INFOS ET ACTUALITES

Quel « état d’esprit » des infirmiers aujourd’hui ?

Les résultats de l’enquête d’opinion réalisées en janvier 2013 auprès de ses adhérents par le SNPI, syndicat des infirmières salariées confirme l’état dépressif de la profession : les sentiments négatifs prédominent pour 70 % des sondés.

Le SNPI, syndicat des infirmières salariées, réalise tous les deux ans une enquête d’opinion interne afin de s’assurer qu’il est bien en phase avec ses cotisants. Comme le souligne le syndicat, « une partie seulement des adhérents prend le temps d’y répondre, et nous n’avons pas le professionnalisme d’un institut de sondage ». 1.327 répondants ont cependant été enregistrés pour l’enquête 2013, ventilés comme suit : 49 % d’infirmières, 37 % de cadres infirmiers, 9 % d’infirmières spécialisées et 5 % formateurs. Parmi eux, 44 % travaillent en hôpital public, 25 % en hôpital non lucratif, 13% en cliniques lucratives, 13 % en médico-social, 3 % en IFSI et 2 % en intérim. Les résultats sont néanmoins très intéressants, reflet de l’état d’esprit actuel des infirmiers salariés par rapport à la précédente enquête de 2011. Ils ont été rendus public lors du Conseil National du 24 janvier 2013.

infirmiers sentiments négatifs sentiments positifs

Démotivation, stress, charge de travail...

On observe une importante démotivation, et une perte d’espoir : les sentiments négatifs prédominent pour 70 % des sondés. Le niveau de stress augmente (69 % en 2013 vs 66 % en 2011) ainsi que la charge de travail (57 % en 2013 vs 51% en 2010), face à des conditions de travail de plus en plus difficiles (47 % en 2013 vs 42% en 2011). Malgré les faibles revalorisations de 2010 et 2012 dans le secteur public (réforme LMD des études) seulement 7 % des infirmières enregistrent une évolution de leurs rémunérations (contre 16 % en 2011). De même, les infirmières interrogées sont de moins en moins optimistes sur l’amélioration des possibilités de formation (15 % en 2013 vs 25 % en 2011), sur l’évolution du métier (9 % en 2013 vs 25% en 2011) et sur la reconnaissance des pouvoirs publics (4 % en 2013 vs 10% en 2011), des médecins (13 % en 2013 vs 24 % en 2011) et des patients (14 % en 2013 vs 30 % en 2011).

Non aux coopérations entre professionnels de santéMais ce qui a fait l’objet de nombreux commentaires libres des sondés, c’est le débat entre les coopérations d’une part, et les pratiques avancées en Master 2 d’autre part. Le SNPI CFE-CGC avait déjà lancé une consultation auprès des professionnels, au travers de son site internet, en décembre 2012 et sur les 13.234 infirmières, cadres infirmiers ou infirmières spécialisées qui avaient répondu, 87 %...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#2

Coucou, c'est nous...

Le SNPI ou comment se montrer quand on n'est presque plus rien : bien évidemment ce genre d'étude ne ressemble à rien, c'est comme les 92 % des infirmières qui désiraient un ordre : de la pure propagande !!

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#1

Quelle validité pour ce truc ?

37 % de cadres + 5 % de formateurs

On est loin de quoique ce soit de représentatif. Mais bon venant d'un syndicat qui fait 0,4 % ...

Amusant toutefois de constater que moins de la moitié des adhérents de ce syndicat très pro ordre sont inscrits à ce dernier.

Amusant de voir aussi comment le syndicat essaye de minimiser ce camouflet en présentant ça sous forme "d'amélioration".