INFOS ET ACTUALITES

Peut-on exercer de façon « restreinte » le métier infirmier ?

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Une infirmière qui avait injecté par erreur un mélange mortel à deux nouveau-nés prématurés comparaissait le 31 mai dernier pour « homicides involontaires » au tribunal correctionnel du Havre. Ce dernier a ordonné une interdiction définitive de pratiquer des soins infirmiers hors services de rééducation et gériatrie pour la jeune-femme en plus de la peine de prison avec sursis. Une décision qui interroge la communauté infirmière et qui pose la question suivante : "peut-on exercer de façon « restreinte » le métier infirmier ?

bébé prématuré

L'infirmière de 37 ans qui travaillait dans le service de néonatologie de l'hôpital Flaubert du Havre a comparu le 31 mai 2017 pour homicides involontaires sur la personne de ces deux prématurés de sexe masculin.

Mise à jour du 13 juin 2017 - Le parquet a interjeté appel de la décision

Selon paris-normandie.fr, le procureur du Havre a fait appel à la décision qui a condamné l'infirmière du Groupe Hospitalier du Havre pour "homicide involontaire" sur deux prématurés. Pour rappel, elle a écopé de dix-huit mois de prison avec sursis et d'une interdiction d'exercer sauf en gériatrie et en rééducation. Le parquet juge la décision incohérente et demande une interdication d'exercice définitive et totale. On ne peut pas distinguer plusieurs domaines dans une seule profession. Le procès en appel ne devrait pas se tenir avant une année.

Rappel des faitsLe 5 août 2009, à l'hôpital Flaubert du Havre, l'infirmière travaillant dans le service de néonatologie avait administré par perfusion de l'électrolyte (un mélange de sodium et de potassium) aux deux nourrissons, âgés de 5 et 9 jours, alors que le médecin avait préconisé l'injection d'eau distillée.  L'infirmière en service lors des décès, "avec plusieurs années d'expérience" et "bien notée", avait pris en charge les enfants dans le...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

chenille bleue

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#3

et que sera l'avenir pour elle ?

Il ne peut pas y avoir pire dans une profession infirmière - 2 BB !
Inutile de l'accabler en plus, elle n'aura pas assez du reste de sa vie pour s'en remettre.
J'espère qu'elle a un bon accompagnement psychologique.
On aurait pu lui proposer une autre formation professionnelle (reconversion).

binoute1

Avatar de l'utilisateur

590 commentaires

#2

eh bé

c'est M. MAMERI ou c'est le stagaire qui ne sait pas écrie ? "Quand aux infirmiers travaillant..."

sinon, l'IDE comparait pour homicie involontaire, je suppose donc (puisque pas spécailiste) que c'est du pénal; donc la famille qui voulait une interdiction totale...z'ont même l'air de confondre le pénal( sanction) et le civil (réparation)

N Sanchez

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#1

Décision scandaleuse, insultante

Bonjour,
Cette interdiction d'exercice "avec restriction" ne tient pas debout. Il n'y a aucune logique dans cette décision.
Soit on a les compétences pour exercer le métier d'infirmier, soit on ne les a pas.
Et bien sûr, qui a jugé les compétences de l'infirmière ...... Tout le monde sauf des infirmiers ... Bravo.
Bref, tous simplement HONTEUX !
Cordialement