INFOS ET ACTUALITES

L'Ordre des sages femmes pour l'autonomie de la filière maïeutique à l'université

Le Conseil national de l'Ordre des sages-femmes a rappelé son attachement à l'intégration de la formation des sages-femmes à l'université dans des structures autonomes, alors que les modalités d'intégration sont actuellement discutées.

La loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009 a permis l'intégration à l'université de la formation des sages-femmes. Dans un communiqué publié le 28 février 2011, l'Ordre se réjouit de cette disposition, qui constituait une des réponses à la demande de la profession et des étudiants qui "souhaitaient unanimement une formation universitaire".

Il s'inquiète toutefois que, plus d'un an après la promulgation de la loi HPST, seule une école ait aujourd'hui intégré l'université et que de "nombreuses divergences apparaissent sur le choix de la structure à intégrer". Il signale en effet que seule l'école de sages-femmes de Marseille a intégré l'université, en devenant l'Ecole universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, composante interne de l'université de la Méditerranée (Aix-Marseille II).

Jugeant "légitime" la constitution d'une "filière maïeutique autonome", il se dit en faveur de l'intégration de la formation initiale des sages-femmes à l'université dans une école ou dans un institut universitaire maïeutique. "Ces structures, placées sous la direction de sages-femmes, bénéficieront d'une autonomie sur les plans juridiques, pédagogiques, financiers, gestionnaires et décisionnels, autant de garanties qui permettront la reconnaissance de la filière maïeutique", fait valoir l'Ordre.

Ainsi, ces structures seront "positionnées au même niveau hiérarchique que les autres composantes" et les relations avec la gouvernance universitaire seront "directes", ajoute l'instance. Elle ajoute : "Si elle est bien menée", l'intégration à l'université permettra le "renforcement de la culture médicale commune, une plus grande cohérence dans le parcours de formation ou encore le développement de la recherche en périnatalité".

Alors que les modèles d'intégration sont actuellement discutés au sein du groupe de travail "intégration de la formation des sages-femmes à l'université", le Conseil national de l'Ordre des sages-femmes rappelle l'importance de la concertation et la nécessité de prendre en compte la volonté des équipes enseignantes et des étudiants sages-femmes.

Publicité

Commentaires (0)