INFOS ET ACTUALITES

Santé au Travail : il faut agir

Cet article fait partie du dossier:

Santé au travail

    Précédent Suivant

La Fédération Île de France de FO santé nous communique son diagnostic et ses recommandations pour la santé des salariés hospitaliers d’Île de France.

La santé au travail des salariés hospitaliers est une problématique qu’il nous faut traiter si l’on ne veut pas que les indicateurs d’alerte qui sont préoccupants aujourd’hui ne deviennent catastrophiques demain.

Tout d’abord, la prévention des risques professionnels et de la santé des travailleurs hospitaliers doit être considérée comme un investissement et non comme une simple dépense de fonctionnement. Payer un agent en bonne santé qui travaille à l’hôpital vaut mieux que de le voir malade chez lui.

Cette simple évidence ne convainc déjà pas tous les acteurs, ce qui démontre l'importance des écarts qui peuvent exister entre le discours, les textes et la réalité et la nécessité d’une réelle campagne d’information sur les effets très positifs d’une bonne santé au travail.

La situation à l’hôpital n’est pas brillante. Les milliers d’emplois supprimés, les repos ou congés reportés, les plannings non respectés, les prolongements de journée au-delà des 10 heures, 12 heures, voire 14 heures par absence de relève, épuisent les personnels hospitaliers. Les accidents de travail, les maladies professionnelles, et les arrêts pour maladie ordinaire augmentent.

Les charges deviennent insupportables pour les agents, ingérables pour les établissements, humiliantes pour les personnes hospitalisées. Les violences à l’encontre des personnels  se multiplient, le malaise s’enracine, les personnels de santé se démotivent.

L’inadéquation entre les besoins et les moyens devient source de troubles psychosociaux qui eux même encouragent les troubles musculo-squelettiques.

Ce n’est pas toujours une question de moyens, nous en convenons ! Il y a aussi quelques égarés qui ordonnent, imposent,  harcèlent comme si la gravité de la situation n’était pas suffisante. Ils ajoutent de l’autorité là ou il faudrait de l’accompagnement.

Il est souvent reproché la mauvaise organisation de l’hôpital, des pôles, des services. Ce temps est révolu. Les cadres hospitaliers de proximité subissent la triple contrainte du service au malade, du manque de personnel et de moyens pour y répondre, et des objectifs imposés qui sont inaccessibles. Eux-mêmes sont touchés par les troubles psycho-sociaux.

Les conséquencesLe taux d'absentéisme à l'hôpital a progressé de 20%  pour atteindre 9,7 % en 2003 et 10% aujourd’hui, observe Dexia Sofcah (filiale de Dexia crédit local, en charge de l'assurance statutaire des établissements hospitaliers).Ce taux de 10% équivaut, pour une structure de 1000 agents, à 100 agents absents en permanence sur l'année.Selon les chiffres de Dexia, une simple transposition sur le million d’agents hospitaliers porte ce chiffre à 100.000 agents par jour (10%).Le coût...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)