INFOS ET ACTUALITES

Soignants : quelle qualité de vie au travail ?

    Suivant

La Haute autorité de santé (HAS) a publié sur son site internet les conclusions des travaux qu'elle mène depuis 2010 avec l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) sur la qualité de vie au travail dans les établissements de santé.

soignants pause salle de repos

Repartir de l'organisation elle-même et de la capacité qu'a l'ensemble des acteurs à discuter du travail

Ce travail de longue haleine, commencé en 2010 et achevé en 2013, est résumé dans cinq documents. L'un retrace la démarche globale, et les autres résument les conclusions de trois groupes de travail (établissements de santé, experts-visiteurs de la HAS et organisations syndicales de salariés) et celles d'un séminaire conclusif qui a eu lieu en juillet 2013. La démarche de la HAS et de l'Anact sur la qualité de vie au travail a été participative, et s'est appuyée sur des espaces de travail croisés afin de conduire une démarche pluri-acteurs d'introduction des enjeux de la qualité de vie au travail dans la certification des établissements de santé, résume la note du groupe de travail établissements. La méthode de travail est au moins aussi importante que les résultats, et vise à construire au fur et à mesure, et à positionner tout le monde ensemble en conditions d'apprentissage, a expliqué vendredi Véronique Ghadi, chef de projet au service développement de la certification de la HAS, lors d'un entretien à l'APM.

Ce travail sur la qualité de vie au travail a nécessité de modifier la manière dont les conditions de travail sont souvent appréhendées. Quand on est sur une approche concernant les risques psycho-sociaux [RPS], on va être axé sur les risques individuels, et à partir d'une situation difficile, trouver des axes d'amélioration [...] avec un effet secondaire ou indésirable [qui consiste] parfois à chercher des boucs émissaires, a estimé Véronique Ghadi. Là, on repart de l'organisation elle-même et de la capacité qu'a l'ensemble des acteurs à discuter du travail. Notre hypothèse, c'est qu'à partir du moment où on met les acteurs autour de cette question du travail et du 'bien-travailler', on va avoir un effet positif sur la santé au travail et sur la prévention des risques psycho-sociaux, a précisé la chef de projet. Notre angle d'attaque est vraiment le travail, et de se dire qu'il faut qu'on se réintéresse au contenu du travail lui-même et à ses conditions de réalisation.

Le pari de la HAS est ambitieux, affirme dans le document retraçant l'ensemble de la démarche. Il s'agit de faire en sorte que la certification puisse aider les dynamiques locales de construction de la qualité, soutenir le développement d'une culture de la discussion sur le travail et sur la qualité du travail à tous les niveaux, avec la volonté d'articuler qualité des soins, bientraitance des patients et qualité de la vie au travail. Dans la nouvelle procédure de certification des établissements de santé,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)