INFOS ET ACTUALITES

Patient fugueur dans un service, que faire ?

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

La question est la suivante : On vous impose un nouveau patient fugueur dans votre service : quelle responsabilité ? Accepter un patient dans un service implique en effet que les conditions de prise en charge lui soient adaptées. Ceci impose donc au personnel soignant de réagir auprès du cadre ou du chef de service dès l’arrivée d’un patient trop lourd ou dont la pathologie est trop spécifique...  La MACSF, partenaire d’Infirmiers.com, partage un article très complet sur le sujet écrit par le juriste Germain Decroix et paru le 30 aout 2012 sur son site internet. Nous la remercions pour cet échange productif.

Comment prévenir les risques de fugue ?

Le personnel soignant doit indiquer concrètement quels sont les risques redoutés (fugue, surveillance par un personnel ne disposant pas de la compétence nécessaire, non disponibilité du matériel nécessaire à une bonne prise en charge…).
Ceci conduit également à chercher rapidement une place dans un service adéquat (en gardant une trace des démarches écrites ou téléphoniques dans le dossier du patient) tout en assurant une prise en charge temporaire correcte.

Ce patient fugueur doit ainsi être placé dans une chambre située près du bureau des soignants, et non près de l’issue de secours. Une première fugue sans conséquence (le patient ayant par exemple été retrouvé dans l’établissement) implique une réaction (changement de chambre, renforcement de la surveillance) car la suivante pourrait avoir des conséquences beaucoup plus graves.

Il est également très important, en cas d’admission fréquente de patients fugueurs, de demander (si possible par écrit) que le service soit sécurisé. Il existe en effet des moyens techniques pour éviter ou découvrir rapidement les fugues, comme des codes aux portes d’entrée du service (qui se déconnectent en cas d’incendie) ou des bracelets aux poignets des patients, qui ne constituent pas une atteinte intolérable à leur liberté d’aller et venir. En revanche, la contention au...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)