BLOG

Les patients n'ont pas à lire les transmissions...

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Ce nouvel article, repéré par la rédaction et partagé avec nous par une blogueuse « patiente et (imp)patiente »doit à nouveau nous interpeller...  Où quand la transmission soignante vu par inadvertance par la patiente jette un froid dans la relation soignant/soigné...

Nous sommes en Mars 2016. Je suis hospitalisée. Ce matin j'ai eu des échanges plasmatiques.

Je viens de manger et j'attends pour la dialyse dans le box individuel. Sur la table, mon cahier de dialyse avec des phrases en fluo. Ce sont les transmissions médicales. Je lis. Je n'aurais pas dû.

J'y lis entres-autres ceci :

Refus total d'être piquée par un IDE

soignantes coopération

Lors des transmissions, le choix des mots est important… Ils ne doivent pas stigmatiser le patient, le blesser, même si ce dernier n'est pas sensé les lire !

Je bouillonne. En effet, je me pique seule pour les dialyses. J'en parle ici et là. L'infirmière arrive peu de temps après dans mon box. Je décide de lui en parler. Elle est affreusement gênée que j'ai pu lire cette transmission.  Elle insiste en me disant que cette transmission est destinée aux soignants et n'a pas pour vocation à être lu par les patients.  

Je lui dis que ce qui me gène, et ce qui au final est important c'est la portée des mots de cette transmission et l'impact que cela peut avoir sur les futurs soignants qui sont amenés à me prendre en charge en dialyse. Je lui explique que bien avant le soin et de commencer la rencontre, la relation de soin est déjà bancale et que je me sens cataloguée. Elle me dis qu'elle n'en a pas tenu compte.

C'est vrai. Alors qu'elle avait vu cette transmission, les échanges plasmatiques avec cette infirmière se sont très bien passés ce matin. J'acquiesce en lui disant que ça aurait pu ne pas être le cas de toutes les infirmières.

Je décide d'en parler avec le médecin. Le Dr D. arrive dans mon box au milieu de la dialyse.

Je lui explique que je ne comprends pas cette transmission étant donné que mon autonomie lors des ponctions a fait l'objet d'un courrier explicatif par mon néphrologue et que l'équipe de dialyse est bien au courant.  Elle aussi me dis que je n'aurais pas dû lire cette transmission.  Elle ne comprend pas pourquoi cela me pose souci. Je lui explique que je perçoit le mot « refus total » comme violent, que l'information donnée n'est pas factuelle et que l'information importante à transmettre était que je me piquais. Elle ne comprend pas ou je veux en venir.  Elle me demande si j'accepte d'être piquée par une IDE. Je lui réponds que non vu que je me pique moi même. Elle m'oppose donc que je refuse d'être piquée par une IDE.

Elle clos la discussion en me disant que de toute façon, les patients n'ont pas à lire les transmissions.

Je me sens incomprise. Bien transmettre. Ou pas.

Patiente (im)patienteCet article a été publié le 25 mars 2016 sur Patiente (im)patiente, le blog d'une patiente impatiente...

Retour au sommaire du dossier Blogs infirmiers

Publicité

Commentaires (6)

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#6

Transmissions écrites

A domicile, le dossier de soins qui plus est, à la seule initiative des IDEL dont ils/elles sont supposé(e)s assumer la mise en place, le renouvellement, la mise en sécurité du point de vue du secret professionnel, ainsi que la facture, me semble un être un outil pas forcément utile et à double tranchant car les patients et leur entourage sont de plus en plus exigeants et/ou procéduriers.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#5

?

que la patiente se sente agresséepar cette transmissions ne veut pas dire dire que la transmissions est violente.
C'est son ressenti et elle en prête ce sentimement à la sognante concernée.
Cette transmission n'enfreint aucune règle,
est , selon moi, factuelle.

Enfin, tant qu'à faire de la linguistique , on pourra rappeler que l'emploi de "a vocation à " est complétement abusif

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#4

Le poids des mots

"Refus total" ou simplement autonome ...

vanille64

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#3

écouter....c'est donner du sens......

Cette patiente a une compétence...celle de savoir "se piquer" pour sa dialyse...sous entendu "faites moi confiance=alliance ...
Le soignant interprète cela comme un refus .....ce n'est pas du tout la même chose......
Oui les patients peuvent lire les transmissions que les soignants laissent négligemment (.. ou pas...) ouvert sous leurs yeux....

FRED60

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#2

Juste une expérience perso...

La transmission évoquée a peut être blessée la patiente mais effectivement elle n'est pas censée être lue. On peut comprendre que celui qui a fait la trans pour son collègue n'a pas voulu faire un roman sur la raison du refus.
Pas de quoi en faire un plat...

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

Non sujet...

Pourquoi est ce que cet article DOIT (à nouveau) nous interpeller ?

La patiente du blog en question a absolument le droit de refuser pour elle n’importe quel soin quel que soit le motif et même sans motif.

Mais les soignants ont aussi le droit et la liberté d’avoir des échanges entre eux, verbaux et/ou écrits dans la limite de ce que permet la loi, sans que n’interfèrent d’aucune manière les patients.