INFOS ET ACTUALITES

Pour François Hollande, "la santé doit rester une priorité"

Malgré les difficultés économiques que la France connaît, la santé doit rester une priorité, a affirmé le 2 juillet 2013 le président de la République, François Hollande, à l'occasion de l'inauguration du nouvel hôpital du centre hospitalier Bretagne Sud (CHBS), à Lorient.

visite de François hollande hopital Lorient

Le chef de l'Etat a appelé les hôpitaux à "assurer le juste soin"

Lors d'une intervention prononcée à l'issue d'une visite du nouvel hôpital, implanté sur le site de l'ancien hôpital militaire, en centre ville de Lorient,deplacement-dans-le-morbihan, le chef de l'Etat s'est adressé pendant plusieurs minutes au personnel hospitalier pour lui apporter un message de confiance et assurer que l'hôpital était une priorité budgétaire.

A cette occasion, tout en soulignant la nécessité de diminuer l'endettement de l'Etat français et de réduire les déficits, il a indiqué que la santé était un secteur économique prioritaire pour le gouvernement et que c'était la raison pour laquelle il avait fixé le taux de l'objectif national d'évolution des dépenses d'assurance maladie (Ondam) à +2,7% pour 2013, soit un taux supérieur à l'inflation.

Il a indiqué que ce choix avait été fait en raison de l'existence de besoins et parce qu'on ne peut pas refuser les personnes qui se présentent dans les hôpitaux ou vont chez le médecin.

Face aux problèmes de déficit, il faut sans doute faire des économies mais il faut aussi essayer d'avoir une meilleure organisation de notre système de santé sans que la qualité en soit affectée, a-t-il martelé. Le rationnement ne sera jamais la bonne réponse, pas plus que la course à l'acte ou l'activité, a insisté le chef de l'Etat qui appelé les hôpitaux à assurer le juste soin en traquant les dysfonctionnements et les prises en charge inadéquates.

François Hollande a également insisté sur la nécessité de continuer à investir dans le système hospitalier pour moderniser ses bâtiments, acquérir du matériel et des nouvelles technologies et aussi pour le bien des malades. Nous avons besoin des technologies nouvelles et l'économie de la santé fait partie des priorités pour la croissance de demain, a-t-il affirmé en estimant que la santé était un secteur créateur d'emplois.

Il a rappelé que le gouvernement avait agi en 2012 pour débloquer le processus d'investissement des hôpitaux en suscitant des offres de financement nouvelles de la Caisse des dépôts et de la Banque postale et en sollicitant des crédits du programme des investissements d'avenir en leur faveur.

Il a aussi annoncé que la Banque européenne d'investissement allait dégager 1 milliard d'euros de financements nouveaux pour les hôpitaux.

Au total, avec ces différentes formes de prêts et les fonds propres des établissements, nous pouvons investir 45 milliards d'euros sur les 10 prochaines années dans les hôpitaux, là où cela sera prioritaire, a souligné le chef de l'Etat, qui a repris une annonce faite en mars par Marisol Touraine.

Lors de son intervention, le chef de l'Etat a, à plusieurs reprises, rendu hommage au service public hospitalier. Le service public hospitalier, ce sont des valeurs, des principes, un hôpital qui ne refuse personne, qui est toujours ouvert, (...) est le maillon central, parfois le dernier chaînon de l'accès aux soins, a-t-il détaillé en se fondant sur l'exemple de l'histoire de l'hôpital de Lorient.

Pour François Hollande, l'hôpital "est une communauté humaine, pas une entreprise"

Un hôpital "exemplaire"

Il a réaffirmé que l'hôpital était une communauté humaine, pas une entreprise. C'est une collectivité de travail avec ses exigences ses performances mais avec ses personnels, ses cultures professionnelles, ses contraintes et les risques que vous devez assumer. Il a estimé que l'hôpital public devait être exemplaire dans les relations sociales, dans le dialogue social, exemplaire dans la gestion des compétences et dans la prévention des risques professionnels.

S'agissant de la communauté médicale, François Hollande a confirmé qu'un décret allait être publié pour redonner toute leur place aux commissions médicales d'établissement. Il a ajouté que Marisol Touraine avait proposé aux hôpitaux de conclure des contrats locaux d'amélioration des conditions de travail (Clact) dans le cadre d'un programme qui sera financé par un fonds spécifique. Le chef de l'Etat a cependant rappelé que l'hôpital ne peut pas agir seul mais doit s'intégrer dans la médecine de parcours.

A la fin de son discours, il a rendu hommage à tous ceux qui se dévouent pour la santé publique, qu'il s'agisse des professionnels de l'hôpital public mais aussi de ceux qui travaillent dans les établissements [privés] non lucratifs (Espic) et dans les cliniques. Je ne veux pas opposer les uns par rapport aux autres car c'est l'ensemble du territoire qui a besoin d'avoir tous les services, tous les établissements et tous les professionnels, a-t-il déclaré.

Publicité

Commentaires (2)

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#2

ah bon ???

Il est beau de faire l'éloge de l'hôpital public, quand lui et ses proches préfèrent se faire soigner dans le privé....

Mais pourquoi infirmiers.com relaie se genre d'informations ????

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#1

ondam

Néanmoins la cour des comptes , dans son rapport du 27 juin, préconise de baisser le rythme de croissance de l ondam de 0, 2 points !