INFOS ET ACTUALITES

Séisme à Haïti : la France met en place un hôpital de campagne à Port-au-Prince

La France a mis en place un hôpital de campagne d'une vingtaine de médecins militaires à Port-au-Prince, après le séisme qui a très durement frappé Haïti mardi soir, a-t-on appris jeudi matin auprès du secrétariat d'Etat à la coopération, Alain Joyandet.

Le bilan de ce tremblement de terre, d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter, paraît d'ores et déjà très lourd, avec probablement plusieurs dizaines de milliers de morts. Selon le président haïtien, René Préval, il pourrait y avoir 30.000 à 50.000 morts à Port-au-Prince, capitale d'un des plus pauvres pays de la planète.

Contactée jeudi par l'APM, une porte-parole d'Alain Joyandet, sur le départ pour Haïti, a évoqué la mise en place d'un hôpital de campagne à Port-au-Prince, d'"une vingtaine de médecins militaires". L'avion portant cet hôpital devrait décoller de France jeudi soir, a indiqué un porte-parole du ministère des affaires étrangères, interrogé par Reuters.

 

Un autre avion partira jeudi dans la journée, tandis que trois appareils de petit tonnage sont déjà arrivés sur place, avec des vivres et des équipes de sauvetage, a indiqué le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner, jeudi matin sur France Inter.

Le blog d'Alain Joyandet évoque quant à lui deux avions français partis mercredi, l'un de Fort-de-France, "avec à son bord 25 gendarmes, des sauveteurs, du personnel d'hôpital, l'autre de Marseille avec 60 personnes à son bord", pour un total de 130 personnes et six chiens de sauvetage des personnes ensevelies.

Alain Joyandet va acheminer 400 kits de pharmacie dans le pays, a indiqué sa porte-parole, selon qui l'urgence est d'abord alimentaire et médicale. Elle n'a pas pu préciser les moyens financiers.

Une réunion est prévue jeudi après-midi à l'Elysée, en présence du président Nicolas Sarkozy, du premier ministre François Fillon et de plusieurs ministres (affaires étrangères, économie, industrie, intérieur, outre-mer, défense).

Cette rencontre visera à faire le point de la situation et "intensifier la mobilisation" de la France, mais aussi à discuter des efforts de reconstruction du pays, lorsque l'urgence sera écartée.

Les ONG sur place

Au-delà des pays, dont les Etats-Unis et plusieurs pays européens et d'Amérique latine, de l'Union européenne (qui a débloqué trois millions d'euros), de l'ONU et de la Banque mondiale (100 millions de dollars), plusieurs organismes d'aide sont sur place.

Interrogé par Europe 1, le président de la Croix-Rouge française, Jean-François Mattei, a évoqué l'envoi d'un avion, avec un hôpital de campagne, des abris et du matériel de production d'eau.

Du côté de Médecins sans frontières (MSF), environ 70 personnes s'apprêtent à rejoindre Haïti dans les prochains jours. MSF prépare "l'envoi d'un hôpital de 100 lits (sept tentes d'hospitalisation), avec une unité chirurgicale sous structure gonflable comprenant deux blocs opératoires. Des néphrologues font partie des équipes sur le départ, pour prendre en charge des blessures dues à l'écrasement", indique l'ONG sur son site internet.

"Le personnel de MSF sur place compte plus de 800 personnes et MSF n'a pas pu encore vérifier la situation de chacune d'entre elle, à cause des difficultés de communication et autres dysfonctionnements liés au tremblement de terre", ajoute-t-elle.

Médecins du monde (MDM) va affréter "un charter de 40 tonnes de matériel logistique et d'équipements médicaux", et envoyer "une dizaine de personnes", à savoir des "médecins, chirurgiens, infirmiers et logisticiens".

Plusieurs grandes entreprises ont annoncé une aide à Haïti, parmi lesquelles des banques (Bank of America, National Bank of Canada, etc), Walmart, FedEx ou encore le laboratoire Abbott, qui a annoncé un million de dollars, notamment en médicaments et produits nutritionnels.

Selon le blog d'Alain Joyandet, 1.400 Français vivent en Haïti, dont plus de 1.200 à Port-au-Prince. Plus de 200 de ces expatriés sont actuellement regroupés près de l'ambassade de France, mais beaucoup n'ont pas encore donné signe de vie, a indiqué Bernard Kouchner sur France Inter. Une soixantaine de Français blessés ont été rapatriés en Martinique pour y être soignés.

 

Paris, 15 janvier 2010 (APM)

Publicité

Commentaires (0)