INFOS ET ACTUALITES

A la Télé - Ehpad privés à but lucratif : derrière la façade, des témoignages accablants

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

Toilettes express, résidents laissés sans manger, par terre ou errants dans les couloirs, entrées, plats principaux et desserts servis en même temps dans la même assiette... la diffusion d'un reportage d'Envoyé Spécial, jeudi 20 septembre sur France 2, comporte des séquences proprement insoutenables. Issu d'une enquête de plusieurs mois auprès de trois Ehpad privés à but lucratif, ce document, révoltant, lève le voile sur le traitement réservé à des personnes âgées et dépendantes dans des établissements gérés par de grands groupes.

ehpad reportage

De vieilles dames apeurées ou assoiffées laissées seules dans des couloirs déserts, des personnes âgées renversées au sol après une chute et appelant à l'aide, en vain... Les images sont glaçantes. 

Découvrez, en replay, les images glaçantes du reportage d'Envoyé Spécial  

Nos parents et grands-parents seraient-ils maltraités et mal soignés dans certains Ehpad de grands groupes privés (Orpea, Korian, Les Opalines ou encore DomusVi) ? Pour connaître la vérité, l'équipe d'Envoyé Spécial a dû ruser. Les journalistes ont dû se faire passer pour des stagiaires, pour des actionnaires des groupes concernés, contacter des soignants, anciens-soignants ou encore des familles de patients. Et le constat dépasse de loin les craintes. A travers les films amateurs fournis par les familles, les soignants ou bien obtenus en caméra cachée, on découvre des personnes âgées livrées à elles-mêmes, des pensionnaires dépendants dans des situations de détresse insupportables ou carrément maltraités dans certains établissements du secteur privé, secteur qui représente un quart des établissements sur le territoire français. De vieilles dames apeurées ou assoiffées laissées seules dans des couloirs déserts, des personnes âgées renversées au sol après une chute et appelant à l'aide, en vain, une femme, tombée du lit, sa chemise de nuit relevée sur une couche, comme inanimée ou encore un résident, bien incapable de manger seul, assis devant son assiette pleine, sans secours. Les scènes font froid dans le dos. Les témoignages de plusieurs aides-soignantes vont tous dans le même sens : manque affligeant de personnel qui oblige à des cadences folles et qui débouche sur de la maltraitance, déshumanisation de leur travail, des toilettes qui durent 10 minutes alors qu'elles en mériteraient 25...  

On devient maltraitantes à force d'aller vite, j'ai honte... confie une aide-soignante.  4,22 euros pour le petit-déjeuner, le déjeuner, le goûter et le dîner...La question des repas est particulièrement édifiante. Pour garantir des marges importantes aux actionnaires des fonds de pension qui détiennent ces groupes, les repas sont gérés au centime près. C'est en tout cas ce que raconte un homme, filmé à visage découvert dans le reportage, un cuisinier dans un établissement Orpea. Sa...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)