux, puisqu'ils ont plus de casquettes que de tête et cervelle.

Nous ne seront même plus dans un système pyramidal, même inversé :)... mais plutôt qui ressemble à un gros tas de...

Aussi, quel que soit ton choix futur, ce ne sera pas un vrai choix.

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#6

quelles elections ?

Tu peux voter, ça ne changera malheureusement rien, puisque le national se fait désigner par les quelques conseillers régionaux qui n'ont pas encore démissionnés (mais dont le mandat est caduque) AVANT que les infirmiers votent.

Par ailleurs, ce petit tour de passe passe leur permet aussi de garder leurs sièges, le nombre de conseillers étant normalement au pro rata du nombre d'inscrits.

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#5

Quel GASPILLAGE !!!

Je suis adhérent et je compte bien voté lors des élections... mais pour qui ? ... une photo et une ligne de présentation... on ne connait même pas leur motivation, leur objectif... on vote au hasard... c'est sans commentaires...

Gaspillage d'Argent, d'énergie, de temps... et de crédibilité... Il est temps d'ailleurs de recycler l'ordre, afin d'y mettre de l'ordre...

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#4

representatif

Ça ne vous choque pas ? Les conseillers nationaux vont être elus avant les departementaux et regionaux ?
Quel déni de démocratie

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#3

...ppfff...

...effectivement, la bête est bien malade ; si on avait un peu de compassion, on l'achèverait afin d'abréger ses souffrances (et de mettre fin au spectacle grotesque qu'elle nous donne...)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#2

7 ans de malheurs diverses et variés !

Tout à déjà été dit, ou presque, sur les magouilles, les tripatouillages et autres malversations ordinales depuis la publication de la Loi du 21 décembre 2006 ...

La liste des plaintes déposées par le syndicat professionnel infirmier RESILIENCE est bien plus longue que les quelques exemples cités ci-dessus, nombre de dossiers sont actuellement en cours de traitement devant les tribunaux, il appartiendra à la Justice - au nom du peuple français - de dire qui à tord ou raison ...

Ce qui est plus que certain c'est que le bilan de l'ordre infirmier - toujours soutenu abusivement par, entre autre, sa banque - est minable sur bien des aspects : dettes financières à hauteur de 15 millions, passifs à hauteur de 84 millions, production intellectuelle nulle sauf un code débile de déontologie jamais publié (ouf !) au Journal Officiel de la République, procédures en cascades contre les opposants (en évitant soigneusement les centrales syndicales), discrédité auprès des parlementaires (voir la prestation affligeante devant le Sénat en décembre 2012), etc ...

Une question toute simple : QUELS INTÉRÊTS les dirigeants de l'oni ont-ils à s'acharner de faire perdurer une structure vouée immanquablement à l'échec, si ne ne sont des intérêts et autres "petits" arrangements, purement financiers, entre l'oni et ses débiteurs ?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Absurdité.

Créer un ordre pour une profession salariée aux quatre cinquièmes relevait de l'absurdité ; fixer une cotisation unique de 75 € entrainait un budget important qui a fait tourner quelques têtes ; montrer une certaine condescendance pour la grande majorité des infirmiers en leur clamant que sans ordre point de salut (et surtout un exercice illégal punissable de prison) n'a pas aidé les dirigeants, au demeurant, bien amateurs et maladroits pour la plupart.
On ne va pas refaire l'histoire en radotant les mêmes histoires, une chose importe aujourd'hui, c'est d'en finir avec ce truc qui a fait beaucoup de mal.