« Si j'avais la coro… » à Châlon-sur-Saône !

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Quand c'est créatif, et même récréatif, on dit « oui » ! Alors nous n'hésitons pas à valoriser cette initiative qui s'inscrit dans une véritable démarche de santé publique. Cela se passe au Centre Hospitalier William Morey de Chalon-sur-Saône. Faites-vous votre propre idée sur sa légitimité et soutenez, si affinités !

hôpital patient soignants cardiologie

Un message fort, en chanson : « Coronaro, coronaro… voici la solution, c'est un centre à Châlon... »

Une mobilisation des professionnels, des patients, des usagers, des élus et de la population est en effet en cours depuis le 29 mai 2017. La finalité : l’égalité des chances dans la prise en charge de l’infarctus pour les 350 000 habitants du nord Saône et Loire. La demande : disposer d'une salle d’angioplastie adossée à l'Unité de Soins Intensifs de Cardiologie (USIC) au Centre Hospitalier William Morey de Chalon-sur-Saône.

Pour ce faire, un clip a été créé. Bien d'entre vous ne se souviendront pas de cette chanson « Si j'avais un marteau » qui a fait la gloire de Claude François dans les années… 60  et bien c'est pourtant sur cette même musique que le personnel soignant a adapté son message 2017 en le titrant « Si j'avais la coro... ».

Ecoute cette musique, qui veut sauver l'Usic, qui veut sauver ton père, ta mère, tes frères et tes sœurs...

On ne le sait que trop bien, dans le cas de l’infarctus du myocarde, le délai de prise en charge à partir de l’apparition des premières douleurs ne doit pas excéder 90 minutes pour la réalisation d’une coronarographie, examen vital et incontournable de nos jours. L’ouverture d’une salle de coronarographie à Chalon-sur-Saône permettrait de réduire grandement ce délai et d’améliorer le pronostic des patients du Nord Saône et Loire et leur prise en charge.

C'est pas contre Macon, c'est pas contre Dijon, c'est pour la population, c'est pour les Bourguignons… et nous sauverons nos pères, nos mères, nos frères et nos sœurs...

Comme le souligne le personnel soignant de l’Unité de Soins Intensifs de Cardiologie et du Service de Cardiologie du Centre Hospitalier de Chalon-sur-Saône, le maintien même de l'Unité de Soins Intensifs de Cardiologie (USIC) est en péril. L'Usic exige en effet la présence d’un cardiologue jour et nuit. Actuellement,l’absence de salle de coronarographie réduit l’attractivité pour le maintien et le recrutement de cardiologues qui préfèrent travailler en présence d’un plateau technique performant afin d’offrir les meilleurs traitements à leurs patients et jouer pleinement leur rôle de soignant.  

Voir la vidéo « Si j'avais la coro... »

Nous ne rentrerons pas dans des guerres de clôcher ou de territoires, là n'est pas notre rôle. Faites-vous votre idée et si affinités, diffusez, partagez le clip sur vos réseaux sociaux, et soutenez cette mobilisation en signant la pétition sur change.org : « Pour une coronarographie à Chalon-sur-Saône ».

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)