INFOS ET ACTUALITES

Santé : les inégalités inquiètent les Français

par .

Le dernier baromètre d'opinion de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) publié le 5 février 2014 souligne l'inquiétude qu'ont les Français au regard de la montée des inégalités en matière de qualité et d'accès aux soins.

foule rue

Des Français inquiets face aux inégalités d'accès aux soins

Pour neuf Français sur dix au regard de 2013, les inégalités ont eu tendance à augmenter au cours de ces cinq dernières années, d'après le baromètre d'opinion de la Drees Qualité et accessibilité des soins de santé 1. S'ils considèrent que les inégalités de revenus sont les plus répandues (42%), ils estiment que les inégalités d'accès aux soins sont les moins acceptables (22%). En moyenne, les Français estiment qu'au minimum, un individu doit disposer de 1 490 € par mois. Ce montant diffère selon le lieu d'habitation mais aussi en fonction des ressources et du statut social.

Quant à leur situation actuelle, huit Français sur dix trouvent qu'elle est plutôt bonne mais ils demeurent pessimistes pour l'avenir : 44 % des personnes interrogées pensent qu'il y a un risque de chômage pour eux-mêmes ou pour l'un de leurs proches dans les mois à venir. En outre, 47 % (38 % en 2007) des sondés jugent que la situation de leurs parents était meilleure que la leur à leur âge.

optimisme avenir Français graphique

Sept Français sur dix s'estiment en bonne santé. Toutefois, on observe un fort gradient par âge, comme le souligne la Drees. Les moins de trente ans sont 90 % à déclarer un bon état de santé, contre 58 % des plus de soixante cinq-ans. De plus, les ménages les plus défavorisés sont plus nombreux que la moyenne à déclarer un mauvais état de santé. Par ailleurs, 68 % des Français se disent satisfaits de la qualité des soins à l'hôpital mais un nombre croissant de la population estime qu'elle s'est détériorée durant ces dernières années.

Malgré ces quelques fausses notes, les Français restent confiants vis-à-vis du système de protection sociale. En effet, ils restent très attachés au système public et universel d'assurance maladie. De plus, 64 % des personnes interrogées jugent normal que la France consacre un tiers du revenu national au financement de la protection sociale et 72 % adhèrent au principe de solidarité entre personnes malades et personnes bien-portantes.

La maison de retraite, une solution insatisfaisante

L'étude se focalise également sur l'avis des Français sur les maisons de retraite. Ainsi, les résultats montrent que plus de six Français sur dix n'envisagent pas de vivre en institution et seulement deux sur dix placeraient l'un de ses proches dans une institution s'il devenait dépendant. Six Français sur dix déclarent qu'ils l'accueilleraient chez eux ou feraient en sorte de pouvoir s'en occuper, souligne la Drees.

attitude dépendance parent proche graphique

A noter que l'étude se penche uniquement sur les aspects financiers qu'un placement peut engendrer. Pourtant, prendre la décision de placer un proche en maison de retraite n'est pas qu'une question d'argent, d'autant plus lorsque l'on sait que les Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) manquent cruellement d'infirmiers et que les conditions de fin de vie s'avèrent souvent délétères.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Rédactrice Infirmiers.comaurelie.trentesse@infirmiers.com

Note

  1. Le Baromètre d'opinion 2013 « Qualité et accessibilité des soins de santé » a été mené par BVA pour la Drees. Les données ont été collectées du 14 octobre au 26 novembre 2013 auprès d'un échantillon de 4 000 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans ou plus en France métropolitaine.

Publicité

Commentaires (0)