INFOS ET ACTUALITES

Quid de la "check-list" au bloc opératoire...

check liste bloc operatoireLa Haute autorité de santé (HAS) a annoncé le 17 novembre 2011 une inflexion dans la mise en place de la "check-list" au bloc opératoire, en recommandant désormais de l'adapter aux spécificités et aux freins rencontrés par les professionnels de santé pour son application, à l'occasion de ses Rencontres 2011 organisées jusqu'au 18 novembre 2011 à Lyon.

La "check-list" au bloc opératoire a été présentée en 2009 et est devenue opposable dans le cadre de la certification des établissements le 1er janvier 2010. Après un bilan positif à un an, elle a été légèrement modifiée. L'inflexion annoncée par la HAS fait suite au constat que les professionnels de santé intervenant dans les blocs opératoires sont convaincus de son utilité mais l'appliquent inégalement.

"Nous devons passer de l'exigence réglementaire au besoin professionnel (...). La 'check-list' n'est pas une punition (...). Pour la relancer, il faut retourner sur le terrain", a commenté le Pr Bertrand Millat, en charge de la coordination de la chirurgie digestive et de la transplantation au CHU de Montpellier, lors d'un point presse.

"La HAS, ses partenaires professionnels et les représentants de patients ont donc décidé de passer à une seconde phase : redéployer le bon usage de la 'check-list' dans le cadre de la gouvernance propre des établissements, et notamment des CME [commissions médicales d'établissement] et des conseils de bloc opératoire", indique l'autorité administrative indépendante.
Il va être demandé aux institutionnels, leaders et professionnels des établissements de "procéder à un redéploiement de la 'check-list' dans leurs blocs, prenant en compte leurs spécificités et les freins identifiés".

L'idée est "de procéder aux adaptations nécessaires pour une meilleure adoption".

A l'occasion de cette "deuxième phase", la HAS a publié plusieurs documents mis à disposition des établissements. Outre des présentations classiques, elle propose un guide d'évaluation de l'utilisation de la "check-list" au bloc opératoire, qui devra être réalisée sous la supervision de la CME.
Le Pr Millat a rappelé que la "check-list" constituait "un outil d'équipe car le risque se gère en équipe". Il a également estimé qu'elle permettait de "casser les silos entre spécialités".

Voici ici les documents accompagnant la campagne de déploiement de la "check-list" au bloc opératoire.

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)