INFOS ET ACTUALITES

CGT santé/action sociale : déçue à la sortie du ministère

Cet article fait partie du dossier:

Fonction Publique

    Suivant

Rencontre décevante pour la CGT santé et action socialeLa fédération CGT de la santé et de l'action sociale s'est déclarée déçue de sa rencontre le jeudi 19 juillet 2012 avec la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, dans un communiqué diffusé le 23 juillet 2012.

"Si nous accueillons avec satisfaction le changement de ton et de forme dans les relations avec le ministère (...), sur le fond, nous ne voyons pas s'annoncer les changements tant espérés", observe-t-elle. "Au contraire, ce premier rendez-vous nous laisse entrevoir que la politique comptable de maîtrise des dépenses menée depuis des années dans le secteur sanitaire, social et médico-social va perdurer".

La fédération CGT santé et action sociale a réitéré ses demandes de mesures "urgentes et concrètes" en matière de salaires, emploi et conditions de travail. Elle a demandé l'ouverture de négociations sur les carrières, les parcours professionnels, la reconnaissance des qualifications, avec une attention particulière pour la catégorie C. Elle a réitéré son opposition à la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) et exigé "l'arrêt immédiat de toutes les restructurations et des partenariats public/privé qui s'opèrent via les ARS" (agences régionales de santé) et un "suivi particulier" pour l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). Elle a réclamé le rétablissement de la reconnaissance de la pénibilité des infirmières et la reconnaissance de celle observée dans d'autres professions, dans le public comme dans le secteur privé de la santé et du social.

Elle a aussi demandé une loi spécifique sur l'égalité professionnelle, un arbitrage de la ministre au sujet des "attaques" sur la convention collective de 1951 du secteur privé à but non lucratif, l'ouverture de négociations sur les droits et moyens syndicaux, un dialogue social de qualité à tous les niveaux (local, départemental, régional, national) et la levée de toutes les sanctions en lien avec l'action syndicale.

"La ministre nous a écoutés mais sans donner aucune réponse concrète, hormis sur l'Ordre infirmier où elle a confirmé sa volonté de légiférer en rendant l'affiliation non obligatoire", rapporte la fédération. "Elle renvoie les discussions et négociations dans le cadre de l'agenda social qui sera établi en lien avec le ministère de la réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique".

La CGT santé et action sociale indique qu'une mission sera "engagée avec les représentants des salariés sur les grands enjeux du dialogue social et les attentes des salariés". A la suite de l'intervention de Marisol Touraine au conseil supérieur de la fonction publique hospitalière (CSFPH) le 26 juin 2012, la fédération avait déjà déploré que le ministère actuel reprenne à son compte les textes écrits par le gouvernement précédent, rappelle-t-on.

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (1)

domi

Avatar de l'utilisateur

19 commentaires

#1

illusion...

Quand comprendrons nous que le changement viendra de nous et pas du gouvernement, qu'il soit de droite ou de
gauche?