INFOS ET ACTUALITES

Portrait-robot du CHU de demain

Cet article fait partie du dossier:

Fonction Publique

    Suivant

Le rapport "CHU de demain, symbiose, créativité, excellence… " émis à l’occasion du 60ème anniversaire des CHU dénombre cinq axes de transformation afin de bâtir un nouveau modèle de centre hospitalier universitaire. Réaffirmer l’association université/CHU, rénover les carrières dans les établissements, mettre en place des stratégies territoriales pour optimiser la prévention sont parmi les avancées proposées par le texte.

Portrait-robot du CHU de demain

Il faudrait créer une modularité d’exercice au long de la trajectoire professionnelle tout en assurant la prévention des risques psychosociaux selon le rapport.

60 années d’existence pour les CHU, un mixte entre université et CHR. Via la présence de chercheurs et d’enseignants-chercheurs, les centres hospitaliers universitaires demeurent des lieux d’innovation dans le domaine du soin mais aussi en matière de formation. Pour autant il semble nécessaire d’affirmer leurs spécificités. C’est ce que suggère le rapport issu d’un travail collaboratif entre notamment les directeurs généraux d’établissements CHU-CHR et les présidents d’universités. Présenté le 14 décembre dernier, lors des assises nationales hospitalo-universitaires à Poitiers en présence des ministres des Solidarités et de la Santé et de l’Enseignement supérieure et de la Recherche, Agnès Buzyn et Frédérique Vidal, le texte évoque cinq grands axes de transformation. L’ambulatoire, la complémentarité entre les structures, les réseaux de CHU, la place renforcée du patient et la collaboration avec l’ensemble des facultés. Tel est le portrait-robot du CHU de demain esquissé par Jean-Pierre Dewitte, président de la Conférence des directeurs généraux de CHU de 2015 à 2018. Aujourd’hui c’est Catherine Geindre qui lui succède.

Le premier point s’attaque à la synergie entre les CHU et les universités qui se doit d’être améliorée. A l’heure où l’université française évolue en profondeur, où la recherche et les progrès en santé ne peuvent se concevoir que dans le cadre pluridisciplinaire (…) nous proposons d’établir un lien renforcé entre les centres hospitaliers universitaires et les Universités en conférant un nouveau statut juridique spécifique aux CHU, souligne le rapport.

Il est important de repenser les métiers à l’hôpital et dans les formations de santé tant pour le corps médical que paramédical via de nouveaux référentiels métiers.

Identifier et faciliter l’arrivée de nouveaux métiers

La seconde proposition suggère d’instaurer de nouvelles responsabilités aux CHU et à l’université. Il s’agit notamment de mettre en œuvre des stratégies territoriales en matière de prévention, de soins, d’enseignement ainsi que de recherche et de structurer les CHU en réseau à cet effet. De même, l’idée d’une échelle de gradation des parcours de santé des patients a été évoquée. Elle devra prendre en considération les problèmes de proximité comme la complexité des pathologies prises en charge.

En parallèle, il a été question d’octroyer une responsabilité partagée à la nouvelle gouvernance CHU/université en matière de formation en santé. Le but est d’expérimenter de nouvelles pratiques à l’aide de nouveaux outils notamment numériques mais aussi d’identifier et faciliter l’émergence de nouveaux métiers ainsi que de nouvelles modalités d’exercice qui généreront in fine de nouvelles formations.

En outre, il parait important de rénover les carrières actuelles en CHU et donc de repenser les métiers à l’hôpital et dans les formations de santé tant pour le corps médical que paramédical via de nouveaux référentiels métiers. Cela consiste également à améliorer la qualité du management et à créer une modularité d’exercice au long de la trajectoire professionnelle tout en assurant la prévention des risques psychosociaux.

Enfin, le rapport préconise de mettre en place les conditions d’un pilotage stratégique de l’entité CHU/université de la recherche en santé.

Apparemment, les idées ne manquent pas et ce rapport dessine de nombreux enjeux. Des actes devront suivre, le but restant d’évoluer pour être au plus près des usagers de santé.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)