INFOS ET ACTUALITES

« Quand l'hypertension fait perdre la tête »

À l'occasion de la Journée Nationale de Lutte contre l'Hypertension Artérielle (HTA) du 18 décembre 2014, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) souhaite sensibiliser le grand public à deux conséquences vasculaires non négligeables liées à l'hypertension artérielle : l'AVC et les troubles de la mémoire.

infirmière libérale patiente pression artérielle

Une infirmière libérale mesure la pression artérielle d'une patiente.

Accident vasculaire cérébral, perte de mémoire, maladie d'Alzheimer, telles peuvent être les conséquences de l'hypertension artérielle (HTA). La Journée Nationale de Lutte contre l'Hypertension Artérielle est l'occasion pour le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) de diffuser sa nouvelle campagne « Quand l'hypertension fait perdre la tête » visant à communiquer sur le lien entre HTA et altération des artères du cerveau. Il souligne en effet que, selon une étude publiée dans l'édition de novembre de The Lancet Neurology, la présence, entre 35 et 64 ans, d'une HTA augmente le risque de développer la maladie d'Alzheimer de 61 %. Notons qu'elle peut aussi favoriser la survenue d'un accident vasculaire cérébral, les troubles de la mémoire ou encore la démence. Afin de sensibiliser les patients à ces problématiques, le comité HTA met à disposition, sur son site Internet, un livret (PDF) démontrant le bénéfice du traitement de l'hypertension artérielle sur la prévention des démences. Il informe également sur les répercussions d'autres facteurs à risque vasculaire comme le diabète, le surpoids, le tabagisme ou encore l'inactivité physique sur le bon fonctionnement des artères et de leur implication dans les troubles de la mémoire. Rappelons que près de la moitié des cas de maladie d'Alzheimer dans le monde (17 millions) sont potentiellement attribuables à des facteurs de risque vasculaire modifiables. Dépister et traiter l'hypertension et ces facteurs de risque permet de réduire significativement les risques de démences et de maladie d'Alzheimer et de ne plus vivre dans l'inquiétude, souligne le Dr Bernard Vaïsse, cardiologue à l’hôpital de la Timone de Marseille et Président du CFLHTA. Le Professeur Olivier Hanon, chef de service de gérontologie à l'hôpital Broca de Paris et Président de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) ajoute que la baisse de la pression artérielle par un traitement hypertenseur peut réduire de 50 % le risque de troubles de la mémoire.

Favoriser l'automesure pour une meilleure santé

L'étude FLAHS 20141 (French League Against Hypertension Survey) réalisée par Kantar Health à la demande du CFLHTA démontre que seules 49 % des personnes hypertendues et traitées sont contrôlées par une mesure à domicile en France en 2014. Le Professeur Jean-Jacques Mourad, hypertensiologue à l'hôpital Avicenne-Bobigny et Past-président du CFLHTA, considère que le contrôle tensionnel est plus que jamais un axe prioritaire pour améliorer l’état sanitaire de la population et atteindre 70% des hypertendus traités et contrôlés en 2015.

Pour suivre l'hypertension artérielle, il est conseillé de suivre la « règle des 3 » dans la semaine qui précède une visite médicale. Elle préconise d'effectuer au calme, après un repos de quelques minutes, en position assise :

  • trois mesures avant le petit-déjeuner ;
  • trois mesures avant le coucher ;
  • trois jours de suite.

Afin de faciliter la compréhension des résultats, l'unité d'hypertension artérielle de l'hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP) a conçu un outil d'aide à l'interprétation des résultats en ligne. Les données entrées par l'utilisateur sont interprétées automatiquement et le système indique si la pression artérielle est correcte, limite ou trop élevée.

L'hypertension artérielle en chiffres

  • Environ une personne sur deux est contrôlée par le traitement.
  • 130 000 accidents vasculaires cérébraux sont favorisés par l'hypertension artérielle.
  • 30 % de la population française âgée de 35 ans et plus est traitée par un médicament antihypertenseur soit 11,4 millions de personnes.
  • 70% des hypertendus sont âgés de plus de 60 ans.

Note

  1. FLAHS 2014 (French League Against Hypertension Survey) : baromètre de l’hypertension en France réalisé par Kantar Health à la demande du CFLHTA – échantillon de 3562 sujets âgées de 35 ans et plus – enquête réalisée en octobre 2014 en France métropolitaine.
Creative Commons License

Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Publicité

Commentaires (0)