INFOS ET ACTUALITES

Quand la peur du jugement du médecin freine l’accès aux soins

Cet article fait partie du dossier :

Médecin

Les patients se sentent-ils à l’aise face à  leur médecin ? Apparemment, non d’après une enquête récente! Et cela pourrait avoir des répercussions sur leur accès aux soins et même sur leur état de santé en général. En revanche, le jugement des infirmiers semble être heureusement moins redouté.

Docteur avec une patiente

D’après une enquête, la blouse blanche susciterait la crainte au point de ne pas tout dire à son médecin. Interrogé sur leur rapport avec les professionnel de santé, les sondés redoutent des remarques désobligeantes ou des leçons de morales en particulier de la part des praticiens.

Plus de trois Français sur quatre aurait déjà craint ou expérimenté le jugement d’un professionnel de santé, que ce soit à propos de leur état de santé, un traitement dont ils souhaiteraient bénéficier ou d’une simple question. C’est ce que révèle une enquête réalisé sur un échantillon de 1000 personnes par l’Institut BVA à la demande de ZAVA, un service de consultation en ligne.

Plus concrètement les Français appréhendent surtout les remarques désobligeantes, inappropriées ou encore les leçons de morale de la part de… leur médecin ! Qu’il s’agisse de leur généraliste ou d’un spécialiste, les sondés sont 74% à redouter leurs réactions. En parallèle, ils sont 17% à éprouver des difficultés à parler à leur pharmacien, 16% à leur secrétaire médicale et 9% à un ou une infirmière.

Un sentiment présent surtout chez les femmes et les jeunes

Graphique sur le jugementLa gent féminine et les 18-34 ans seraient les populations les plus touchés par ce sentiment. Ils sont respectivement 83 et 87% à l’avoir ressenti. De même, les chiffres sont similaires pour les personnes ayant déjà consulté pour des sujets d’ordre intimes comme des IST ou pour la pilule du lendemain.

Un impact sur la santé ?

Près d’une personne interrogée sur deux a admis avoir été freiné dans son accès aux soins en raison de ce malaise. Ils sont par exemple 45% à ne pas avoir osé aborder un sujet avec un professionnel de santé et 25% à avoir renoncé à une consultation, des soins ou un traitement à cause de ces appréhensions.  Ces craintes ne sont pas sans conséquences : plus de la moitié des sondés ont déclaré en avoir subi des répercussions (41% d’entre eux évoquent des conséquences psychologiques et 16% affirment que leur problème de santé s’est aggravé par la suite).

Creative Commons License

Roxane.curtet@infirmiers.com @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (1)

oxazepam

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#1

les IDE comme intermediaire

C'est vrai que c'est un comportement que j'ai deja pu observer plusieurs fois depuis que je travaille. La plupart des patients n'osent pas parler du problème au médecin mais ont beaucoup moins de difficultés à l'aborder avec les soignants.
Ils comptent sur nous pour faire le relais entre eux et le médecins.

Je peux comprendre ce comportement, souvent le médecin est pressé pendant la visite, il n'a pas le temps d'aborder les autres problèmes que le patient peut rencontrer pendant son séjour à part ce qui concerne directement le médecin (l'état des plaies pour un chirurgien par exemple)