INFOS ET ACTUALITES

Roubaix : 31 infirmiers déposent plainte pour harcèlement

par .

31 infirmiers ont déposé plainte contre X pour harcèlement et exposition aux risques psychosociaux. Un chirurgien d'une cinquantaine d'années, chef de service de l'hôpital Victor-Provo, est accusé de faire régner un climat de terreur au bloc opératoire depuis les années 2000.

chirurgien opération

31 infirmiers ont porté plainte contre X pour harcèlement et exposition aux risques psychosociaux au sein de l'hôpital de Roubaix. Les faits se sont déroulés au bloc opératoire.

Depuis son arrivée au sein de l'hôpital Victor-Provo en 2000, un chirurgien ferait preuve de violences morales et physiques à l'égard d'agents et de patients. 31 infirmiers ont décidé de porter plainte contre X pour harcèlement et exposition aux risques psychosociaux. Nous en appelons à la justice pour qu'elle soit rendue et que l'auteur des faits soit poursuivi et sanctionné comme tout un chacun pour des faits graves, avérés et répétés, écrivent-ils dans un communiqué commun. Et d'ajouter nous voulons pouvoir poursuivre notre mission dans des conditions relationnelles normales qui respectent notre intégrité physique.

Des dizaines de situations gravissimes

En tant qu'infirmière durant la prise en charge d'une carotide chez un patient, et étant alors instrumentiste, le docteur, une nouvelle fois dans un état de stress et d'énervement, m'a porté le bistouri froid au niveau de ma jugulaire, raconte l'une des victimes. Une vingtaine d'autres témoignages ont été adressés à la direction de l'hôpital, qui les a transmis au conseil de l'Ordre des médecins et au centre national de gestion. Les faits dénoncés sont particulièrement graves : humiliations, maltraitance envers les patients (insultes ou gifles données sous anesthésie locale) et les agents. Une pétition a été lancée dès 2003 mais la direction n'a jamais bougé car c'est un professionnel qui rapporte de l'argent à l'hôpital, dénonce Jacques Admaski, délégué CGT, dans lavoixdunord.fr. En décembre dernier, une IDE aurait reçu des coups de pied aux fesses sous prétexte qu'une intervention se serait mal passée. Depuis janvier 2017, le chirurgien est suspendu de ses fonctions hiérarchiques et l'accès au bloc lui est interdit par mesure de précaution.

"Par peur", aucune plainte n'avait visé le chirurgien jusqu'à maintenant et ces problèmes semblaient ne pas être connus des instances de l'hôpital. J'ai découvert quantité de choses qui ne sortaient pas des blocs jusqu'ici, indique le Dr Anne Liesse, présidente de la commission médicale d'établissement depuis deux ans. Le parquet de Lille a annoncé qu'il venait d'être saisi de la procédure et précise qu'il n'y a pas lieu de communiquer davantage dans l'immédiat. Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'établissement doit quant à lui se réunir le 21 juin 2017 de manière exceptionnelle pour évoquer cette situation.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Publicité

Commentaires (2)

caco35

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#2

Question (peut-être) idiote...

Pourquoi porter plainte contre X ? La personne incriminée me semble être toute désignée...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

459 commentaires

#1

ben tiens

"mais la direction n'a jamais bougé car c'est un professionnel qui rapporte de l'argent à l'hôpital"