INFOS ET ACTUALITES

Paris : plusieurs dizaines de milliers de manifestants attendus le 15 mars

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

Plusieurs dizaines de milliers de professionnels de santé sont attendus dimanche dans les rues de Paris, ont indiqué jeudi les différents organisateurs d'une manifestation contre le projet de loi de santé, lors de conférences de presse.

Projet de loi de santé : les professionnels de santé se mobilisent à Paris le 15 mars.

Deux conférences de presse se sont tenues jeudi sur ce rassemblement, l'une le matin par le Mouvement pour la santé de tous, collectif qui réunit 45 organisations de professionnels de santé libéraux, l'autre, en milieu de journée par les initiateurs de la manifestation, notamment les syndicats d'internes en médecine et de médecins libéraux.

Dimanche 15 mars, les participants sont appelés à se réunir à 13h30 place Denfert-Rochereau (XIVème) ou dans les avenues adjacentes. Ainsi, les internes et jeunes médecins se regrouperont boulevard Raspail, le Mouvement Pour la Santé de Tous se réunira avenue René Coty, l'Union française pour une médecine libre (UFML) avenue du général Leclerc, et la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) boulevard Saint-Jacques. Les voitures de SOS Médecins seront en tête du cortège. Celui-ci se rendra devant le ministère de la santé, avenue Duquesne. A 16h30, un ou des discours seront prononcés.

Interrogés sur le nombre attendu de manifestants, les représentants du Mouvement pour la santé de tous ont indiqué que les renseignements généraux (RG) prévoyaient de 40.000 à 50.000 participants. Pour le collectif, il est difficile d'être précis, beaucoup de participants devant venir de manière individuelle, en voiture ou en train. Mais des professionnels de santé de toute la France sont attendus, a assuré Eric Henry, président du Syndicat des médecins libéraux (SML) et un des porte-parole du collectif. C'est la première mobilisation unitaire depuis des années. Si dimanche nous avons 20.000 médecins dans la rue, nous aurons réalisé quelque chose de grand, a estimé le président de l'Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf), Sébastien Foucher, lors de l'autre conférence de presse qui réunissait les organisations des seuls médecins.

Pour le Mouvement pour la santé de tous, le slogan sera clair. Ce sera "le retrait du projet de loi de santé", a exposé le Dr Henry. "Malgré nos demandes d'une concertation, la ministre nous méprise et nous provoque", a-t-il dénoncé. Il a estimé que la publication du règlement arbitral, les visites de la ministre dans des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) et non des cabinets comme ceux où exercent les médecins libéraux, constituaient des "provocations". Il a aussi évoqué le fait de "balader les acteurs pendant six semaines dans des groupes [de travail]".

"Week-end santé morte"

C'est pour ces raisons que le collectif a décidé de "durcir" et d'appeler les professionnels à faire une grève administrative et de la permanence des soins de vendredi à partir de la fin de journée au lundi matin et de fermer leur cabinet samedi toute la journée. La France va connaître un week-end santé morte, a prévenu Eric Henry en estimant qu'un engorgement des urgences hospitalières était à prévoir.

Lors de l'autre conférence de presse, les présidents des cinq syndicats représentatifs des médecins libéraux, des syndicats d'internes et d'organisations de médecins généralistes ont réaffirmé leur cohésion contre le projet de loi de santé, dont ils réclament en majorité la réécriture plutôt que le retrait, autour du slogan "Non au projet de loi de santé - Tous unis pour la santé de demain".

Initiée par l'Intersyndicat national des internes (Isni) et l'Intersyndicat national des chefs de clinique assistants (ISNCCA), cette manifestation contre le projet de loi de santé a rallié en quelques semaines l'ensemble des syndicats de médecins et la plupart des syndicats de professionnels de santé exerçant à titre libéral ainsi que les structures représentant les étudiants, l'ordre des médecins et les cliniques.

Le 12 mars, la Fédération interprofessionnelle de la vape (Fivape), qui regroupe les fabricants et les distributeurs de cigarettes électroniques, a annoncé qu'elle soutenait la mobilisation de l'Association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique (Aiduce) et des vapoteurs qui défileront dimanche dans le cortège pour protester contre l'article 53 du projet de loi de santé qui autoriserait la transposition de la directive sur les produits du tabac par ordonnance.

Retour au sommaire du dossier Profession infirmière et législation

Publicité

Commentaires (0)