INFOS ET ACTUALITES

Seul un Français sur quatre meurt à domicile...

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Seulement un Français sur quatre décède à domicile, quoiqu'une majorité y vit quatre semaines avant, relève l'Institut national d'études démographiques (Ined) dans une étude décrivant les lieux de vie au cours du mois précédant la mort, rendue publique le 1er juillet dernier.

bougie éteinte

Quitter son domicile pour entrer à l’hôpital et y décéder est le parcours le plus fréquent (30 %), passer l’ensemble du dernier mois de l’existence chez soi l’est deux fois moins (14 %).

Bien que les Français, dans leur majorité, souhaitent mourir chez eux, seul un quart d'entre eux décèdent à domicile (26%), rappelle l'Ined. Il assure que la proportion est encore plus faible au Royaume-Uni (20%) ou en Norvège (18%) et du même ordre de grandeur aux Etats-Unis (24%). Pour son étude, l'institut s'est intéressé aux "quatre décès sur cinq [qui] surviennent de façon non soudaine à la suite d'un parcours, résidentiel et médical" traçable. Il précise néanmoins qu' un décès sur cinq est soudain, et dans ce cas, une fois sur deux, il a lieu à domicile. Quatre semaines avant le décès, vivre à domicile est de loin la situation la plus fréquente (52% des hommes et 39% des femmes, soit 45% sexes confondus), indique l'Ined, notant par ailleurs que 24% des personnes sont hébergées en maison de retraite et 29% déjà hospitalisées. Il souligne que la vie en couple permet plus fréquemment aux hommes qu'aux femmes de rester à domicile, ces dernières résidant deux fois plus souvent en maison de retraite (32% contre 16%). En revanche, à ce stade de la vie, hommes et femmes sont aussi souvent hospitalisés (environ 30%). En un mois, la proportion de personnes hospitalisées va plus que doubler: près de sept hommes sur 10 et de six femmes sur 10 décèdent à l'hôpital, résume l'Ined.

Il remarque ensuite que si les lieux de vie, 28 jours avant le décès, diffèrent selon l'âge - les plus jeunes résidant plus souvent à leur domicile - la probabilité de mourir chez soi varie peu avec l'âge. "Quitter son domicile pour entrer à l'hôpital et y décéder est le parcours le plus fréquent (30%), passer l'ensemble du dernier mois de l'existence chez soi est deux fois moins fréquent (14%)" et "l'éventualité d'un départ de l'hôpital pour regagner son domicile est beaucoup plus rare (2%), tout comme les trajets plus complexes avec des va-et-vient entre ces deux lieux (3%)", explique l'institut. Il souligne par ailleurs qu'"à ce stade de l'existence, le lieu où l'on réside est en partie lié à la pathologie dont on souffre" prenant l'exemple des personnes décédées de troubles mentaux ou de maladies infectieuses qui "sont beaucoup moins fréquemment prises en charge à domicile que les autres".

Quatre semaines avant le décès, vivre à domicile est de loin la situation la plus fréquente Maladie cardiovasculaire : autant de décès à l'hôpital qu'à domicileCelles qui vont décéder de maladies infectieuses, respiratoires, ou de l'appareil digestif, y demeurent rarement sans discontinuer (respectivement 1%, 8% et 6%) et sont généralement transférées vers l'hôpital au cours du dernier mois de l'existence, explique-t-il. Mais, en cas de décès dû à une...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)