INFOS ET ACTUALITES

Pour que cessent les violences faites aux femmes

par .

Tous les 25 novembre les Etats du monde entier célèbrent la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Ces faits demeurent hélas une réalité trop présente dans nos sociétés, constituant un frein majeur à l’égalité entre les femmes et les hommes.

lutte contre la violence faite aux femmes

25 novembre 2013 - Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Des dizaines d'années de mobilisation de la société civile et des mouvements des femmes ont placé l'élimination de la violence basée sur le genre en haut de la liste des priorités nationales et internationales. Un nombre de pays sans précédent dispose de lois contre la violence domestique, les agressions sexuelles et les autres formes de violence. La violence à l’égard des femmes et des filles constitue en effet une atteinte grave aux droits fondamentaux. Ses conséquences sur la santé physique, sexuelle et mentale des femmes et des filles sont multiples, immédiates ou à long terme, allant jusqu'à la mort. La violence a des effets négatifs sur le bien-être général des femmes et les empêche de participer pleinement à la vie sociale. De plus, les conséquences néfastes de la violence n’affectent pas seulement les femmes, mais également leurs familles, leur communauté et leur pays. En outre, les coûts de la violence sont très élevés, se traduisant aussi bien par des dépenses supérieures en matière de soins de santé et de frais juridiques que par une perte de productivité. Ceci a un impact sur les budgets nationaux, et plus globalement, sur le développement.

Je me félicite que de nombreuses voix s’élèvent en faveur de l’éradication de cette violence, qui touchera près d’une femme sur trois au cours de sa vie. (…) Je rends également hommage à tous ces héros qui, partout dans le monde, aident les victimes à se rétablir et à devenir des agents de changement

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU, 25 novembre 2013Un Colloque ministériel en septembre 2013Lors du colloque « Violences aux femmes » organisé en septembre 2013 par la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, psychiatres, travailleurs sociaux et responsables associatifs ont souligné l’importance d’une prise en charge thérapeutique, par exemple au sein de groupes de parole, des auteurs de violences contre les femmes afin de prévenir la récidive. Soigner les auteurs,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

589 commentaires

#2

ben justement

"Tous les 25 novembre les Etats du monde entier célèbrent la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Ces faits demeurent hélas une réalité trop présente dans nos sociétés, constituant un frein majeur à l’égalité entre les femmes et les hommes."

justement, si on veut parler d'égalité, pourquoi parler des violences faites AUX FEMMES ?? plutôt que violeces conjugales. Parce que mlaheureusement la violence et le mlaheur sont égalitaires...

delphineb

Avatar de l'utilisateur

25 commentaires

#1

nous n'aurons que se que nous prendrons

"La violence a des effets négatifs sur le bien-être général des femmes et les empêche de participer pleinement à la vie sociale."
Sans blague ??? Moi qui pensais que sa faisait du bien de se prendre une baffe dans la gueule de temps à autre !

"En outre, les coûts de la violence sont très élevés, se traduisant aussi bien par des dépenses supérieures en matière de soins [...] que par une perte de productivité."
On parle de femmes violées, séquestrées, tabassées, discriminées, rabaissées, qui vivent ou ont vécu l'enfer et vous osez venir nous parler de productivité et du "trop plus" d'argent qui leur est destiné ?!

Je pense que les moyens sont bien trop faibles et que le smic devrait être augmenter pour une meilleure indépendance financière des femmes notamment des mères!

Et la justice dans tout ça ? N'y a t'il rien à revoir à ce niveau là ?

Et enfin l'accompagnement psychologique/psychiatrique des agresseurs quand sera t'il respecté ?


Attention je suis loin de cracher sur le travail formidable que font les assoc' et le service public existant... J'en est juste marre de ses discours "mielleux"